Pierre DUGUA de MONS supposé
Pierre DUGUA de Mons

Deux saintongeais

Dugua de Mons

& Champlain

fondèrent  l' ACADIE.
l'ACADIE
L'ACADIE

Pierre DUGUA de MONS


Pierre Dugua de Mons  a vendu tous ses biens pour les consacrer à l'implantation d'une colonie en ACADIE aux fins de  promouvoir le commerce des peaux  dont il voulait le monopole.

Samuel de CHAMPLAIN par ses publications scientifiques  et croquis fut le personnage médiatique  de l'époque .

Bien que de religions en conflits, le premier Huguenot et le deuxième Catholique, ils furent de bons  amis et se respectaient mutuellement,

 tous deux sont des SAINTONGEAIS.
_______________________________________________________

En 1603, Pierre Dugua, sieur de Mons, est nommé lieutenant général de l'Acadie. L'année suivante, il arrive en Acadie à bord du navire étendard la Bonne-Renommée, qui transporte également une poignée d'hommes aux talents divers, dont Samuel de Champlain, chroniqueur et cartographe expérimenté. L'expédition, partie à la recherche d'un endroit où s'installer, arrive dans la baie Passamaquoddy à la fin de juin. De Mons choisit l'île qu'il baptise île Sainte-Croix, et voulu y fonder le premier établissement français en Amérique occupé toute l'année, et qui symbolise la fondation de l'Acadie.

Même si l'établissement a été de courte durée, à l'été de 1605 Mons déménagea ses gens sur les côtes du bassin d'Annapolis en Nouvelle-Écosse et fonda Port-Royal, l'expérience qu'ils ont acquise leur servira à établir avec succès une habitation à Port-Royal et permettra une présence française en Amérique du Nord jusqu'à ce jour.
source:http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/nb/stcroix/natcul/natcul2_F.asp


Le pamphlet sur Pierre DUGUA de MONS du comité de ROYAN

pour le 400 ième anniversaire de la fondation de l'ACADIE.

dépliant DUGUA de MONS
dépliant DUGUA de MONS
dépliant DUGUA de MONS
dépliant DUGUA de MONS

Voici la saga des fondations (il y eut beaucoup de tentatives) de la première colonie  au nord de la Floride:
 l'ACADIE. 


L'année
Le thème

Les faits
En clair les faits se rapportant à l'Acadie et en  foncé des faits qui se rapportent à la colonisation plus au sud de l'Acadie
aux fins de présenter l'ensemble des tentatives sur la cote Est de l' Amérique du Nord au nord de la Floride.
1498 Labrador et Terre-Neuve
Le Labrador & Terre-Neuve

John Cabot

1492 Christophe Colombo découvre de nouvelles terres. Le pape Borgia,  le 3 mai 1493 partage le monde en deux dans une célèbre  bulle.
 A l'ouest d'une ligne  les territoires sont dévolus à l'Espagne et à l'est au Portugal. En 1497 Giovanni Caboto, un Génois au service du roi Henri VII d'Angleterre part malgré cette bulle sur le "Matthew" et 18 hommes vers le nord-ouest et il découvre le Labrador et Terre-Neuve Il plante la bannière anglaise. Il meurt lors d'une deuxième expédition.

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
Le périple de John Cabot_Internet
Le périple de John Cabot

construction navale en 1493

La construction d'un navire vers 1492

1504 La pèche à la morue sur les bancs de TERRE-NEUVE


Le secret des basques qui pèchent depuis longtemps la morue dans ces eaux froides proches de Terre-Neuve est éventé et des bretons, des normands et des Dieppois pèchent depuis les années 1500   dans les mêmes eaux.
 Lescarbot raconte:
"Le capitaine SAVALET, dans un port à 4 lieues de campseau (canseau en Nelle-Écosse) , dont le voyage estoit le 42. qu'il faisait par delà, et toutefois les Terre-neuviens n'en font tous les ans qu'un, content de sa pescherie , faisoit tous les jours escus de morues, son voyage vaudroit dix mille francs, avec sez hommes à ses gages, son vaisseau de 80 tonneaux pouvoit porter cent milliers de morues sèches."
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

carte de 1504 montrant TERRE NEUVE

Cette carte de 1504 ou 1505 montre Terre Neuve en haut à gauche
(Source Wikipédia_ La carte de Pedro Reinel, également connue sous le nom de Kunstmann I, a été dessinée par le navigateur portugais Pedro Reinel en 1504 ou 1505 ; elle décrit l'ouest de la mer Méditerranée, l'océan Atlantique, et les territoires limitrophes, dont le Nouveau Monde.)




1508 Thomas Aubert 

en 1508, soit 16 ans après le premier voyage de Christophe Colomb, Thomas Aubert qui participe vraisemblablement à une expédition de pêche dans la région de Terre-Neuve, ramène  7 Amérindiens de la tribu Micmacs en France avec leurs vêtements traditionnels, leurs armes et leurs canoës. L'imprimeur Estienne en a laissé une description. Les amérindiens furent baptisés en 1512.
Source:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Nouvelle-France et Thomas Aubert
1508-1509 Sébastien Cabot 

en 1508 & 1509  le fils de John Cabot visite la Baie d'  Hudson et croit avoir découvert le fameux passage vers l'Ouest.
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

1520-1521 João Álvares Fagundes 

nouvelle ecosse

La Nouvelle-Écosse

Fagundès depuis de Viana font Castelo au Portugal du Nord, près de la Galicie, a organisé plusieurs expéditions à Terre-neuve et en Nouvelle-Ecosse autour de 1520-1521.

Fagundes a exploré les îles de St Paul près de Cap Breton , l'île de Zibeline, l'île de Pingouin (maintenant connu comme l'île de Funk), Burgeo et Saint Pierre et Miquelon qu'il a nommé les îles d'Onze mille Vierges.
Le Roi Manuel I du Portugal a donné des droits exclusifs Fagundes et la propriété de ses découvertes le 13 mars 1521.

Entre 1521 et 1525, Fagundes a essayé d'établir une colonie en Nouvelle-Écosse, mais on n'en sait rien d'autre.

Source: http://en.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%A3o_%C3%81lvares_Fagundes
1519-1522 Magellan 

La première circumnavigation de l'histoire – achevée en septembre 1522 sous les ordres de Juan Sebastián Elcano ( ou Del Cano) pour le compte de l'Espagne, après trois ans de voyage – en ayant navigué vers l'Ouest pour rejoindre les Moluques, découvrant sur son chemin le détroit qui porte son nom.

Source: Wikipédia

1524 Giovanni da Verrazano 

En 1524 un voyage officiel, commandité par des marchands et par le roi de France François Ier, est organisé. Les Français font confiance à un navigateur italien, Giovanni da Verrazano pour leur expédition. Auparavant, l'Espagne avait engagé les italiens Colombo et Amerigo Vespucci alors que l’Angleterre avait engagé l’italien Caboto.

Le voyage de Verrazano
(Source: Wikipédia)

Le 7 mars 1524, Jean de Verrazane aborde en Amérique du nord...
Cherchant lui aussi un passage plus court vers l'Asie, Verrazano s'aventure sur "la Dauphine" à un endroit qui n'a pas été visité par les voyageurs européens précédents. Il longe minutieusement la côte atlantique de l'Amérique du Nord (il prend possession du 34°N au 50°N pour le compte de François Ier ) entre la Floride et la Nouvelle-Écosse, cherchant le passage tant convoité vers la Chine.

À l' embouchure de la rivière qu'il baptise Vendôme et qui sera plus tard appelée Hudson. naîtra un siècle plus tard la ville de NEW YORK . Le navigateur baptise cet endroit Terre d'Angoulême en l'honneur du roi de France François 1er, ex-duc d'Angoulême. C'est le premier contact officiel d'un Européen avec le territoire des futurs États-Unis en dehors de la Floride déjà colonisée par les espagnols.


