L'église romane d' AULNAY de SAINTONGE (*)

Texte intégral de Charles CONNOUË
Photos de  Bernadette PLAS & Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"Site Belle Saintonge"


(*) AULNAY de SAINTONGE malgré son nom était une ville située immédiatement aux frontières de la SAINTONGE
mais n'en faisant pas partie historiquement sinon de coeur  ....
 



Arrondissement de SAINT-JEAN-D’ANGELY
(A 17 kilomètres au Nord-est de Saint-Jean-d'Angély et à 40 kilomètres au nord de Saintes).


Aulnay l'église complète...


Comme elle est en même temps d'une richesse et d'une qualité d'ornementation extraordinaires et que, par un hasard, dont il y a peu d'exemples dans notre région, elle est parvenue presque intacte jusqu'à nous, il est possible de la présenter sans hésitation comme le plus bel édifice religieux de la campagne saintongeaise.
D'autres peuvent l'égaler, la dépasser même sur certains points, avoir plus d'élégance dans les lignes, plus de grâce dans l'ensemble et plus de charme dans certains de leurs détails, aucune (sauf peut-être l'Abbaye-aux-Dames de Saintes qui est d'ailleurs d'une autre conception), aucune ne présente un ensemble aussi total et aussi achevé.
Toutes les beautés, toutes les particularités qui se trouvent plus ou moins dispersées ailleurs sont réunies là. Lefèvre-Pontalis parlant d'elle a dit : «  C'est une des églises romanes les plus parfaites de France.  »

L'église Saint-Pierre de la Tour, tel est son nom, bien située au croisement de deux routes pré-romaines, dont une de grande communication reliant Saintes à Angers, est connue de tous les archéologues et de tous les amateurs d'art, curieux des choses du passé.
Sa description a été faite maintes fois dans de nombreuses études parmi lesquelles il y a notamment lieu de citer celle, très poussée et fort bien présentée avec de très belles photographies de M. J. Chagnolleau (Aulnay-de-Saintonge, chez Arthaud, Grenoble) et celle très pertinente, pleine d'aperçus nouveaux de M. l'abbé Tonnellier, le savant érudit charentais.
(D'autres ouvrages sont plus récents:
Aulnay d'ombre et de lumière - Un art roman d'exception Par Rémy Prin_ 2009_Editeur: Bordessoules )


Aulnay s'écrivait autrefois et devrait s'écrire Aunay. De savants exégètes ont disserté et discuté à propos de cette malencontreuse lettre ajoutée évidemment Inutile : nous ne les suivrons pas. Pour nous, avec ou sans « l», Aulnay est toujours aussi digne d'intérêt.

Ancienne église abbatiale elle dépendait en 1030 de Saint-Martial de Limoges. Elle appartint peu de temps après au monastère bénédictin de Sainf-Cyprien de Poitiers et on la retrouve en 1135 possession du chapitre de cette ville. A vrai dire ces différentes dates ne s'appliquent pas au même édifice. Au Xlle siècle l'église actuelle en a remplacé une autre, qui ne s'élevait pas d'ailleurs exactement au même endroit.

A quelle date eut lieu ce remplacement ? Cette question depuis longtemps posée a donné lieu à des controverses multiples dont rien de définitif n'est encore sorti.
Pour Anthyme Saint Paul l'église d'Aulnay qui, comme la plupart des édifices religieux, n'est pas datée, a été construite entre 1119 et 1135.
Ch. Dangibeaud fixe comme dates extrêmes 1138 et 1161 et M. de Lasteyrie se borne à dire que la fenêtre axiale de l'abside est d'une époque avancée du XIIe siècle. Pour M. j. Chagnolleau qui a compulsé de nombreux textes et a su interpréter certains détails, la construction a demandé deux campagnes : la première vers 1175, la seconde vers 1195.

En l'absence d'indications plus nettes et réduit à tabler sur des observations; il n'est guère possible de n'émettre que des conjectures. Mais une remarque s'impose. Les ouvriers qui ont travaillé à l'édifice que nous avons sous les yeux étaient des artistes habiles, très habiles même et sûrs de leur technique, mais ils ont encore conservé une sorte de raideur, une certaine dureté dans leur manière de faire. Leurs dessins sont secs, rigoureux, comme l'est le plan d'ensemble. Nous avons dépassé à Aulnay la période des hésitations et des gaucheries des premiers imagiers romans, mais nous n'en sommes pas encore à la technique aisée, souple et si gracieuse de Fenioux.

