L'église romane St Pierre

et sa chapelle haute St Michel

à BESSUÉJOULS en Rouergue (12)



Le texte  provient intégralement du livre "ROUERGUE ROMAN"  collection
de "La nuit des temps"  édité par les moines de l' abbaye "La Pierre qui vivre" Éditeurs de la collection ZODIAQUE



Photos de Bernadette PLAS & Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"chapiteaux.free.fr"

Commune du département de l' AVEYRON  en  ROUERGUE

église de BESSUEJOULS

L 'ÉGLISE Saint-Pierre de Bessuéjouls, non loin d'Espalion, cache un trésor
en son clocher.

plan de la chapelle haute de BESSUEJOULS

Il faut monter un escalier étroit, aux coudes anguleux, pour l' atteindre.

La surprise est d'autant plus grande de trouver, à l'étage, une chapelle romane dont l'ambiance rosée, créée par la pierre, enchante déjà le regard.

chapelle haute de BESSUEJOULS

Un linteau à entrelacs, des chapiteaux spécialement remarquables, une architecture simple mais harmonieuse et soignée, un autel roman spécialement riche, quoiqu'en partie mutilé, voilà ce que réserve la chapelle Saint-Michel au visiteur.

Parce qu' ainsi isolée et sans utilisation possible, cette chapelle a traversé les siècles sans trop de dommages. 

Elle est un merveilleux témoin de la civilisation médiévale, si loin de nos grossiers critères de rentabilité immédiate et d'efficience.

L'église SAINT  PIERRE   DE   BESSUÉJOULS (*)

Saint-Pierre de BESSUEJOULS

Dans la pittoresque vallée d'un petit affluent du Lot, parmi la verdure, se cache l'église Saint-Pierre de Bessuéjouls  : dans son état actuel elle ne date que du XVIe siècle, mais elle conserve un clocher-porche plus ancien 

 La disposition traditionnelle d'une chapelle haute au-dessus d'un porche trouve ses origines à l'époque carolingienne : l'église du Xe siècle à Sainte-Foy de Conques en donnait un exemple que l'on connaît par le récit d'un miracle.

Celle de Bessuéjouls permet de s'en faire une idée plus précise, bien qu'elle remonte seulement à l'époque romane; car cette forme s'est perpétuée longtemps.
Saint-Pierre de Bessuéjouls fut donné à l'abbaye de Saint-Victor de Marseille probablement en même temps que l'église voisine de Bozouls, dont la cession est datée de 1082. L'évêque de Rodez confirma cette appartenance par une charte du 11 juin 1120. On sait que la fin du XIe siècle fut pour l'abbaye marseillaise la période de plus grande expansion. C'est probablement alors que fut construite l'église dont subsiste le clocher-porche. 

dédicace

Une inscription rappelle la dédicace de la chapelle haute :
KL   JUNII   DEDICACIO   ISTIUS   LOCI   ECCLESIE. 
  Mais,
sans souci de datation historique, elle ne nous donne malheureusement pas l'année : comme il arrive souvent, elle ne retient que le jour et le mois, pour la célébration liturgique.

La tour clocher de BESSUEJOULS coté nord

La tour est en bel appareil de grès rouge sombre, bien conservé par endroits, mais avec de nombreuses réparations. 

BESSUEJOULS

A l'étage, la face Ouest est ornée d'une grande arcature appliquée contre le mur : les colonnettes monolithes, très hautes, ne sont pas engagées, mais indépendantes du fond; elles portent cinq arcs, celui du centre est trilobé. 

Deux avant-corps flanquent la tour au Nord et au Sud, contenant chacun un escalier.

la salle haute

La salle haute s'ouvrait jadis sur la nef par deux grandes baies, qui sont aujourd'hui murées .

les restes de la coupole sur trompe

Elle était couverte par une grande coupole sur trompes au centre et deux demi-berceaux sur les bas-côtés. 

A droite et à gauche de la travée centrale, deux beaux arcs bien appareillés retombent sur une robuste colonne monolithe. 

La décoration est d'un très beau style et d'une technique habile, mais d'un caractère archaïsant, car l'entrelacs carolingien y tient la plus grande place.

le linteau

Sur la porte de l'escalier, au Sud, un linteau en bâtière, taillé dans le grès, est décoré simplement, sur toute sa surface, d'entrelacs à trois brins terminés par deux palmettes.

le chapiteau à entrelacs de BESSUEJOULS

Les mêmes entrelacs recouvrent, comme d'un travail de vannerie, la corbeille d'un beau chapiteau :

l'épannelage est cubique dans la partie supérieure, tronc-conique dans la partie inférieure; les surfaces planes du haut sont ornées de cercles entrelacés . 