 Il rentre bredouille mais non sans avoir été émerveillé par la beauté du paysage qu'il a comparé à une région de la Grèce qu'il connaissait probablement, l'Arcadie. Plus tard, on désigna sous le nom d'Acadie, cette partie de la Nouvelle-France qui se trouvait dans la Nouvelle-Écosse actuelle. Ce voyage qui ne connut pas de résultats tangibles, préparait ceux de Jacques Cartier, dix ans plus tard. En 1526 et 1528 Verrazano fera d'autres voyages pour finir dévoré par les caraïbes. Son frère Jérôme Verrazano invente le terme "Nouvelle-France" et en  1529, une carte porte déjà la mention "Nouvelle-France". Cependant ce terme ne sera popularisé que vers 1609 grâce à Lescarbot
Source:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Nouvelle-France et
Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
1527_carte de la nouvelle France
Carte de la Nouvelle-France de 1527 ?
1526 Caroline du Nord
Lucas Vásquez de Ayllón

Il a envoyé une expédition en Floride sous Francisco Gordillo, qui, en juin 1521, a atterri  près de Cap de Crainte en Caroline du Nord. En 1524, dans sa recherche du passage du Nord-ouest, Ayllon  découvre la  Baie de Chesapeake et la James River. Il a reçu de Charles V les droits sur la terre qu'il avait découverte et en 1526, avaient fondé San Miguel de Guandape_ maintenant Jamestown_  L'emploi d'esclaves noirs dans ce travail est peut-être le premier cas d'utilisation d'esclave noir aux  États-Unis. Ayllon est mort de fièvre en bateau et de la colonie de 600 âmes il avait apporté avec lui seulement 150 survivants sont retournés  d'où ils venaient (Hispaniola).

Source: http://www.newadvent.org/cathen/02164c.htm
1534 Premier voyage de Jacques CARTIER dans le golfe du St Laurent et Gaspé.
Il ramène en France deux fils du chef indien Donnacona. 

François Ier missionne Jacques Cartier, un Malouin, comme pilote royal pour " découvrir et conquérir à Neuve-France, ainsi que de trouver par le nord le passage du Cathay".

La cour lui fournit 6000 livres et deux navires. Cartier visite Terre-Neuve, Le Labrador, l'embouchure du St Laurent et il plante à Gaspé une croix de bois de 35 pieds portant l'écusson fleur de lysé. Il prend aussi possession, au nom de François Ier, d'un territoire immense dont il établit la carte. Dès son retour avec deux fils du chef indien iroquois Donnacona, le roi le charge de repartir avec 9000 livres et trois navires.

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

Le 12 juin lors de la reconnaissance de nouveaux lieux et la dénomination de nouvelles rivières, Jacques Cartier et ses marins aperçurent, un peu à l'écart de la rivière qu'ils venaient de nommer Saint-Jacques, un grand navire originaire de La Rochelle, dont l'équipage, après une longue campagne de pêche à la morue, avait perdu son chemin au milieu des nombreuses îles du golfe du Saint-Laurent. Ils allèrent à bord de ce navire pour le conduire vers un lieu, plus commode pour s'orienter, qu'ils appelèrent « Havre Jacques-Cartier ».

Cartier dirigera aux frais du roi trois voyages vers l'Amérique du Nord entre 1534 et 1542, espérant y trouver un passage pour l'Asie, sinon des richesses.

Source:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Nouvelle-France

premier voyage de Jacques CARTIER_1534

Jacques Cartier recu par les Indiens à HOCHELAGA _1535
Village en 1535 _ Jacques Cartier y est reçu en bas_ Hochelaga est une colline dominant  Montréal
(Source : Wikipédia_
Terzo volume, Delle Navigationi et Viaggi, Venitia, 1556)
 L'auteur de ce plan, Giovanni Battista Ramusio, dans sa dédicace à son ami Fracastoro nous informe que ce plan provient des informations reçues de la France. "...j'ai reçu de ces honnêtes hommes français, en plus des quatre textes, quatre plans...." qui lui permirent de reproduire le récit de l'explorateur. 
1541 Privilèges sur les fourrures, bois, mines... accordés au sieur de Roberval.
Roberval


Jean-François de La Rocque de Roberval (aussi connu sous le nom de sieur de Roberval) (Carcassonne, 1500 - Paris, 1560) est un homme de guerre protestant, corsaire, courtisan de François Ier, vice-roi du Canada, explorateur du passage du Nord-Ouest et seigneur de Roberval.

Le 17 octobre 1540, il est chargé par le roi François 1er de la troisième et dernière expédition française du siècle « en Canada » (Nouvelle-France) avec mission d’y construire villes et forts, « pour la communication de notre sainte foi catholique ». Ce dernier point s'avère cocasse lorsqu’on sait que La Rocque est protestant. Le 15 janvier 1541, il est nommé vice-roi du Canada.

Jacques Cartier, navigateur malouin ayant mené les deux expéditions précédentes, se retrouve à lui être subordonné, après avoir d'abord reçu cette même commission transférée à La Rocque. Plus tardivement que Cartier, le sieur de Roberval part de La Rochelle le 16 avril 1542 avec trois gros navires et 100 colons. Il croisera Cartier lorsque ce subalterne décide, malgré les ordres contraires de Roberval, de rentrer en France avec une cargaison de pyrite et de quartz qu'il prend pour de l'or et des diamants. La Rocque, parvenu non sans mal au Canada (région de Québec)avec les indications cartographiques de Cartier, fait dresser la première carte de la région du soi-disant « Royaume de Saguenay », espérant y trouver le mythique passage du Nord-Ouest.

La navigation dans le golfe et le fleuve Saint-Laurent se fait sans autre incident que la romanesque aventure de « la parente » de Roberval, la demoiselle Marguerite de La Rocque, qui fut abandonnée sur une île avec son amant.

Roberval, laissé seul, choisit de poursuivre sa mission et établit sa colonie, France-Roy, à l'emplacement que Cartier avait nommé « Charlesbourg-Royal » et laissé vacant à l'embouchure de la petite rivière aujourd'hui dite du Cap-Rouge.
Hochelaga
Cette petite colonie passe l’automne et l’hiver dans des conditions difficiles : le froid, la famine et le scorbut déciment ces Européens nouveaux venus. Au printemps, La Rocque veut encore chercher le passage du Nord-Ouest. Il part explorer la rivière des Outaouais, jamais atteinte auparavant par des gens du « vieux continent ». Le pilote Jean Fontenaud (dit Joan Alfonso ou Jean Alphonse de Saintonge) est le premier Européen à remonter vers le nord, dit-on jusqu’au détroit de Davis, véritable porte d’entrée du passage du Nord-Ouest. Mais les glaces lui font rebrousser chemin.

Source: Wikipedia

L'échec de Roberval vaut au Canada la mauvaise réputation d'être inhabitable...

1541_nouvelle France

Carte de la Nouvelle-France de 1541 ou 1547?

Carte de Vallard_ Le nord est vers le bas de la carte et le personnage principal serait Jacques Cartier.

(Musée de Royan)

1546 Le "Vicaire" d'Arvert de 60 tonneaux et la "Marie" de Royan trois-mats de 80 tonneaux partent vers Terre-Neuve Il faut 54 muids (le muid ras de Brouage fait environ une tonne) de sel pour un terre-neuva de 70 tonneaux. Cette pèche miraculeuse entraîne des Saintongeais dans cette aventure _ basque au début_ et le bassin de Seudre construit des navires de grande taille vers la fin du siècle.
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
1550  Les Terre-neuva morutiers et baleiniers sont légions:portugais  basques, bretons gascons et  saintongeais... En 1550 de vingt à trente baleiniers quittent Bordeaux chaque année et ce sont de plus gros navires , de 250 à 600 tonneaux
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
Anthony Parkhurst,  navigateur anglais dénombre en 1578 près de 400 navires européens dans les parages de Terres-Neuve.
Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!