 Ceci conduit à faire remonter la construction d'Aulnay au milieu du XIle siècle. Mais cette conclusion ne s'applique qu'à la façade occidentale, à la nef et à la partie inférieure du clocher. Le chevet plus fantaisiste n'a dû suivre qu'après plusieurs années d'intervalle et toute l'élévation sud du transept beaucoup plus nuancée, plus fouillée, plus hardie et qui indique un désir certain de se renouveler, de faire autre chose, est probablement postérieure de plusieurs décades à la nef.
La construction d'Aulnay semble donc s'être échelonnée sur une période de 50 a 60 ans. Commencée vers 1140 par la nef, elle s'est poursuivie par la façade principale, puis ont suivi le chevet et enfin la porte méridionale. Il y eut des arrêts, des reprises, des adjonctions, mais le plan d'origine ne fut pas modifié et l'édifice conserva finalement son unité.

façade AULNAY de SAINTONGE



La façade telle que nous la voyons aujourd'hui n'est pas, il faut le reconnaître, spécialement heureuse de lignes, même compte non tenu des contreforts qui la déparent, elle est écrasée par son trop important pignon, à vrai dire reconstruit et manque de hauteur.
Les quatre contreforts dont on a cru devoir l'étayer au XVe siècle sont d'autant plus regrettables qu'il n'était pas impossible de les disposer autrement. Les deux du centre masquent des raccords d'arcs certainement très travaillés et les deux énormes des angles alourdissent encore un ensemble par trop dépourvu d' «  élan vertical » malgré les petits clochetons conservés. Ces deux inesthétiques masses cachent en outre d'élégants faisceaux de colonnes, comme il en existe beaucoup dans la région et, sans aller chercher plus loin, au portail sud.
Ces quelques imperfections signalées et déplorées il y a lieu de s'attacher aux beautés qui sont de premier ordre.
Le  rez-de-chaussée est occupé  par trois  grandes  baies presque de  même hauteur
et dont une seule, la centrale, est percée.
A l'étage deux petites fenêtres à colonnettes encadrent une large baie à un rouleau légèrement brisé. Il y a peu de temps, il s'y dressait encore une statue équestre de l'empereur Constantin.
L'intérêt de cette belle page d'architecture est exceptionnel mais réside tout entier dans la décoration des cintres d'une richesse rare, dans la multiplicité des sujets traités et dans la qualité de l'exécution.
Sur les trois arcades brisées des fausses portes (faces et intrados) abondent les motifs végétaux profondément fouillés, tandis que sur les quatre voussures du portail se développent une remarquable suite de scènes allégoriques.

portail central AULNAY DE SAINTONGE


La première ou la plus petite est garnie de six anges, allongés dans le sens de l'arc,

AGNEAU PASCAL AULNAY DE SAINTONGE
adorant un agneau pascal placé au centre, dans un médaillon; les robes des anges sont joliment drapées.

VICES et VERTUS à AULNAY DE SAINTONGE

(De gauche à droite l'on trouve:
"Ira... Paciencia " _ "Luxurio... Castitas" _ Superbla... Humilitas _+  + _" Largitas... Avaricia"_ "Fidès... Idolatria"_" Concordia... Discordia".)



Sur la suivante se déroulent les combats des Vertus et des Vices. Six personnages en armes, les Vertus terrassent chacun un Vice représenté par un petit monstre hideux. A côté sur le plat de l'archivolte sont inscrits les noms des combattants. On voit ainsi la Foi triompher de l'Idolâtrie, la Chasteté de la Luxure, la Patience de la Colère et la Concorde écraser la Discorde. Mais ces vertus pour parvenir à leurs fins, ont dû endosser le harnois de guerre et assez curieux est en définitive le spectacle de cette Concorde maniant un lourd estoc...

CONCORDIA _ AULNAY DE SAINTONGE(



Le sujet du combat des Vertus et des Vices existe ailleurs en France mais il est spécifiquement saintongeais et se rencontre souvent sur les façades de nos églises.


 Il dérive de l'œuvre d'un poète chrétien du nom de Prudence qui vivait en Espagne au IVe siècle. Dans sa « Psychomachie » il représente l'âme humaine comme un champ clos où l'armée des Vertus livre un incessant combat a l'armée des Vices.

Les vierges sages et les vierges folles _AULNAY

Sur la troisième voussure autre allégorie. Cinq Vierges Sages lampes hautes sont opposées ( à gauche) à cinq Vierges Folles lampes éteintes et tombantes, de chaque côté d'un Christ bénissant à sa droite et poussant à sa gauche un énorme et inexorable verrou (porte fermée).
Les cinq Vierges Sages ou avisées qui ont su malgré les difficultés entretenir la flamme de leurs lampes vont fièrement au devant du Maître qui les accueille et les récompense. Les cinq autres, les négligentes qui ont laissé s'épuiser l'huile des leurs se présentent peureusement et sont chassées. Les unes symbolisent les âmes vigilantes qui, sur la terre, auront, en dépit des embûches, accompli leur devoir et seront agrées et les autres les Insouciantes qui seront repoussées.