Sur un autre exemple, ce sont des palmettes qui garnissent les parties planes, et des entrelacs plus larges, toujours à trois brins, mais moins serrés, qui décorent la corbeille.

la sirène de BESSUEJOULS

D'autres chapiteaux montrent des animaux, des hybrides et même des figures humaines , ou des anges aux ailes déployées, porteurs de banderoles. Le plus beau reproduit un modèle de Conques (qui se trouve, dans l'abbatiale, à l'entrée de la chapelle d'axe du déambulatoire) : deux centaures sont adossés; leur tête garnit les angles; sur leur dos se présente de face une sirène à double queue, dans une magnifique composition ornementale. 

atlante de BESSUEJOULS

Ailleurs, un atlante est assis dans l'axe du chapiteau; il écarte les bras et soutient les deux grandes volutes dont les branches, partant de l'astragale, forment un dessin très simple, mais bien adapté à la fonction portante du chapiteau. 

deux personnages dans les rinceaux

Enfin deux figures nues dans des rinceaux ne paraissent pouvoir être identifiées de façon précise (comme on l'a parfois supposé) ni avec Adam et Eve au Paradis terrestre, ni avec de simples vignerons. Ce sont sans doute seulement des figures décoratives.

Elles témoignent d'une certaine aisance, mais reproduisent sans doute un modèle courant dans les ateliers des sculpteurs romans : en effet un chapiteau très semblable se voit dans le chœur de Saint-Benoît-sur-Loire, sans qu'on puisse supposer des relations bien précises de modèle à copie.

Le sculpteur de Bessuéjouls n'est pas un artiste créateur. Il emprunte ses meilleurs formes à Conques. Mais son style est plus avancé et le bel état de conservation de ses œuvres nous montre l'épanouissement de l'art qui régnait déjà dans la partie la plus ancienne de la grande abbatiale.

l'autel roman de bessuejouls

Entre les deux baies de la face Est, dans la chapelle haute, appuyé au mur de la nef, se trouve l'autel roman décoré de sculptures, qui est resté longtemps caché sous le retable du XVIIe siècle dans l'église.

Il a heureusement, depuis quelques années, retrouvé son emplacement primitif : 

St Michel

en effet l'image de saint Michel, sculptée sur le côté gauche, nous indique sa dédicace et sa destination à la chapelle haute, traditionnellement consacrée à l'archange. 

coté droit

Sur le côté droit, un autre ange (Archange Gabriel?) porte un phylactère dont l'inscription n'est plus lisible. 

La face antérieure est divisée par trois arcs, dont les supports ont été bûches; l'arc du centre est trilobé, comme dans l'arcature de la façade. 

Les panneaux entre les colonnes combinent les entrelacs carolingiens, les cercles entrelacés et les rinceaux romans.

(*) Cf. Paul Deschampi, L'autel et les chapiteaux romans du clocher de Saint-Pierre de Bessuéjouls (Aveyron) (Bulletin monumental, 1940).


DIMENSIONS de la chapelle haute de l'église de BESSUÉJOULS


Longueur de la partie centrale : 4 m 70.
Largeur de la partie centrale : 4 m 68.
Passage collatéral Nord, longueur : 3 m 72.
Passage collatéral Nord, largeur : o m 91.
Passage collatéral Sud, longueur : 3 m 72.
Passage collatéral Sud, largeur : 1 m 39.
Autel, longueur : 1 m 75.
Autel, largeur : o m 96.
Autel, hauteur :1 m 17.
Largeur de la porte au linteau triangulaire : o m 5 7.
Hauteur de la porte au linteau triangulaire : 1 m 82.
Largeur du linteau : o m 93.
Hauteur du linteau : o m 52.
Hauteur d'une trompe de coupole, au sol d'arrivée :
environ 6 m. Hauteur de l'enmarchement : o m 27.