1565
Fort Caroline


 John Hawkins et Francis Drake


francis drake
Francis Drake
En 1561 Coligny pense installer une colonie huguenote vers l'actuelle Floride près des cotes fréquentées par les navires chargés d'or navigant pour rejoindre l'Espagne . Il charge  Jean Ribault qui partira le 18 février 1562 avec deux bateaux "La Royale" un trois mats de 160 tonneaux et un autre de 60 emportant 3 petits bateaux pour les explorations, 25 pièces d'artilleries, une forge, 5 colonnes de marbre aux armes du roi de France, 150 soldats et des gentilshommes dont René de Laudonnière de Goulaine et Nicolas Barré.
Ils établissent un fort "Charlesfort" puis Laudonnière retourne en avril 1564 avec 300 hommes dont certains avec leurs épouses, de tous métiers mais aucun cultivateur.
 Le Moyne est du voyage il fera des dessins extraordinaires de ce voyage et des coutumes indiennes et dressera une carte ou figure la "Charenta" parmi d'autres fleuves.
Ils s'établirent à fort Caroline en Floride.
 
En 1565 John Hawkins, avec quatre navires venant de Guinée avec une cargaison d'esclaves qu'il vend aux antilles espagnoles part à la recherche de la colonie huguenote selon le souhait de la reine d'angleterre alliée des huguenots. Après des jours de méfiance les anglais et français fraternisent et Hawkins leur cédera un navire et des vivres car c'est la famine.
Fort Caroline par Le MOYNE
Fort Caroline dessiné par Le Moyne (source: internet)
Première implantation française au nouveau monde en 1564
devenue San Augustine en 1565
Le 29 juin 1565 Menèndez aux ordres de Philippe II part avec 34 navires, 2646 hommes dont 12 franciscains, 8 jésuites et bon nombre de prêtres mettre fin à l'implantation en Floride ainsi qu' à l' "hérésie".
Menèndez fera un massacre. Hawkins qui a connu les geôles espagnoles et fraternisé avec les français huguenots outré d'une telle cruauté,  écumera les colonies espagnoles avec son célèbre élève Francis Drake pour piller leurs navires et leurs ports...

Source: Le livre de Gilles Fonteneau:  "Sur les traces des huguenots de Floride".

Saint Augustine est la plus ancienne ville des États-Unis, fondée par les Espagnols en 1565 après avoir été conquise sur les Français par l'amiral espagnol Pedro Menéndez de Avilés. Comme c'était le jour de la saint Augustin, l'endroit prit le nom de l'évêque d'Hippone.

John Hawkins plus tard en 1573 sera chargé de reconstruire la Royale Navy par Elizabeth I. Il améliorera les galions anglais avec un gaillard et une dunette surbaissée et une meilleure voilure qui les rend plus maniables que les galions espagnols... en 1588 l'invincible armada sera battue.
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
1576  Édit de Beaulieu. L’édit de Beaulieu est signé à Beaulieu-lès-Loches par Henri III de France ; il met fin à la cinquième guerre de religion, le 6 mai 1576, en reconnaissant le culte protestant et en lui accordant de nombreuses garanties.
La même année , un gentilhomme du Devon, Sir Humphrey Gilbert, publie un ouvrage sur le passage du Nord-Ouest permettant d'atteindre la Chine et les Indes...
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
1578  Troilus de la Roche du Mesgouez... marquis de Coetarmal Protestant et favori du roi Henri III, reçoit de celui-ci en 1578 le titre éblouissant de "gouverneur et nostre lieutenant général et viceroy esdites Terres neuves et pays qu'il prendra et conquestra sur les dits barbares"
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

En 1578, lors de sa première tentative de se rendre en Amérique, son navire est capturé par les Anglais. En 1583, il effectue avec succès un voyage de traite. En 1584, en société avec des armateurs de Saint-Malo et de Saint-Jean-de-Luz, il organise une expédition pour établir une colonie. Il s'embarque avec quelque 300 colons, mais son plus grand navire fait naufrage sur les côtes de France et il doit renoncer à ses plans.

Par la suite, les guerres de religion l'empêchent d'entreprendre d'autre expéditions. Cependant en 1598 il embarquera une quarantaine de repris de justice pour fonder une colonie dans l'île des sables, en Nouvelle-Ecosse.
Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!


1580  et les peaux de castors...
Les amérindiens qui ont des contacts troquent des peaux de castors contre des outils en fer comme les haches et couteaux et la peau de castor  trouve alors un débouché énorme dans l'industrie du chapeau de feutre. En 1580 le plus important chapelier parisien Mathieu Soupplet, refait des chapeaux à large bords en feutre de castor qu'il peut vendre aux riches bourgeois et marchands car ils ne sont pas frappés par les interdits somptuaires et la mode se répand même à l'étranger!
Dès les années 1580, ce commerce de " l'or brun" devient plus attractif que celui des morues!
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
En 1580, Robert Hitchcock évalue à 500 le nombre de navires français affectés à la pêche. Quelques années plus tard, Antoine de Montchrestien arrive à des constats semblables. Dans un factum de 1613, des marchands de Saint-Malo affirment que des Normands, Basques et Bretons fréquentent le Saint-Laurent depuis 35 ans environ. C’est l’un d’entre eux, le sieur Pontgravé de Saint-Malo, écrivent-ils, qui a d’ailleurs initié Champlain le conduisant au « premier sault » voilà « dix à douze ans ».

1581 prise de l'Estonie par la Suède Les fourrures russes se font plus rares: les prix flambent et le troc de fourrures avec les amérindiens devient plus lucratif que la pèche mais en contrepartie il nécessite des infrastructures à terre... d'où le besoin d'établir des comptoirs et par là les défendre donc s'établir à demeure....
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
1583 prise de possession de Terre neuve et tentative d'implantation par Sir Humphrey Gilbert

Sir Humphrey Gilbert
Il a combattu en 1562 avec les Huguenots à La Rochelle
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
En 1583, Sir Humphrey Gilbert parvint à mobiliser des fonds suffisants : les catholiques anglais, contraints par décret de s'exiler, préféraient encore braver l'inconnu outre-mer que de tenter leur chance dans une Europe continentale instable et hostile. Ainsi, la perspective d'une aventure américaine, dans laquelle Gilbert leur faisait miroiter la colonisation de 9 millions d'hectares (36 000 km ²) autour de la rivière Norembergue, parvint-elle à en allécher un grand nombre.

Pourtant la levée de fonds auprès des catholiques fut un échec, non seulement parce que le Privy Council de la couronne exigeait que les papistes payent préalablement l'amende qui leur était infligée pour leurs croyances, mais aussi parce que le clergé catholique, stipendié par les agents de l'Espagne, les dissuadait d'interférer, par leurs investissements, avec les intérêts des Habsbourg en « Floride ». Malgré cela, Gilbert parvint à lever les voiles vers l'ouest avec une flottille de 5 vaisseaux en juin 1583. L'un des navires, le Bark Raleigh, commandé par Walter Raleigh en personne, dut faire demi-tour faute de vivres. Les équipages recrutés par Gilbert étaient constitués de marginaux, de criminels et de pirates mais, en dépit de leur indiscipline, la flotte finit par atteindre Terre-Neuve.

En entrant dans le port de Saint-Jean de Terre-Neuve, Gilbert se trouva encerclé par la flotte de pêche, sur ordre du commandant du port (un anglais!) en représailles d'un acte de piraterie commis contre un chalutier portugais par un des officiers de Gilbert en 1582. Après avoir forcé ce barrage, Gilbert brandit ses lettres patentes et, très solennellement, il déclara prendre possession de Terre-Neuve (et de toutes les terres s'étendant 200 lieues de part et d'autres, au nord comme au sud) au nom de la couronne d'Angleterre, le 5 août 1583. Il s'empara des ports de pêche de l'île et prétendit lever un impôt sur tous les pêcheurs (des Basques, presque tous ibériques et français) actifs dans la zone du Grand banc de Terre-Neuve.

Au bout de quelques semaines, ses navires levèrent les voiles, sans qu'il ait pu établir un fort, faute de matériel. Gilbert insista pour rester à bord de son navire favori, une petite caravelle appelée le "Squirrel". 
Sir Humphrey Gilbert se laisse convaincre de rentrer en Angleterre et il périt le 9 septembre sur un minuscule navire de 10 tonneaux le "Squirrel":
Le 9 septembre, la frégate Squirrel avait été balayée par une vague, mais refit surface. Contre les exhortations de ses hommes, qui l'invitaient à monter à bord d'un plus gros navire, Gilbert ne bougea pas : on le voyait assis à l'arrière de sa petite frégate, absorbé dans la lecture. Lorsque le Golden Hind croisa à portée de voix, l'équipage l'entendit crier à plusieurs reprises « Nous sommes aussi près du Paradis par voie de mer que par voie de terre » (" We are as near to Heaven by sea as by land! "), en levant sa main vers le ciel comme pour illustrer son propos. Vers minuit, les lumières de la frégate disparurent entre les vagues, et l'homme de quart du Golden Hind se mit à crier : « Le général a été emporté  ». Le Squirrel avait sombré corps et biens.

Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Humphrey_Gilbert
1584 Walter Raleigh reprend l'idée mais plus au sud
Sir Walter Raleigh et son fils 
La reine  accorde à Walter Raleigh la licence américaine donnée précédemment à son demi-frère et il subventionne une expédition de reconnaissance en avril 1584, laquelle trouve dans l'île de Roanoke  (beaucoup plus au sud que Terre Neuve ou la Nouvelle-France puisque en Virginie aux USA actuellement),

ROANOKELa Virginie
ROANOKE _ et la VIRGINIE   Source: (Wikipédia)


un endroit fertile et paradisiaque ou les autochtones sont agréables. De plus l'île est assez proche des colonies espagnoles pour permettre de piller leurs riches galions. Cette expédition ramène deux indigènes qui vont transmettre leur savoir au savant Thomas Harriot.
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

Il conçut le projet de coloniser l'Amérique du Nord, en fondant en 1584 l'établissement de la Virginie (dont la première carte fut dressée par le mathématicien Thomas Harriot, qui l'accompagnait), contribua à battre la fameuse Invincible Armada des Espagnols, et travailla à replacer sur son trône le roi du Portugal (1589).
 Source:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Raleigh

1585 Sir Richard Grenville
 et John White en Virginie.

Dessin de John White
Dessin de John White 


Sir Richard Grenville _ cousin de Walter Raleigh et de Francis Drake_désirait effectuer la circumnavigation du globe à la fin des années 1570, mais la reine Élisabeth lui préféra Sir Francis Drake pour cette mission : Grenville envisageait de rallier l'océan Pacifique par le Détroit de Magellan, plutôt que par le Labrador (solution dite « Passage du nord-ouest »), un programme qui fut finalement mené à bien par Sir Francis Drake lors de son périple de 1577. En 1585, Grenville commandait la flottille de sept vaisseaux qui emmena la première colonie anglaise d'Amérique du nord dans l'île de Roanoke, dans l'archipel des Outer Banks sur les côtes de la Caroline du Nord. (baptisée à l'époque Virginie) Son comportement brutal fut sévèrement blâmé par Ralph Lane, le gouverneur de la colonie, qui critiquait « l'intolérable orgueil et l'insatiable ambition » de Grenville. En effet, quoique les indigènes algonquins fussent d'abord hospitaliers, les colons anglais les traitèrent avec rudesse et mépris : parce que l'un d'entre eux avait dérobé une coupe en argent, Grenville mit à sac et incendia tout un village, tuant tous ses habitants.

En 1586, Grenville revint à Roanoke pour découvrir que les colons survivants (au nombre desquels le savant Thomas Harriot et le graveur John White) avaient repris la mer avec les navires de Francis Drake. Pendant le voyage du retour, il pilla plusieurs bourgs de l'archipel des Açores.  Il mourra en 1590 après un combat de quinze heures sur le "revenge" après avoir coulé deux galions espagnols, perdant 80 hommes, lui-même blessé il fera exploser son navire.
Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Grenville
L'histoire de cette tentative d'implantation à Roanoke:

En Anglais :http://www.nationalcenter.org/ColonyofRoanoke.html

John White  tentera une nouvelle colonie à Chesapeake (actuellement en Virginie) avec 112 colons dont 14 familles et 17 femmes en mai 1587. Un indigène , Manteo sera ramené en Angleterre et baptisé _ se sera le premier a etre baptisé hors amériques_ puis il est fait Lord of Roanoke. La colonie est laissée sans secours car il faut combattre l'invincible armada qui vogue vers l'Angleterre pour se venger des nombreux actes de piraterie que l' Espagne a subis.
En 1589 Raleih conclut un accord avec les marchands alors qu'une expédition espagnole voulant détruire la colonie de Chesapeake Bay n'y trouve plus personne, tous les colons ayant disparu.

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

John WHITE dessina la faune et les hommes peuplant les côtes de Caroline du Nord.

1585 Jacques Noell

Jacques Noël, neveu de Jacques Cartier, puis ses deux fils, Jean et Michel. Le premier vint à Hochelaga ( aux environs immédiat du Mont Royal actuellement MONTREAL au Québec) en 1585, les deux autres en 1587. À cette occasion, ils perdent, nous apprend Marcel Trudel, « quatre pataches au cours d’une bataille entre traiteurs concurrents ».
Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!


1588 Thomas Harriot publie " a brief and true report" Les amérindiens y sont présentés sous un jour agréable et le tabac comme une plante qui permet de soigner toutes sortes de maladies... Il offre son livre à la reine (Lui-même, la reine et de nombreux courtisans sont des fumeurs)
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

1588 Jacques Noell & La Jannaye
En 1588 , alors que le sieur de la Roche est encore lieutenant général, Henri III accorde une concession exclusive sur les fourrures pour 12 ans aux Malouins Jacques Noël et a son associé La Jannaye. Ce monopole est révoqué 4 mois après suite à l'opposition des marchands.
Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"
1589 Richard Hakluyt publie: "The principal Navigations, Traffics and discoveries of the English Nation

publication de Richard Hakluyt
Cet ecclésiaste protestant après un voyage en France collectionne, traduit et publie tous les ouvrages concernant les explorations françaises _ Cartier, Laudonnière, Jean Alphonse de Saintonge, et plus tard Lescarbot._ Il développe l'idée simple: l'empire des mers appartient à l'Angleterre et la priorité historique des Terres Neuves revient à John Cabot. Hakluyit en fait délimite une nouvelle ligne de partage en Amérique: le sud de la Floride restant espagnol et catholique et le nord anglais et protestant.
 
Source:
Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

1580_Cartier, Jacques; Richard Hakluyt (trans.) (1580). A Short and Briefe Narration. [London?]: [s.n.].  
1582_Hakluyt, Richard. Divers Voyages Touching the Discoverie of America and the Ilands Adjacent unto the Same, Made First of All by Our Englishmen and Afterwards by the Frenchmen and Britons: With Two Mappes Annexed Hereunto. London: 1582
1584_Hakluyt, Richard . A Particuler Discourse Concerninge the Greate Necessitie and Manifolde Commodyties That Are Like to Growe to This Realme of Englande by the Westerne Discoueries Lately Attempted, Written in the Yere 1584.
1587_Laudonnière, René de; Richard Hakluyt (trans.) . A Notable Historie Containing Foure Voyages made by Certaine French Captaynes unto Florida, wherein the Great Riches and Fruitefulnes of the Countrey, with the Maners of the People, hitherto Concealed, are Brought to Light... Newly Translated Out of French into English by R. H. .... London: Thomas Dawson.  in-quarto.
1587_d'Anghiera, Pierre Martyr; Richard Hakluyt (ed.) . De Orbe Nouo Petri Martyris Anglerii Mediolanensis Protonotarii et Caroli Quinti Senatoris Decades Octo, Diligenti Temporum Observatione et Utilissinis Annotationibus Illustratæ.... Paris: G. Auvray.  In-octavo. 

1589_Hakluyt, Richard . The Principall Navigations, Voiages, and Discoveries of the English Nation : Made by Sea or Over Land......
1598-1600_Hakluyt, Richard (1598–1600). The Principal Navigations, Voiages, Traffiques and Discoueries of the English Nation, Made by Sea or Overland... at Any Time Within the Compasse of these 1500 [1600] Yeeres, &c. London: G. Bishop, R. Newberie & R. Barker.  3 vols.; folio.
etc....

1594 Dugua de Mons
Pierre Dugua, sieur de Mons, est né dans la région de Royan à l'époque des guerres de religions. Huguenot pour sa part, il participa aux luttes de religions. En 1594, devenu roi de France, Henri IV récompense les gens qui l'ont soutenu. Dugua se voit octroyer une pension et le titre de gentilhomme ordinaire de la Maison du Roi.

Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!

1597 Dugua de Mons se marie En mai 1597, Dugua qui a environ 30 ans épouse Judith Chesnel, une catholique saintongeaise plus âgée que lui ayant près de 40 ans. Celle-ci lui verse une dot de 25 000 livres tournois. « C'était pour le sieur de Mons, un apport non négligeable pour la mise en œuvre du grand projet qu'il mûrissait et pour lequel il s'efforçait déjà de réunir les sommes nécessaires. »
Source: (Naissance de la Nouvelle-France; Pierre Dugua de Mons, Texte : Marie-Claude Bouchet, Société du Musée de Royan, p. 7, juin 2000
1598 Édit de Nantes et Paix de Vervins

Coup sur coup, à quelques jours d’intervalle, au printemps 1598, Henri IV fait cadeau à la France de l’Édit de Nantes qui promulgue une forme de tolérance religieuse et de la Paix de Vervins qu’il conclut avec son rival, Philippe II, roi d’Espagne. C’est le moment de se tourner sérieusement vers cette partie de l’Amérique officiellement ouverte à une présence française.

Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!

1598 Troilus de la Roche du Mesgouez... et la colonie de l'île des sables  au large de la Nouvelle-Écosse

En 1597, de la Roche confie au capitaine Chefdhostel une mission de reconnaissance en Amérique et, à la suite du rapport de celui-ci, décide qu'il installera une colonie sur l'île de Sable, isolée dans l'océan Atlantique, au large de l'actuelle Nouvelle-Écosse.

Le 12 janvier 1598, le roi Henri IV renouvelle la commission du sieur de la Roche selon les termes suivants :

« Henry, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut ...
« Savoir faisons que pour la bonne et entière confiance que nous avons de la personne de notre amé et féal Troillus des Mesgoüets (...) le sieur de la Roche, (...) et de ses louables vertus, qualités et mérites, aussi de l'entière affection qu'il a au bien de notre service et avancement de nos affaires : icelui, pour ces causes et autres à ce nous mouvant, nous avons, conformément à la volonté du feu roi dernier décédé, notre très honoré sieur et frère, qui jà avait fait élection de sa personne pour l'exécution de ladite entreprise, icelui fait, faisons, créons ordonnons et établissons par ces présentes signées de notre main, notre lieutenant-général ès dits pays de Canada, Hochelaga, Terre-Neuve, Labrador, rivière de la Grande Baye de Norembègue et terres adjacentes des dites provinces et rivières, lesquels étant de grande longueur et étendue de pays, sans icelles être habitées par sujet de nul prince chrétien (...) »

Cette commission lui accordait aussi le pouvoir de concéder des terres. Toutefois, il ne semble pas qu'il ait fait usage de ce pouvoir de concession.

En 1598, il embarque une quarantaine de colons, « choisis parmi un groupe de gueux et de mendiants », sur deux navires, la "Catherine" du capitaine Chefdostel et la "Françoise" du capitaine Jehan Girot, et il les installe à l'île de Sable, qu'il baptise Isle de Bourbon et où il fait construire des habitations et un magasin. Puis il laisse le poste sous les ordres du commandant Querbonyer et accompagne les navires aux pêcheries de Terre-Neuve. En septembre, sur le chemin du retour, une violente tempête empêche les navires de faire escale à l'île des sables (île Bourbon) et les rabat sur les côtes de France. L'île reçoit des ravitaillements de 1599 à 1601, mais pas en 1602. Les colons se révoltent et tuent les deux dirigeants, Querbonyer et le capitaine Coussez. En 1603, Chefdhostel revient sur l'île et ne trouve que 11 survivants, qu'il rapatrie en France.

La Roche meurt en 1606.

Source:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Troilus_de_Mesgouez

1599 François Pont-Gravé et Pierre Chauvin

François Gravé est né Saint-Malo en 1560. Si on en croit les marchands de Saint-Malo, il commence à fréquenter le Saint-Laurent vers 1580 et s’installe à Honfleur à partir de 1600.

En 1599, associé de Pierre Chauvin, sieur de Tonnetuit, il cabale contre La Roche de Mesgouez qui a obtenu, l’année précédente, le renouvellement d’une certaine exclusivité sur la traite au Canada. C’est une vieille histoire pour La Roche qui a reçu dès 1577 une commission l’autorisant à commercer aux « Terres neufves et autres adjacentes ».  Tout en maintenant ses appuis à La Roche, Henri IV accepte d’écouter les demandes de Chauvin. Comme bien des personnages qu’on retrouve autour du roi, Chauvin a combattu dans l’armée royale. Il peut espérer des faveurs.
Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!

Pierre Chauvin , sieur de Tonnetuit, riche bourgeois huguenot de Honfleur, armateur et trafiquant en fourrures envisage d'utiliser son commerce de perles de verre pour le troc au Canada et il tisse des liens avec les chapeliers parisiens. Avec le pilote malouin , François Pont-Gravé, il décide d'aller faire un voyage de pèche et d'exploration au canada, entre février et juin 1599,  sur le "don de Dieu", accompagné du Royannais Pierre Dugua de Mons. 

Le don de Dieu

Maquette du "Don de Dieu" _exposition en  la Halle aux vivres de BROUAGE_

Après son retour en France Chauvin obtient pour lui et ses associés _dont Dugua_ un nouveau monopole pour la traite des fourrures, à condition de mener 500 hommes et d'établir une colonie. " au pays de canada costes de Lacadie et autres de la nouvelle-France"

Cela provoquera une réaction furieuse de Troilus de La Roche et des marchands de Saint Malo opposés à tout monopole.
Pour sa part Champlain écrit au sujet de Chauvin" Ce qui fut à blasmer en cette entreprise est d'avoir donner une commission à un homme de contraire religion, pour polluer la foy catholique...." Curieux reproche qu'il ne fera jamais au sujet de Dugua de Mons.

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

1600 Premier comptoir à Tadoussac

Dugua de Mons réalise ses biens , en accord avec son épouse , pour aventure aux Terres-Neuves . Il vend ses terres du Puy du fou, sa maison noble de Mons (à Royan) et d'autres terres à Vaux et à Royan en 1599 à son voisin François de Villegrain, ainsi que des marais salant à Saint Sornin, à Jean de Candelay, gouverneur de la place de Royan. Il se retrouve ainsi à la tête de 88248 livres!

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

Le 15 janvier 1600 le roi cède et  Chauvin devient lieutenant de Troilus de La Roche pour 100 lieues le long du St Laurent et aux alentours de Tadoussac. Aussitôt Chauvin aidé financièrement par Dugua de Mons _ qui est du voyage pour son plaisir_ retourne à Tadoussac avec quatre navires, dont le "Don de Dieu" pour y fonder un comptoir. Ce comptoir sera une simple cabane protégée par une palissade et un fossé rempli d'eau. Champlain n'est pas de cette expédition. Chauvin y laisse 16 hommes dont 5 seulement survivront à l'hiver. Tadoussac qualifié de "lieux si effroyables" restera un simple poste de traite animé l'été et déserté l'hiver.

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

Tadoussac

L’année suivante, ajoute Champlain, Chauvin organise « un second voyage qui fut aussi fructueux que le premier ». Autrement dit, les résultats furent pitoyables.

Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!


1602 Pont-Gravé

En 1602, Chauvin modifie son approche et cherche à se renflouer avec des chargements de morues. Rien ne fonctionne comme prévu. Pour sa part, le capitaine Geffin Malhortie ramène deux Indiens de Tadoussac. Chauvin et Dupont-Gravé n’ont pas du tout l’intention d’abandonner la partie. Ils présentent les deux Montagnais à Henri IV et font valoir l’entente intervenue entre Français et Indiens depuis l600. Toutefois, pour faire face à une concurrence féroce, ils réclament un soutien royal.


Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!