(Voir le manuscrit de la pièce théatrale des vierges sages et folles du XIIè
 le plus ancien texte en Saintongeais sur ce site
dans lequel Jésus parle même en patois Saintongeais !)


ZODIAQUE d'AULNAY DE SAINTONGE

(_ homme se chauffant. Verseau. Januarius__ homme assis. Acarius . Poissons. Februarius. Pisces __ Jeune homme et feuillages__ Bélier. Arles __ Gemini (avril et mai manquent)__ Fenaison, junius__ Lion__ Cancer__ Moisson__ Augustus. Virgo. Battage__ Balance, libro__vendanges. September__scorpion__October. Glandée__Sagittarius__ bêtes à l'étable. November __Capricornus__ homme à table__).

)


La grande voussure est tout entière occupée par les douze figures d'un zodiaque. Chaque signe est accompagné des travaux du mois correspondant : la fenaison, la moisson, les vendanges. Plusieurs de ces tableautins sont malheureusement mutilés ; certains manquent.
Ce n'est pas le hasard qui a décidé du choix et de la disposition de ces divers motifs sur le portail. En plus d'un enseignement par l'image. II y a là une haute idée exprimée ; celle du cycle ternaire de l'existence humaine. D'abord la vie matérielle avec les travaux de tous les mois et de tous les jours ; puis la vie spirituelle et chrétienne avec sa nécessaire vigilance et ses luttes constantes ; enfin la vie céleste, récompense finale.
 C'est ce qu'il faut lire dans la belle étude de P.-M. Tonnellier sur Aulnay.


Les chapiteaux des pieds-droits prolongés forment un magnifique bandeau et (particularité digne d'attention parce que rare en Saintonge) les deux baies latérales sont l'une et l'autre ornées d'un tympan historié,

cruxifiction de St Pierre_AULNAY

 Sur celui de gauche se détache une crucifixion de Saint Pierre, patron de l'église,

Tympan vierge _AULNAY de SAINTONGE
 sur celui de droite une scène indéterminée où figurent le Christ, la Vierge et Saint Jean.

Le portail central seul est surmonté d'une corniche à beaux modillons.

Les murs de la nef sont extérieurement renforcés par de grands arcs appuyés sur des groupes de trois colonnes dont la centrale monte jusqu'à la corniche. Chacune encadre une fenêtre à colonnettes excentrée au-dehors, mais non à l'intérieur. La troisième abrite en outre un enfeu.

portail sud

A l'extrémité sud du transept s'élève une deuxième façade fort différente de la première, plus connue encore et surtout plus admirée. Elle ne comporte qu'un portail en plein cintre mais extraordinaire comme l'est aussi l'étage et le pignon. Le tout bien encadré par deux faisceaux de sept belles colonnes formant contreforts d'angles.
Cette porte dont un moulage est aujourd'hui au Musée des Antiques au Palais de Chaillot ( ne chercher plus ce musée) a les quatre cintres appuyés sur des jambages très ébrasés garnis de colonnes aux fûts et aux chapiteaux diversement ornés : chevrons et torsades sur les uns ; feuillages, griffons et personnages sur les autres. Les fuseaux entre les colonnes sont garnis de petits aigles et d'étoiles. Les tailloirs prolongés forment bandeau traversant la façade. La suite de petits chevaux au galop de la partie gauche est particulièrement curieuse.



moitié portail sud _AULNAY de SAINTONGE

Mais   l'intérêt  de   ces   détails   ne   fait  qu'annoncer  celui   des  voussures.   Deux   de
celles-ci sont célèbres dans le monde archéologique : la plus petite et la plus grande.


La première pure réminiscence byzantine est ornée en méplats de rinceaux enchevêtrés enterrant trois griffons et trois centaures ; la deuxième, celle du grand rayon, est garnie de trente-quatre figurines fantastiques ou satyriques

détail portail sud

 formant le plus étonnant assemblage qu'il soit possible de rencontrer : oiseaux, griffons, animaux de toutes formes, sirènes, centaures, cerfs, un âne qui joue de la vielle, un autre chantant, etc., etc.

archivoltes portail sud

vieillards portail sud _AULNAY de SAINTONGE

Les deux autres archivoltes plus classiques sont revêtues l'une d'une théorie de vingt-quatre Saints debout et en marche ;
 l'autre de tout un aréopage de vieillards assis ayant en mains soit un Instrument de musique soit un flacon de parfums. Il s'agit vraisemblablement des vieillards de l'Apocalypse malt ils sont trente et un et non vingt-quatre.