____________________Fin du texte du XVIIe volume de la collection " la nuit des temps" des édition: ZODIAQUE __

__(Abbaye de La Pierre-qui-Vire_ Yonne) Autorisation demandée______________

Et l'église St Pierre de BESSUÉJOULS 

(Sant-Pèire de Bessuèjols)

Située dans l’étroite vallée encaissée de l’Astruges, affluent du Lot, se trouvait à proximité d’une des quatre grandes routes de pèlerinage vers Compostelle, que décrit le Guide des pèlerins de Saint Jacques rédigé au XIIe par Aymeri moine poitevin.. Cette route qui partait du Puy, après avoir traversé les plateaux de la Margeride et les monts d’Aubrac, descendait vers Espalion, puis par Estaing et Entraygues parvenait à Conques. Bessuéjouls est sur ce chemin, à quatre kilomètres d’Espalion.

 
Remaniée au XVIe siècle, l'église a conservé intacte  l'architecture romane de son clocher-tour.
Il faut attribuer la construction de l'église et surtout du clocher-porche à l'abbaye Saint-Victor de Marseille, 
à laquelle le prieuré de Bessuéjouls, fut uni en 1082.

modillons à BESSUEJOULS

Sous l'avancée du toit en appentis ,oh observe une série de beaux modillons de gauche à droite:
Une femme-harpie, un personnage protégeant un enfant, une chouette, une femme agenouillée tenant un livre.

modillons

Un léonin joufflu, un personnage à tête animale, un animal à tête humanoïde

coté nord


Le PORTAIL coté Sud

le portail de BESSUEJOULS


La scène des rois mages

L' ÉGLISE

l'intérieur de l'église de BESSUEJOULS

Au fond à gauche et à droite les escaliers qui mènent à la chapelle ST Michel.

À l'époque gothique, la nef et le chœur ont été remaniés et couverts d'une voûte en berceau brisé. Trois chapelles ont également été ouvertes.

Dans le chœur rectangulaire, séparé de la nef par un arc triomphal brisé, on observe deux niches couvertes en plein cintre et une petite piscine liturgique, à droite de l'autel.



Dans l'église basse ce chapiteau:



combat

Un combat de chevalier chrétiens entre eux.
L'église condamnait les seigneurs belliqueux, ce chapiteau raconte un épisode régional .


le retable

Le retable du maître-autel, en bois peint et doré, est du XVIIe siècle. 

À gauche du retable, tout en haut, sur le mur plat du chœur, on peut distinguer des vestiges de peinture laissant apparaître un petit visage féminin voilé et, peut être, couronné (première moitié du XIVe siècle). La salle, basse du clocher est couverte d'une voûte d'arêtes, renforcée :par des nervures, sorte de croisée d'ogives primitives. Elle communique avec la nef par un arc en plein cintre retombant sur des colonnes jumelles.

Le prieuré de Bessuéjouls fut donné par Pierre de Pleirnecassagne, évêque de Rodez et archevêque de Jérusalem, 
aux Augustin de Pébrac en Haute-Loire. On trouve également mention d'une léproserie à proximité, en 1324.

Source: texte disponible sur les panneaux à l'intérieur de l'édifice.


"FAISONS PARLER LES SCULPTURES
de la chapelle haute de BESSUÉJOULS
ou du moins essayons !"

L'autel




La pomme de pin symbole d'éternité.
Trois arches dont les colonnettes ont disparues.
Celui du centre trilobé comporte trois cercles
complétés de 3x2 demi-cercles dont les pointes forment un carré
symbole terrestre pour l'incarnation.

De chaque coté des rinceaux que le sculpteur a fait se croiser sans former un X simple.
Les rinceaux sont les épreuves salvatrices
A gauche les feuilles sont tantôt orientées vers le ciel et tantôt vers le sol et le cercle du centre comporte 4 feuilles et il est imparfait.
A droite le cercle formé des deux tiges est pratiquement parfait et aucune feuille n'est orientée vers le sol .

Au centre c'est la TRINITÉ 

autel




Sur une dalle monolithe ce bas-relief montrant le traditionnel
Saint_Michel terrassant le dragon.
C'est le chef des milices célestes qui combat le Malin.
Il domine celui-ci .
Il porte un bouclier comme les chevaliers
Il lui introduit dans la gueule une sorte de lance pour l'empêcher de nuire en répandant  de mauvais conseils.
La scène se passe au ciel au vu de l'entrelacs triple brin
qui encadre la scène.

C'est l'exemple à suivre sur terre :

combattre le mal 
comme Saint Michel au ciel.
Saint Michel à BESSUEJOULS




Gabriel, le messager de Dieu
La scène se passe sur terre au vu de l'encadrement
constitué de rinceaux.
Le message a malheureusement disparu.