1602-1603 Bartholomew Gosnold & Martin Pring en Virginie

Il  fonda la "Virginia Company of London" il est considéré comme l'acteur  principal de la colonisation de la Virginie.
Gosnold était un ami de Richard Hakluyt et a navigué avec Walter Raleigh. Ils ont eu l'intention d'établir une colonie en  Virginia du Nord.
Barthélémy Gosnold a ouvert  un itinéraire naviguant directement des Açores à la Nouvelle Angleterre. Il a exploré le littoral pendant plusieurs jours avant de jeter l'ancre dans le Port d'York _ Maine_  le 14 mai 1602.

Il a établi un petit poste dans l'Île d'Elisabeth, qui est maintenant appelée l'Île Cuttyhunk et fait partie de la ville de Gosnold. Le poste a été abandonné car les colons faute de vivres suffisants décidèrent  de retourner par bateau en Angleterre.
Un récit du voyage, écrit par John Brereton, un des aventuriers, a été publié en 1602 et  a aidé dans la popularisation des voyages d'exploration  et à la colonisation du littoral du nord-est de l'Amérique. 

Elizabeth island

Elizabeth Island _ Wikipédia

Source:
http://en.wikipedia.org/wiki/Bartholomew_Gosnold

En 1603 avec  le "Speedwell" de 60 tonneaux et l "Explorer" de 26 Martin Pring explorent  l'entrée de la Baie de Penobscot _Maine_ , l'embouchure de la Rivière Saco, la Rivière Kennebunk  et la Rivière York.  En juin, ils sont parvenus à la Rivière Piscataqua et explorent 10-12 milles vers l'intérieur.L'expédition a alors passé deux mois à terre à l'embouchure  de la Rivière Pamet _ Truro- Massachusetts._   Les amérindiens s'était enfui de la terre que l'expédition occupait ne laissant  qu'un canoë d'écorce de bouleau que Martin Pring a rapporté en Angleterre. Les bateaux repartirent  pour l'Angleterre vers  la fin de juillet.

Source:
http://en.wikipedia.org/wiki/Martin_Pring

1603 Pont-Gravé et de Chaste fondent la "Compagnie de la Nouvelle-France" Au début de 1603, une commission d’enquête se réunit à Rouen pour entendre les protestataires et dégager des recommandations à l’intention du roi. Le statut quo est finalement maintenu. Le calviniste, Chauvin de Tonnetuit conserve son monopole, c’est-à-dire que lui seul peut faire la traite des fourrures tant en Acadie qu’au Canada. Il meurt toutefois en février avant de pouvoir organiser une nouvelle expédition. Aymar de Clermont-Chaste se propose alors pour la succession, catholique, commandeur de l'ordre de Malte et ancien gouverneur de Dieppe, sous les ordres duquel Pierre Dugua de Mons a combattu en Normandie, de 1588 à 1590. Henri IV oublie Troilus de La Roche et le nomme.
Avec du Pont-Gravé, de Chaste fonde la "COMPAGNIE DE LA NOUVELLE-FRANCE", composées de Huguenots et de catholiques, pour la colonisation et l'exploitation du Canada.
 En mars 1603 du Pont-Gravé part emmenant Prévert, un autre capitaine malouin, et le jeune géographe saintongeais Samuel Champlain, invité par Aymar de Chaste comme simple observateur.
Du Pont-Gravé rencontre le 27 mai , près de Tadoussac, le chef Montagnais Anadabijou entouré d'une centaine de ses compagnons, qui confirme son alliance avec le roi de France en déclarant:" fort aise que sadicte majesté peuplast leur terre, et fist la guerre à leurs ennemis". La fête durera jusqu'au 18 juin ...voir ci-dessous la "TABAGIE" première alliance franco-amérindienne.
De Chaste mourra le 13 mai sans avoir eu connaissance de cette colonisation.

Sources:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php! et 
Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"

1603 La première alliance franco-amérindienne

Pour ce voyage de 1603, Dupont-Gravé ramène, à bord de la Bonne-Renommée, deux Indiens qui avaient été reçus par Henri IV. La traversée dure plus de deux mois. On peut supposer que les échanges sont passionnants pour Champlain. Il a tout à apprendre. La barrière des langues n’existe pas : les deux Indiens qui avaient voyagé avec Malhortie ,l’année précédente, ont certes appris un peu de français et Dupont-Gravé parle assez bien leur langue. Ce qui suivra n’est pas le fruit du hasard.

À leur arrivée, la population de Tadoussac est en pleine tabagie. Le grand sagamo Anadabijou écoute attentivement les deux émissaires. Le Roi leur a fait « bonne réception »; ils assurent, rapporte Champlain dans son rapport intitulé Des Sauvages et qu’il fera publier « par privilège du roi », dès novembre 1603, que « sadite Majesté leur voulait du bien et désirait peupler leur terre ». Surtout, ajoutent-ils, Sa Majesté désire « faire la paix avec leurs ennemis ( qui sont les Iroquois, précise Champlain,) ou leur envoyer des forces pour les vaincre ». Anadabijou a le sens du protocole. Son idée est arrêtée, mais il fait d’abord distribuer du pétun (tabac) à Dupont-Gravé et à ses compagnons. « Ayant bien pétuné, il commença sa harangue […] fort content d’avoir sadite Majesté pour grand ami […] et fort aise que sadite Majesté peuplât leur terre et fit la guerre à leurs ennemis ». Les alliances franco-indiennes, amorcées en 1600, venaient de franchir une nouvelle étape. Anadabijou et Dupont-Gravé avaient jeté les bases de l’Amérique française. Ce sera l’affaire de Champlain de faire en sorte que cohabitation et métissage soient au rendez-vous.

Pendant que la traite se fait en ce début de l’été 1603, Champlain explore les environs et remonte le Saguenay aussi loin que possible. Les Indiens lui parlent d’un lac important, mais ils refusent de l’y conduire « ni aucun de nos gens », comme il l’avouera plus tard (1632). Bien plus, « lesdits Sauvages du nord disent qu’ils voient une mer qui est salée », ajoute-t-il. La découverte de cette baie par Henry Hudson sera une des grandes frustrations de Champlain.

À défaut d’aller vers le Nord, Champlain se laisse guider jusqu’aux rapides Saint-Louis par Dupont-Gravé. Tout au long du trajet, il s’extasie devant les « rivières, rochers, îles, terres, arbres, fruits, vignes et beaux pays qui sont depuis Québec jusqu’aux Trois-Rivières ». Il partage le point de vue de son guide et compagnon de voyage : « ce serait un lieu propre pour habiter et on pourrait le fortifier promptement ».

Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!

Pierre
Dugua de Mons
donne le vrai départ de la colonisation
Son grand projet, c'était d'être nommé Lieutenant-général « aux terres neuves d'Amériques ». Ce titre lui fut accordé le 8 novembre 1603 et lui donna le monopole des terres entre le 40e et le 46e degré de latitude nord. Ayant vendu ses biens pour financer ses entreprises, il s'engagea à « conquérir » ces terres au nom du roi Henri IV et d'y créer des établissements français permanents.

À leur retour en France en 1603, du Pont-Gravé et Champlain apprennent le décès d’Aymar de Chaste. Fort affligé, Champlain s’inquiète et cherche « un Seigneur de qui l’autorité fut capable de repousser l’envie ». « Je sais, poursuit-il, qu’aussitôt plusieurs marchands de France qui avaient intérêt en ce négoce, commençaient à faire des plaintes de ce qu’on leur interdisait le trafic des pelleteries, pour le donner à un seul ». Il quitte rapidement Honfleur pour aller trouver Sa Majesté, « à laquelle je fis voir, raconte-t-il, la carte du dit pays, avec le discours fort particulier que je lui en fis, qu’elle eut fort agréable, promettant de ne laisser ce dessein, mais le faire poursuivre et de le favoriser ». « La Providence ( mais Champlain ne l’a-t-il pas aidée ?), écrit Jean Glénisson, l’excellent biographe de Champlain, voulut que le successeur fût aussi saintongeais : Pierre Dugua de Mons, gouverneur de la place protestante de Pons, vétéran, sous la bannière royale, - comme Chaste, comme Pont-Gravé, comme Champlain lui-même -, de la campagne de Bretagne, qui, mettant un terme aux guerres civiles, a permis aux Français de reprendre l’exploration du monde ». Henri IV n’oubliait pas tous ses fidèles partisans qui lui avaient permis de gagner ses guerres .