portail sud AULNAY DE SAINTONGE

portail sud d ' AULNAY de SAINTONGE

Posée sur les chapiteaux des colonnes d'angles une très vaste arcade légèrement brisée, surmontée d'un gable formé par les côtés déclives du pignon encadre à l'étage ce qui pourrait être un très classique rez-de-chaussée d'église romane. Une grande baie centrale à trois voussures en tiers-point et deux baies latérales, plus petites en plein cintre s'appuient sur des pieds-droits dont les colonnes reposent sur une tablette à modillons. Une grande ouverture circulaire coupée par une croix ajourée perce la baie centrale et complète la ressemblance avec un rez-de-chaussée.
Cet    ensemble    constitue    une   façade   dont   beaucoup    d'églises   s'enorgueilliraient.

abside d'AULNAY DE SAINTONGE

Eglise d ' AULNAY de SAINTONGE


Le chevet (chœur, abside et absidioles) est justement renommé.
Toutes les fenêtres sont Intéressantes, mais l'axiale est hors de pair. Elle aussi d'ailleurs a son moulage à Chaillot. M. de Lasteyrie a écrit à son propos : «  II serait vraiment difficile de citer une fenêtre romane de plus pure proportion et décorée avec plus de goût...

fenetre centrale abside _ AULNAY DE SAINTONGE

 Ce qui donne surtout à cette fenêtre un caractère original c'est la décoration de ses chambranles...

détail fenêtre abside
 Des personnages semblent se frayer avec peine un passage au milieu de rinceaux qui leur barrent la route. » Ces chambranles sont en effet garnis de volutes et de médaillons exécutés en méplats et formés de lianes ou de branchages contournés parmi lesquels se débattent de petits personnages.

détail fenêtre abside d ' AULNAY de SAINTONGE

C'est l'image symbolique, si souvent exprimée sur les églises romanes, de l'homme qui doit lutter péniblement pour se dégager de l'emprise du mal.

abside d ' AULNAY de SAINTONGE

L'entablement de l'abside et des deux absidioles formé de petites arcades groupées par quatre repose sur des chapiteaux de colonnes montant du sol ou sur de superbes modillons.

intrados absidioles AULNAY DE SAINTONGE

absidiole_ AULNAY de SAINTONGE

 Des intrados de ces arcs (coté sud) surgissent bizarrement ça et la de curieux petits sujets divers et inattendus.

clocher AULNAY DE SAINTONGE

Le clocher élève sur le carré du transept sa majestueuse tour carrée à trois étages, sur chaque face du premier s'alignent trois hautes baies aveugles aux cintres brisés et sur celles du second six longues fenêtres jumelées à multiples colonnettes. Le troisième étage également orné d'arcatures est postérieur. Il porte une pyramide en ardoise refaite au XVIIIe siècle.

Plan église d'AULNAY DE SAINTONGE

Le plan intérieur d'Aulnay classique et très pur est en forme de croix latine : nef avec collatéraux, transept et absidioles, chœur et abside demi-circulaire.

nef d' AULNAY DE SAINTONGE

La nef sévère d'aspect et rigide de lignes est divisée en trois parties par deux rangées de colonnes en groupes toutes terminées par de beaux chapiteaux. Sur les murs des colonnes adossées délimitent les cinq travées. Le tout est recouvert de voûtes en tiers-point.





Colatéral sud

Celles des collatéraux exceptionnellement élevées font épaulement et butent la voûte centrale ; disposition caractéristique de l'architecture poitevine de cette époque.
La plupart des chapiteaux, tous remarquablement exécutés, sont célèbres,

chapiteaux _ AULNAY DE SAINTONGE

 qu'il s'agisse des nombreux à décoration végétale,

Les éléphants d ' AULNAY de SAINTONGE

de celui représentant des éléphants avec le nom à coté

SAMSON



ou de ceux illustrant des scènes bibliques : Samson et Dalila, Caïn et Abel, etc.

 Bien qu'ils soient tous classés parmi les plus belles oeuvres romanes connues il n'est pas possible de les détailler ici ou même de les indiquer.
Ils sont trop... 106 d'après M. de Lasteyrie rien qu'à l'intérieur et 126 à l'extérieur, sans compter ceux du clocher.

Coupole_AULNAY de SAINTONGE

Le carré du transept est recouvert d'une coupole à nervures sur pendentifs.

chapiteau d ' AULNAY de SAINTONGE

(A la naissance des pendentifs se trouvent l'homme ailé, le lion, l'aigle et le boeuf soient les symboles des quatre évangélistes
_ position unique en Saintonge à ma connaissance)


L'abside et les absidioles en cul-de-four, plus sobrement ornées qu'au dehors, abondent néanmoins en détails intéressants.