Ce pourrait-être "Dieu est ma force" qui est la signification de Gabriel en Hébreu
ou bien l'annonce à Marie.



Dans le Nouveau Testament,Gabriel annonce à Zacharie que sa femme Élisabeth aura un fils qu'il appellera Jean, puis il annonce la naissance de Jésus à la Vierge Marie (Lc 1,11–20 et 26–38)

C'est l' annonce de Gabriel
Gabriel

Tel un pèlerin faisons le parcours


grappes
Des personnages nus (des âmes)
Dans des rinceaux (parcours spirituel)
Des pommes de pin identiques à celles de l'autel
promesse de vie éternelle.
Les feuillages sont tantôt vers le ciel tantôt vers la terre symbolisant le parcours spirituel avec ses épreuves et rechutes à surmonter.

Accroches toi aux épreuves salvatrices pour gagner le ciel.
 
rinceaux


éternité-infini

L'astragale est un cordage symbole de la communauté
La corbeille un magnifique entrelacs qui n'a donc ni début ni fin.
C'est l'éternité.
Le motif très sophistiqué reprend celui du panneau central de l'autel
Il est face au message de Gabriel

Voilà la  perfection, la sainteté, l'éternité;
c'est le but à atteindre pour ton âme!


éternité & infini


les archanges

(Les trous n'ont rien à voir)
Les deux archanges Raphaël  et Gabriel tiennent une sorte de sarcophage d'une main et de l'autre une sorte de linge
dans lequel on peut deviner l'âme qui malheureusement a été burinée.

A la MNAC (Catalogne)

MNAC

Raphaël et Gabriel emportent une âme 
selon la tradition
les archanges




Le signe du Bélier, initialise le printemps, les jours rallongent la vie revient pour les végétaux et bon nombre d'animaux naissent à  la ferme.
C'est époque des naissances pour les agneaux!

Le signe est complété  aux extrémités de volutes signe de spiritualisation et aux autres extrémités des feuilles symbole de vie voir de renouveau.
(Les 4 trous n'ont rien à voir )
Les deux feuilles sont orientées au ciel ,mais celle de gauche  a une partie vers le sol.
Le nombre de nervures  fait apparaître 3 et 4
3 pour le ciel et 4 pour le terrestre.
3 pour la vie spirituelle et 4 pour la vie terrestre.

En motif de fond un personnage nu ( une âme)
dont les pieds ( démarche pour gagner le ciel) sont sur l'astragale ( l'église) et les mains ( les actions) vers le ciel tel un orant.

A sa naissance l' Homme
acquiert aussi une âme appelée à
 rejoindre DIEU au ciel.

Il est grand temps de faire revivre ton âme!

le signe du bélier





nu

Faisant le pendant  à l'éternité,
représentée par le chapiteau en entrelacs:
un chapiteau nu!
Dans le tailloir des marches à gravir.

si tu ne progresses pas le néant t'attend !

Pas d'enfer, ni de souffrances éternelles mais le néant, c'est toute la différence entre le XIe et le XIIe
néant



et pour la sortie:

la sirène de BESSUEJOULKS
(Les trous n'ont rien à voir)
Deux centaures s'accrochent par leurs mains ( actions)
 à une tige végétale prenant racine dans l'astragale (église) et dont les feuillages sont moitié vers le ciel, moitié vers la terre.
L'église est l'intermédiaire.
Le centaure symbole l'être humain qui doit dominer sa partie animale et opter pour une vie spirituelle.

La sirène tient ses cheveux qui comme toujours ne sont pas tressés mais en forme de corde symbole de la communauté.
Le tailloir en forme de marches à gravir indique qu'il faut progresser ...

Pour échapper au néant:
Accroches- toi à la vie que t'offre l'église ainsi qu'à la  beauté spirituelle,
alors Raphaël et Gabriel porteront ton âme aux cieux!


Remarquez la forme du corps de la sirène en OMÉGA!

L'autel montrait l'ALFA avec deux archanges
et voici l' OMÉGA de la fin des temps comme objectif!
Quel parcours!

Sirene à BESSUEJOULS















 Voilà les sculptures avaient beaucoup à dire


Publié en sept 2017

                                              
Pour continuer le voyage...

Vers les églises romanes ailleurs qu' en  SAINTONGE

Retour à l'ART ROMAN en Saintonge

Retour à Belle Saintonge