Le Roi a tôt fait de céder aux démarches de Dugua de Mons et lui accorde, d’un trait de plume, le fameux monopole contre l’avis de son principal ministre, le duc de Sully, et malgré les protestations des marchands de Bretagne et de Normandie. On le sait : Dugua de Mons est déjà allé au Canada, sans dépasser toutefois Tadoussac. « Ce peu qu’il avait vu, rappelle Champlain en 1632, lui avait fait perdre la volonté d’aller dans le grand fleuve Saint-Laurent ». Dugua de Mons opte pour l’Acadie, contrée « d’un air plus doux et plus agréable », plus accessible et plus propice à l’agriculture. Aussi ambitieux qu’habile, il réunit des marchands de Rouen, de Saint-Malo, de La Rochelle et de Saint-Jean-de-Luz et forme une puissante compagnie. Le capital ne suffit pas; il mise aussi sur Dupont-Gravé et Champlain.

Source:
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php!


26 juin 1604 Ste CROIX

Dugua de Mons accompagné de CHAMPLAIN explorent et atteignent une rivière le 24 juin , ils la baptise St Jean puis le 26 une autre appelée Sainte-Croix, à cause de deux ruisseaux qui viennent dans l'embouchure. Au milieu de cette rivière s'offre un excellent mouillage et une petite île défendue par de hautes falaises, couverte de sapins et de bouleaux.

Sieur de Mons baptise l'île « Sainte-Croix » et Champlain en donne la description suivante :

« L'île est couverte de peupliers, de bouleaux, d'érables et de chênes. Elle est naturellement bien située... et facile à fortifier... C'est le meilleur endroit que nous avons vu pour nous installer, en raison de sa situation, de la beauté du paysage et des liens que nous souhaitons nouer avec les peuples autochtones qui habitent le long de ces côtes et à l'intérieur des terres, et parmi lesquels nous serons appelés à vivre...À marée basse, les crustacés et les coquillages - myes, moules, oursins et escargots - y abondent...»

(Source: Voyages du Sieur de Champlain, publiée par la Champlain Society.)

Espérant un hiver plus clément que sur le Saint Laurent ils décident de s'y installer et font venir le "Don de Dieu" et la "Levrette" restés en baie Ste Marie.

Fin août 1604 le sieur de Mons renvoie ses vaisseaux en France avec François Pont-Gravé, son secrétaire Jean Rallauau, le sieur de Poutrincourt et l'abbé Nicolas Aubry dégoûté de son aventure américaine. 

Source: Le livre de Guy Binot "Pierre DUGUA de MONS"



par CHAMPLAIN ste CROIX

1604_ l'habitation de Ste Croix par Champlain_Internet

 Revenu en France Pont Gravé sera "Procureur général et spécial de Monts"

Les 79 personnes restées dans l'île Ste Croix construisent  la première habitation durable en Acadie. 

L'installation commence par la construction d'une barricade sur l'îlot à la pointe sud avec un canon.

Les différents corps de logis, le magasin, une cuisine, un réfectoire, le logis des Suisses, celui du sieur de Mons avec une cheminée en briques, ceux des notables, un moulin à bras pour moudre le blé, et une galerie de jeux. Les colons construisent sur les rochers qui servait probablement aux deux cultes, la première ou sera célébrée Noël en Amérique du nord.

Ils sèment du blé mais avec des problèmes d'arrosage car la source de l'île est insuffisante. La récolte sera peu abondante mais se sera la première en Amérique du nord.

Pendant ce temps Samuel de Champlain continue l'exploration des cotes au sud de l'île à la demande du sieur de Mons mais il ne trouvera pas de meilleurs emplacement.. Il atteindra la rivière Norembègue Penobscot) puis revient avant l'hiver.

L'hiver est précoce et la neige arrive le 6 octobre , il en restera plus de trois pieds durant cinq mois! La température descendra jusqu'à -30°C le cidre gèle Les glaces empêchent de traverser la rivière et les colons manquent de  viandes fraîches et de  bois de chauffage.

Le scorbut fait des ravages parmi les colons qui sont abandonnés à eux-mêmes contrairement aux seigneurs " quelqu'un de la troupe apportoit toujours quelque gibier, ou venaison, ou poisson frez"

Les gentilshommes sont contraints " de se donner la garde, non des peuples que nous disons sauvages, mais de ceux qui se disent chrétiens et n'en sont que de nom, gente maudite et abominable, pire que des loups, ennemis de Dieu et de la nature humaine"


« Il était difficile de bien connaître ce pays sans y passer un hiver... L'hiver nous a surpris plus tôt que nous le pensions... des soixante-dix-neuf que nous étions, trente-cinq sont morts (du scorbut) et vingt autres ont failli périr... C'est pour cette raison que le sieur de Mons et d'autres se sont dits mécontents de l'établissement... L'hiver dure six mois dans ce pays. »

A la fin de l'hiver de Mons a la tristesse de voir trente-six de ses compagnons " mourir tous vifs".  Ils reposent dans un petit cimeterre qui a été remis en état.

En 1968-1969, des archéologues ont examiné 23 sépultures dans l’île Sainte-Croix. Les corps étaient enterrés les pieds en direction de l’est, selon les rites funéraires chrétiens à l’époque. La position des corps variait en raison du changement de position du soleil en hiver et au printemps. Des recherches entreprises en 1995 laissent supposer que l’âge des hommes décédés variait entre environ 17 et 45 ans.

En décembre 1605, le sieur de Mons atteste que

« René Noël, sieur de Bourgioly, de Vitrey en Bretagne…est décédé du scorbut le dernier jour de mars 1605 dans l’île Sainte-Croix…et y a été enterré le même jour. »

Ste croix par Champlain

L'ile de Sainte Croix par Champlain

1605 Port-Royal
La baie de FUNDY

Port-Royal en Baie de Fundy est la première colonisation réussie.

L'été suivant, après avoir exploré les côtes environnantes, Samuel de Champlain, explorateur et cartographe, et François Pont-Gravé choisissent un nouvel endroit nommé Port-Royal, situé de l'autre côté de la baie Française (Fundy). La colonie déménage avant que le sieur de Mons ne retourne en France, laissant la responsabilité du nouveau peuplement entre les mains de Pont-Gravé.

reconstitution Reconstitution de l'habitation à Port-Royal

« Afin d’échapper au froid et au terrible hiver que nous avions connus dans l’île Sainte-Croix, le sieur de Mons décida de déménager et de fonder un nouvel établissement. Comme nous n’avions trouvé aucun port qui nous convenait…nous avons équipé deux pinasses pour transporter le bois qui avait servi à la construction des maisons dans l’île Sainte-Croix à Port-Royal…où nous pensions que le climat était beaucoup plus tempéré et agréable. »


 Port Royal,  se trouve être la colonie européenne la plus ancienne 

au nord de St. Augustine fondée en 1564 (Le Fort Caroline des Huguenots) en Floride. 

Cette colonie a été fondée par Pierre Dugua de Mons, Samuel de Champlain  et François Pont-Gravé  en 1605.


Les chasseurs et les négociants des peuples passamaquoddy, malécites et mi'kmaq assurent la survie commerciale de la colonie du sieur de Mons. Grâce à leur connaissance directe du territoire, ces véritables entrepreneurs contrôlent l'approvisionnement en fourrures. Les Passamaquoddy, les Malécites et les Mi'kmaq qui ont déjà commercé avec les Français, connaissent donc l'utilité des produits européens. Pour continuer à troquer les fourrures contre ces produits, ils concluent des alliances commerciales avec le sieur de Mons.


Faute d'un manque de finances, les colons quitteront les lieux en 1607. En 1610, Jean de Poutrincourt, deuxième gouverneur de l'Acadie, avec son fils de 19 ans, Charles de Biencourt, Claude de Saint-Étienne de la Tour et son fils de 14 ans Charles de Saint-Étienne de la Tour, un prêtre catholique et d'autres colons français se sont rendus à l'habitation.