Dans cette église qui fut bien entendu l'une des premières à être inscrite aux Monuments Historiques (1840) il faut remarquer encore :

support de benitier


un support de bénitier qui paraît remonter au XIIe siècle
St pierre


une statue de Saint Pierre en habits pontificaux du XVe siècle


 et, dans le vieux cimetière, bien mal entretenu, en face du portail principal, une croix hosannière du XVe siècle également.


Saint-Pierre d'Aulnay est une des gloires artistiques et archéologiques de la Saintonge.
_____________________

Charles Connouë défend ensuite le droit de visite qui ne se pose plus aujourd'hui:

Pourquoi faut-il qu'il soit presque impossible de la visiter ?
Elle s'élève non dans le bourg, mais à une assez grande distance à l'ouest de celui-ci. Elle est entourée de mûrs et de grilles cadenassées. Découvrir la petite porte d'entrée du cimetière est déjà une première difficulté ; mais alors on ne peut examiner que l'extérieur de l'édifice. Pour pénétrer à l'intérieur il faut revenir sur la route, chercher et trouver un problématique habitant qui vous Indique que la clé est à la cure et... que la cure est à plus d'un kilomètre de là! Bien entendu après la visite il faudra refaire le chemin parcouru pour rapporter le précieux Sésame...
Sans Insister sur le fait qu'un monument classé doit pouvoir être vu de tous ; qu'un Autel doit être accessible au croyant même de passage ! N’est-il pas paradoxal d'avoir à constater que nos églises (le cas Aulnay est typique, mais non unique), qui devraient être non seulement « mises à la disposition du visiteur » mais qu'il faudrait s'ingénier à lui présenter le plus agréablement possible, sont au contraire « soustraites à son admiration ».
Il y a la une situation anormale. En tout cas c'est une surprenante façon d'encourager et de développer le tourisme dans une région.
Sans doute les milieux ecclésiastiques n'ont-ils pas à tenir compte de ce point de vue spécial ; mais pour notre part nous nous refusons à croire qu'il soit impossible de concilier les deux manières de voir actuellement opposées ; celle du curé qui, responsable de son église et de son contenu, désire la tenir fermée, et celle du public qui, curieux et légitimement Intéressé, désire la voir ouverte.



_____________________Fin du texte de Charles CONNOUË

Les églises de la SAINTONGE (livre 3 épuisé)

édition: R.DELAVAUD à SAINTES ______avec leur aimable permission___________________________







"FAISONS PARLER LES CHAPITEAUX
d'AULNAY de SAINTONGE"
ou plutôt essayons  !





Plan AULNAY de SAINTONGE


 

Les chapiteaux de la nef sont archi photographiés mais ceux du transept sont plus difficiles:

en voici quelques-uns dont celui dit de SAMSON au nord-ouest

chapiteau  NN0

Les carnassiers représentent des passions dévorantes
Les pieds de cet individu sont emprisonnés dans les gueules d'autres  monstres...
(les pieds symbolisent sa démarche spirituelle, cette dernière est donc entravée)

Ces monstres essaient en même temps de prendre la bourse à son cou
qu'il tient fermement d'une main.

Il cherche à protéger son trésor spirituel  
(la bourse n'est pas le symbole de l'avare mais le trésor spirituel)
Il retient un des assaillant de son autre main.

(Samson étant mentionné sur le chapiteau le plus proche du transept et situé plus haut  on peut supposer qu'il s'agit de sa passion pour Dalila ?)

Dans tous les cas il s'agit de montrer une  marche vers le ciel  très très compromise
lorsque l'on est sous l'emprise d'une passion!
chapiteau Nord EST
Chapiteau NNE0

A gauche un motif en forme de X symbole de mauvais choix;
(on retrouve le même sur le chapiteau SS0 des éléphants)
A coté deux superbes léonins représentant  la force spirituelle virile
 mais ceux-ci sont dépourvus d'ailes;
leurs queues montent vers le ciel
(ils maîtrisent leurs passions)

ils n'iront pas au ciel sans avoir progressé!
léonins non ailés
La suite du même chapiteau NNE0:

Après la réplique du couple léonin;
La sculpture à droite  explicite
le mauvais choix
qui semble être celui de la  luxure 
 au vu de l'emplacement de la feuille coquille vénusienne 
( symbole sexuel ) 
La barbe est bifide comme la langue du serpent
c'est  l'homme partagé

Son visage me semble être celui de SAMSON

Cet homme a beaucoup de progrès spirituels à accomplir.....
mauvais choix NNE0
La suite du même chapiteau NNE0:

La suite du même chapiteau NNE0:



La suite du même chapiteau NNE0:


Le bouclier de la foi pour se protéger des tentations
du Malin représentées par un monstre

Ce personnage s'accroche à un symbole de vie éternelle
(l'arbre aux pommes de pin) auquel il a fixé la bride de son cheval)
(ses passions maîtrisées)
Il a perdu ses attributs d'homme dans le péché qui sont barbe et moustache.