En 1613, l'habitation a été attaquée par des colons anglais de la Virginie. Plusieurs colons français sont tués et d'autres sont enlevés. Le fort et les marchandises sont détruits. Biencourt, qui était en France pour recueillir des approvisionnements, est retourné à Port-Royal le printemps suivant. Il fut obligé de retourner en France avec les colons survivants. Charles de Biencourt et Charles de la Tour sont restés parmi les Micmacs, s'engageant dans l'industrie de la fourrure. Biencourt est mort en 1623.

En 1939-1940, le gouvernement canadien a fait construire une réplique de l'Habitation de Port-Royal.

Source: Wikipédia



Le scorbut

Champlain décrit les effets du scorbut

« Au cours de l'hiver, beaucoup de nos gens ont attrapé le mal de la terre, c'est-à-dire le scorbut... Ils avaient dans la bouche de grandes plaques de chair boursouflée par des champignons et qui se putréfiaient à tel point qu'ils ne pouvaient pratiquement plus rien avaler qui ne soit très liquide. Leurs dents se déchaussaient tellement qu'on pouvait les arracher avec les doigts sans qu'ils en souffrent. La chair boursouflée était souvent coupée, ce qui les faisait beaucoup saigner de la bouche. La maladie gagnait ensuite les bras et les jambes, qui gonflaient, se durcissaient et se couvraient de boutons semblables à des morsures de puce. Ils finissaient par ne plus pouvoir marcher, car leurs nerfs se contractaient, n'avaient presque plus d'énergie et éprouvaient des douleurs intolérables. Ils souffraient également des crampes, de l'estomac et du ventre, avaient une très mauvaise toux et étaient essoufflés. Nous n'avons pu trouver de remède à ces maux. »

(Source: Voyages du Sieur de Champlain, publiée par la Champlain Society.)

 Ensuite.... Ensuite... la fondation de Quebec... Le grand dérangement ... à voir dans les livres et sur Internet...
LIENS

L'Ordre de Bon Temps

Instauré par Samuel de Champlain au cours de l'hiver de 1606-1607, ce club social offre de bons plats et du plaisir aux hommes de la colonie française de Port-Royal, que l'on appelle aujourd'hui l'habitation. Ils espèrent ainsi se remonter le moral et améliorer leur santé pendant les longs mois d'hiver.

Liens (actifs en 2008)

http://www.culture.gouv.fr/culture/nllefce/fr/index.htm

http://sammybabyjunior.unblog.fr/tag/chroniques-de-nouvelle-france/

http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/ns/portroyal/natcul/histor_f.asp

http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/nb/stcroix/natcul/index_F.asp
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Dugua_de_Mons
http://www.comitedugua-royan.com/
http://www.histori.ca/champlain/index.do;jsessionid=A23A75D53AA07E7BD22E304AA0496A61.tomcat1
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105065h
http://www.google.fr/search?hl=fr&q=croquis+samuel+de+champlain&start=20&sa=N
http://www.septentrion.qc.ca/documents/2008/08/champlain_et_dupont_grave_en_c.php
http://freepages.genealogy.rootsweb.ancestry.com/~simoneau/ilesabfr.html
http://flfa.free.fr/enquete2.htm
http://www.republiquelibre.org/cousture/FLORIDE.HTM
http://www.republiquelibre.org/cousture/ACADIE.HTM
http://www.republiquelibre.org/cousture/CHAMP.HTM
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Le_Moyne_de_Morgues
http://fcit.usf.edu/florida/photos/native/lemoyne/lemoyne.htm
http://www.philaprintshop.com/debrytxt.html#Virginia
http://www.csulb.edu/~gcampus/libarts/am-indian/woodcuts/wood.coll.set.1.html
http://oeuvres.champlain.free.fr/gravures/gravures_champlain_1_1.php
liens en ordre chronologique (actifs en 2008)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cabot
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_Pedro_Reinel
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Aubert
http://www.heritage.nf.ca/patrimoine/aboriginal/micmac_f.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9bastien_Cabot
http://www.virtualology.com/virtualmuseumofhistory/hallofexplorers/SEBASTIANCABOT.COM/
http://en.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%A3o_%C3%81lvares_Fagundes
http://www.newadvent.org/cathen/02164c.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Giovanni_da_Verrazano
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cartier
http://en.wikipedia.org/wiki/Lucas_Vázquez_de_Ayllón
http://grandquebec.com/saguenay-lac-saint-jean/royaume-du-saguenay/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hochelaga_(village)
http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0002354
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_de_La_Rocque_de_Roberval
http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0004403
http://jacquescartier.org/fondation-canada/france-roy.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Alfonse
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Hawkins_(navigateur)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_Caroline
http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Drake
http://fr.wikipedia.org/wiki/Troilus_de_Mesgouez
http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=395&&PHPSESSID=s9cmu40404t25oo3o9iojuno46
http://fr.wikipedia.org/wiki/Humphrey_Gilbert
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Raleigh
http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonie_de_Roanoke
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Grenville
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_White_(colon)
http://www.gmu.edu/library/specialcollections/john_white.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Harriot
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Hakluyt
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Dugua_de_Mons
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Grav%C3%A9
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Chauvin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aymar_de_Chaste
http://pages.videotron.com/popvicto/Nouv-Fr/anadabijou.html
http://www.encyclobec.ca/main.php?docid=291
http://en.wikipedia.org/wiki/Martin_Pring
http://pagesperso-orange.fr/alain.perron/EtienneBrule.htm
http://cyberacadie.com/ pour après 1604
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9portation_des_Acadiens

Merci de me signaler les liens obsolètes, les nouveaux ou les oubliés intéressants.


 

carte de 1609 par LESCARBOT

Carte de 1609 par LESCARBOT
_clic pour agrandir_
(source: Internet)

Carte de Samuel de CHAMPLAIN

Carte de la Nouvelle France par CHAMPLAIN
-clic pour agrandir_
(Source: Internet)

 Champlain

 Champlain imaginé (Source: Internet)

timbre comémoratif

Les Ouvrages de Samuel de Champlain:

Tome I – 1599-1601_Voyage de Champlain Aux Indes Occidentales
Tome II - 1603_Des Sauvages ou
Voyage de Samuel Champlain de Brouage fait en la France Nouvelle
Tome III – 1613_Les Voyages du Sieur de Champlain, Xaintongeais
Tome IV – 1615-1618_Voyages et Découvertes faites en la Nouvelle France, depuis l’année 1615, jusques à la fin de l’année 1618
Par le sieur de Champlain, Capitaine ordinaire pour le Roi en Mer du Ponant.
Tome V – 1615-1618_Les Voyages de la Nouvelle France occidentale, dite Canada, dait par le Sieur de Champlain Xaintongeais, Capitaine pour le Roi en la Marine du Ponant, & toutes les découvertes qu’il à fait en ce pays depuis l’an 1603 jsuque en l’an 1629.

Traité de la Marine _Et du devoir d’un bon marinier. Par le sieur de Champlain.

Les gravures de Champlain numérisées:
http://oeuvres.champlain.free.fr/gravures.htm

Les Oeuvres de Champlain
Edition Du Jour Montréal 1973
Champlain, le fondateur de Québec
Collection Traces & ragments - Magellan & Cie
ISBN 2-914330-49-

Des LIVRES

 sur le sieur DUGUA de MONS:

BINOT, Guy, Pierre Dugua de Mons, Lieutenant de la Nouvelle France de 1603 à 1612, Éditions de la Bonne Anse, 2004
 

 sur CHAMPLAIN:

http://www.livre-mer.com/dossiers/dossier-champlain.html

Ayant puisé abondamment sur Internet je remercie les auteurs de tous ces sites et qu'ils me pardonnent d'avoir fait cette présentation sans réécrire ce qui a été fort bien dit et aussi réutilisé certaines illustrations.
Si l'une d'elle ne respecte pas les copyright il suffit de m'en faire part et je la retirerai.
 Je remercie également Guy Binot l'auteur de l'excellent livre sur
Pierre Dugua de Mons.



Retour à IMAGES de SAINTONGE

Retour à Belle SAINTONGE

Fin de la page sur DUGUA de MONS et CHAMPLAIN  en ACADIE. _octobre 2008_avril 2010_sept 2010(timbres)