A droite le même personnage est armé d'une épée, d'une cot de mailles,
d'un casque et d'un bouclier;
(les armes de la foi dans l'évangile)






A droite le sculpteur représente celui qui n'a pas les armes de la foi

Ses cheveux se terminent en monstres aux têtes identiques
à celle du monstre de gauche; elles se retournent et
semblent parler aux oreilles de cet homme terrorisé.

Sa barbe bifide se termine aussi en têtes de monstres entre ses pieds

Sa démarche est entravée ...par ses pieds dirigés vers l'arrière et ses bras
formant un x avec ses jambes

Il est en position de défécation...

Peut-on imaginer plus opposé à la démarche de spiritualisation !!!

Ce chapiteau nous prépare à celui de  SAMSON qui a vu sa perte
à cause de sa passion pour une espionne: DALILA
Chapiteau du transept pilier Nord-Ouest (NW0)
dit de SAMSON
très difficilement visible sans éclairage et un zoom

chapiteau SAMSON

 Début du chapiteau:
probablement l'âme de SAMSON (les personnages nus représentent l'âme)
L'âme est dédoublée ; l'une glabre prenant la pomme que lui présente  l'autre âme barbue et moustachue et dont le visage est celui de SAMSON.
( les deux personnages ne sont qu'un comme le font souvent les sculpteurs
pour représenter plusieurs caractéristiques)

SAMSON se saisit d'une pomme? Ce n'est pas une pomme de pin symbole d'éternité 
C'est une pomme symbole du péché
(L' arbre  du chapiteau NNE0 donnait des pommes de pin
 auquel le cheval du personnage était attaché )

Suite du chapiteau:

chapiteau SAMSON


Deux léonins double par leurs corps ( la force spirituellement virile de SAMSON)

dont deux queues sur quatre sont dans la gueule du Malin;
les deux autres étant dirigées vers le ciel
(la queue est le symbole de ce qui est enfui en nous même)
L'âme de cet homme _SAMSON_ est partagée
puis un personnage _SAMSON_  genoux à terre
(faiblesse spirituelle)
Ses pieds vont dans une direction mais sa tête est tournée vers le monstre
Ses mains (actions) sont dans la gueule du monstre
qui le domine par le fait qu'il pose sa patte sur SAMSON
SAMSON essaie t-il de résister à cette passion
en lui saisissant  la gueule ?
puis les deux léonins (les forces spirituelles de SAMSON) qui ont a présent
des queues de serpent et des ailes comme les âmes conquises au Malin.
SAMSON a succombé!


Suite et fin du chapiteau de SAMSON représentant la scène relatée dans la Bible:


chapiteau SAMSON



" La scène est celle de DALILA qui trahit SAMSON pour que l'on coupe sa chevelure afin de lui faire perdre ses forces et le livrer aux Philistins.
On voit SAMSON couché sur un lit; au milieu une femme (DALILA) debout lui tient les deux bras liés avec une corde ;
à la tête du lit DALILA (dans les textes c'est un homme ?) lui coupe les cheveux avec des ciseaux.

Certains ont lu au-dessus l'inscription suivante :
SAMSONEM VINC TCOM VNTSC INEMO
(la chevelure vainc SAMSON)






Voici ci-dessous l'extrait de  l'épisode biblique:
 de SAMSON et DALILA 
LE THÈME:

LE SORT DE CELUI QUI EST PRISONNIER DE SES PASSIONS:




de celui que ses passions emprisonnent et aveuglent;
(Voir ci-contre: SAMSON fut fait prisonnier et on lui creva les yeux!)

 le récit biblique raconte comment SAMSON
qui est  amoureux de DALILA
traîtresse acquise à ses ennemis...
 perdra sa force
et sera  fait prisonnier des philistins qui lui crèveront les yeux.



Livre des JUGES chapitre XVI 

6 Dalila dit à Samson : "Révèle-moi, je te prie, d'où vient ta grande force et avec quoi il faudrait te lier pour te maîtriser." 
7 ...  8 ... 9 ...
 10 Alors Dalila dit à Samson : "Tu t'es joué de moi et tu m'as dit des mensonges. Mais maintenant  révèle-moi, je te prie, avec quoi il faudrait te lier." 
11 ...  12 ... 13 ...14 ....15 Dalila lui dit : "Comment peux-tu dire que tu m'aimes, alors que ton cœur n'est pas avec moi ? Voilà trois fois que tu te joues de moi et tu ne m'as pas révélé d'où vient ta grande force." 

16 Comme tous les jours elle le poussait à bout par ses paroles et qu'elle le harcelait, il fut excédé à en mourir. 
17 Il lui ouvrit tout son cœur : "Le rasoir n'a jamais passé sur ma tête, lui dit-il, car je suis nazir de Dieu depuis le sein de ma mère. Si on me rasait, alors ma force se retirerait de moi, je perdrais ma vigueur et je deviendrais comme tous les hommes." 
18 Dalila comprit alors qu'il lui avait ouvert tout son cœur, elle fit appeler les princes des Philistins et leur dit "Venez cette fois, car il m'a ouvert tout son cœur." Et les princes des Philistins vinrent chez elle, l'argent en main. 
19 Elle endormit Samson sur ses genoux, appela un homme et lui fit raser les sept tresses des cheveux de sa tête. Ainsi elle commença à le dominer et sa force se retira de lui. 
20 Elle cria : "Les Philistins sur toi, Samson !" S'éveillant de son sommeil il se dit : "J'en sortirai  comme les autres fois et je me dégagerai." Mais il ne savait pas que Yahvé s'était retiré de lui. 
21 Les Philistins se saisirent de lui, ils lui crevèrent les yeux et le firent descendre à Gaza. Ils  l'enchaînèrent avec une double chaîne d'airain et il tournait la meule dans la prison. 
22 Cependant, après qu'elle eut été rasée, la chevelure se mit à repousser...........

Chapiteau du transept pilier Nord-Ouest (NW0) dit de SAMSON

chapiteau de SAMSON


Voici un autre des chapiteaux très haut placé; celui du sud-est














Voici le charmant chapiteau du transept situé au sud-est

chapiteau sud-est

Chapiteau Sud-Est:

Des monstres léonins dévorent des personnages à genoux.
La victoire du Malin qui prend ceux qui sont partagés
chapiteau Sud-Est

Très esthétique !

Ce qui m'attend très certainement !!

En passant on redescend mais ça vaut la peine:

coucou c'est nous ! sur le chapiteau de l'absidiole sud

l'autre chapiteau de l'absidiole sud:

Le chapiteau sud-ouest du transept :

Pour les interprétations vous pouvez vous aidez du glossaire ...


Les chapiteaux de la nef

monstres NW1Les passions dévorantes
Les forces Maléfiques

lissage des plumes NW2Les forces spirituelles
A gauche le lissage des plumes
symbole de consolidation des acquis spirituels

avec à droite au-dessus des feuillages le "Malin "
qui attend la chute!
A droite les volatils du chapiteau précédent qui portent dans leurs becs
ce que j'interprète comme un  symbole de la chasteté.

A gauche une des plus belles représentations
de la conversion intérieure !

conversion apres lissage _ AULNAY de SAINTONGENW3
la conversion accomplie NW4

Beaucoup de feuillages signe de renouveau spirituel...
Une chouette
(symbole de la foi - croire en ce qu'on ne voit pas)
Cette chouette maîtrise par ses pattes les monstres représentant des passions

Des monstres qui  se nourrissent des ailes de la chouette
(volonté de croître spirituellement par la foi)

La force spirituelle se transforme:
Les queues orientées vers le ciel
en position de maîtrise
se terminent en feuillages

(qui je le pense sont ici symbole de la chasteté.)
Des ailes aux pattes pour aller au ciel
Une tête d'oiseau car la conversion est presque complète.

tetes oiseaux_AULNAY de SAINTONGE SW4
la barque _AULNAY de SAINTONGE SW4Les forces spirituelles sont à présent des volatils
Les pattes et corps de léonins ont fait place à ceux d'oiseaux plus légers et moins terrestres.

Les oiseaux qui précédemment tenaient dans leurs becs la chasteté
ont leurs becs vers des feuilles lancéolées
(encore un symbole sexuel masculin!)

(Certains y voient le symbole d'une barque qui serait l'église
 transportant ses fidèles vers le ciel...J'y vois plus simplement des
feuillages signe de renaissance en forme de nid...
en SWb ces feuillages se referment et sont surmontés d'un léonin, tandis qu'à coté sur le même chapiteau des hommes s'étreignent par la taille )
Un masque diabolique

masque_ AULNAY de SAINTONGE SW3

AULNAY de SAINTONGE le masque inachevé SW3

A gauche des feuillages en  forme de feuilles de fougère

Certaines au-dessus s'enroulent en spirales
(spiritualisation)

D'autres lancéolées dont les nervures  forment des X

Au centre du chapiteau un noeud 
sépare les nervures du haut de celles du bas

Un des masque  a été martelé. 


perte maitrise_AULNAY de SAINTONGE SW3
L'oiseau à perdu sa tête d'oiseau et est devenu tête diabolique
Au lieu de lisser ses plumes en signe de consolidation
le monstre se nourrit en même temps de sa queue de serpent !
C'est la chute !
La force maléfique l'emporte
 La perte de la maîtrise représentée:

A gauche par le mélange de feuilles symbole
de chasteté et d'autres lancéolées
A droite par le mélange des oiseaux qui ont perdus
leurs têtes d'oiseaux et repris celles de monstres et s'enchevêtrent avec des serpents
Les queues des serpents enveloppent les ailes
 SW2
fleurs mâles & femelles_AULNAY de SAINTONGE SW1
A gauche 
des  "virilités masculines en fleurs lancéolées"
A droite
la chasteté avec son noeud au dessus de la pseudo coquille vénusienne

Le dessin du tailloir est similaire au détail de la fleur près
 à celui situé au dessus des vices et vertus du portail ouest.

non chasteté _ AULNAY de SAINTONGE SW1
le vieil homme _ AULNAY de SAINTONGE SW1La représentation de l'homme dans le péché
LE VIEIL HOMME
celui d'avant la conversion
Oreilles pointues
Moustaches
Barbe

Les chapiteaux de la CROISEE du TRANSEPT:

Malheureusement très haut placés avec des spots éblouissants

TRANSEPT AULNAY de SAINTONGE NE0
Nord-EST
 TRANSEPT AULNAY de SAINTONGE SE0
Sud-Est
TRANSEPT AULNAY de SAINTONGE NW0
Nord-Ouest : SAMSON
TRANSEPT AULNAY de SAINTONGESO0

Sud-Ouest


homosexualité?
SWB
 

La dispute représentée par des hommes qui se ceinturent et  forment un X avec leurs corps.


Le visage étant celui de SAMSON je  pense qu'il s'agit du combat intérieur avec à droite un esprit Malin au dessus
de  feuillages lancéolés les mêmes qui s'ouvriront en forme de nid pour porter des volatils sur le chapiteau SW4.

les éléphants
SS0



"HI SVNT ELEPHANTES" est gravé au dessus du chapiteau
Au vu des cous croisés des volatils (en X)   et du tailloir en dent de scie, les éléphants
ne sont pas représentatifs d'un symbole en faveur d'une démarche spirituelle.

Les sculpteurs avaient-ils la notion de lourdeur que pourrait symboliser les éléphants
ce qui serait un obstacle à leur ascension au ciel ??
Les éléphants bien que connus par les soieries orientales n'ont guère été utilisés
par les sculpteurs d'où la difficulté de les situer dans la symbolique romane.

Sur la photo des éléphants dans le texte de Charles Connouë regardez les pattes des éléphants!




Les passions qui nous assaillent ?


Un personnage aux dents longues coinçant plein de têtes qui n'apprécient guère!
il est agressé par des têtes  Malines dont deux lui mordent les épaules!
Deux mains encadrent le chapiteau 
Dans le tailloir: les marches à gravir... quel programme!!



Le vieil homme

Le cimetierre autour de l'édifice:

le cimetierre AULNAY de SAINTONGE
"Le  cimetière a jadis occupé un  espace deux ou trois trois fois égal à celui qu'il occupe aujourd'hui. On en a la preuve dans  les nombreux tombeaux superposés et ossements humains que l'on est à même de découvrir dans les pièces de terre qui l'entourent. Les différents ossements  et   en  particulier  ceux de la tête de deux, même de trois personnes rencontrés dans le même tombeau ne l'ont que confirmer celte opinion. Il semble d'ailleurs que ce ne serait pas vouloir trop s'avancer que de supposer en outre que le cimetière d'Aulnay remonte à l'époque gallo-romaine,  si l'on  est  en droit  d'ajouter qu'il' n'est qu'à quelques pas de la voie romaine de Saint-Jean-d'Angély à Poitiers; que plusieurs de ces tombeaux renferment de petits vases en terre de forme et de couleur diverses, du charbon, des monnaies de l'époque romaine,  des  armes;   que d'autres  sont  couverts   d'une pierre tumulaire portant une inscription latine et abrégée qui indique assez  la  sépulture d'un   sujet romain.  (L.AVTIVS...M.. RVFRIVS....IVLI....LEG. XVI....)"
 Extrait d'un article de E. PARIS vers 1860

Un livre dédié à AULNAY de SAINTONGE



L'église d'AULNAY est aussi décrite dans le livre
"POITOU ROMAN"
collection "La nuit des temps" N°5
ZODIAQUE 
Ed "La pierre qui vire"
1957

Plus de PHOTOS:

Un diaporama sur un air irlandais ( assez long à charger d'environ 5 Mega)
Un diaporama en 1400 pixels de large

Retour à l'ART ROMAN en Saintonge

Retour à Belle Saintonge

AD/2007/rev oct 2014