La "tapisserie de BAYEUX "
ou " Telle du CONQUEST"
ou "Tapisserie de la reine Mathilde"

en fait une broderie ou plutôt une tenture


Cette œuvre a été réalisée à l'aiguille sur une fine toile de lin assez régulière.
Pas de fil d'or, pas de soie mais des fils de laine de 8 teintes différentes.
Elle est constituée de 8 (ou 9 ?) lés de toile de longueurs inégales assemblés par surfilage.


Pour comprendre le contexte avant de commencer

.Faisons parler les frises...
qui m'ont intéressé












 mêmes symbolique que sur les chapiteaux ?
c'est à voir....j'essaie !

En VERT lorsqu'on retrouve le symbole sur les chapiteaux
En rouge il n'y a pas de concordance

Voici les premiers 25 mètres de la tenture qui en fait 70 et + !




EDWARD   REX
EDOUARD roi


Le roi Édouard le CONFESSEUR sur son trône à pattes et tête de lion.
 Le REX est sous un dais, dans son château

Le roi EDOUARD le CONFESSEUR
charge HAROLD d'une mission

Certains affirment qu'il s'agit d'aller confirmer au duc GUILLAUME
qu'il sera son successeur sur le trône d' Angleterre_ ce n'est pas écrit_
C'est pour moi impensable !
EDOUARD cherche plutôt à se débarrasser de HAROLD en l'envoyant en NORMANDIE !
Le roi EDOUARD a été exilé pendant une vingtaine d'année
et il s'était réfugié en Normandie, sa mère était EMMA de NORMANDIE
Envoyer le prétendant au trône annoncer à son compétiteur potentiel que le trône lui est promis
c'est profondément stupide !




Le symbole du lion associé au roi est omniprésent
en haut:
celui de gauche est peut-être endommagé au niveau de la tête ou bien c'est une tête d'oiseau
(Comme sur beaucoup de chapiteaux_St Georges-des-Coteaux étant le plus remarquable)
celui de droite tire la langue

FORCE VIRILE = LIONS
ESPRIT = OISEAU

TIRE la LANGUE= RUSE, défit, 
 
En-bas
des oiseaux se lissent les plumes
des ailes

OISEAUX SE LISSANT LES PLUMES
= NETTOYAGE, CONSOLIDATION
 

et
DEUX LIONS NOIRS SE FONT FACE
Il va y avoir affrontement de seigneurs ?
pas vu  sur les chapiteaux
 



VBI: hAROLO DUX: ANGLORUM:

Où HAROLD, duc des Anglais 


L'un des chevalier montre le ciel avec son index
comme pour indiquer que c'est la volonté divine
ou celle du "DVX" écrit juste au-dessus du doigt
Ce qui n'est pas forcément la même !

(HAROLD GODWINSON fils du roi GODWIN est comte de EST-ANGLIE en 1044, déchu et exilé en 1051, réinstallé en 1052 par EDOUARD avec son père GODWIN, il succédera à EDOUARD le CONFESSEUR sans héritier et sera le dernier roi de cette dynastie de janvier 1066 à sa mort à HASTINGS le 14 octobre 1066)




Au dessus du dernier couple de chevaliers des volatils se lissent les plumes:
= NETTOYAGE, CONSOLIDATION



Dans la frise inférieure deux lions
face à face
puis deux volatils aux ailes brisées broutant au sol.









ET SVI MILITES : ÉQUITANT: AD BOShAM

et ses soldats chevauchant vers BOSHAM



Le duc HAROLD et sa suite partant à la chasse,  le duc tient un aigle à sa main gauche, il est précédé
par une meute de chiens
Les hommes ne portent pas d'armes de guerre
La chasse est-elle ici symbole de la quête de la volonté divine ou plus simplement chasse à cour en passant ?

Les Anglo-saxons, donc HAROLD,  portent des moustaches
contrairement aux Bretons et Normands sur cette tapisserie


Au dessus de lui et de sa suite des lions se léchant l'extrémité de la queue.
MAÎTRISE TOTALE de l'acte





Au dessous  corps  d'animal, buste humain ailé
avec les ailes déployées
Je n'ai pas encore vu cette représentation
sur les chapiteaux
en Saintonge

Sur les chapiteaux le centaure tire avec son arc et cela représente la chasse ou recherche du spirituel .
Ici pas de spiritualité à conquérir, seulement le plaisir de chasser avec un faucon et des chiens donc du petit gibier.




ECCLESIA :

L'église (de BOSHAM)


L'église de BOSHAM  dans le WESSEX 
_ pays d'origine d' EDOUARD et d ' HAROLD son beau-frère à partir de 1053_
avec son portail et sa galerie
Harold et son compagnon entrent dans l'édifice
 pour obtenir selon la coutume la protection divine
pour leur entreprise (qui n'a donc pas commencée avec la chasse qui
n'était donc qu'un divertissement de princes)



Feuillages dans ou bien  sur calice au dessus

 Entourés de LIONS en position de maîtrise la queue entre les pattes dirigée vers le ciel.
 = MAÎTRISE



Oiseaux ressemblant à des oies
   têtes le long du sol avec  une aile déployée ou cassée et  l'autre normale.
 
Le cou et la tête prosternés sont symbole d' HUMILITÉ

Ce motif est absent des chapiteaux

Les ailes cassées forment un X
 
Ce pourrait être le signe que l'auteur désapprouve l'attitude de l'église dans ce qui se passe
ou que l'église désapprouve cette protection divine;
 

Un repas à l'étage d'une maison sur arcades
L'un d'eux boit dans une corne, deux autres trinquent avec des  bols
Un autre sur les marches doit signifier qu'il est temps d'y aller !
Deux hommes dont l'un a  déjà deux rames prêts à embarquer

HIC hAROLD
Ici HAROLD




Au dessus Oiseaux dressés sur leurs pattes prêts à prendre leur envol avec les ailes déployées entourant une espèce de calice 
C'est en effet le départ



Au dessous chiens ou renards se tirant la langue
: RUSE, DÉFIT, vous allez voir ce dont je suis capable...


Scène du corbeau et du renard

Il s'agit donc d'une ruse, tel est le sens de la précision





HIC hAROLD '.' MARE NAVIGIT ',' ET VELIS

Ici HAROLD traverse la mer et les voiles  gonflées

Un homme porte un chien dans ses bras pour l'embarquer
Un autre le faucon
Une barque , ancre à l"avant porte 7 hommes non armés
dont l'un au pied du mât.
A l'avant un vigie scrute l'horizon
Quatre des hommes rament et celui à l'arrière rame au lieu de tenir le gouvernail
(ils ne sont donc pas encore à la voile)


Au dessus Deux lions se lèchent le museau  l'un l'autre ou s'embrassent
Leurs queues en position de maîtrise.
puis deux volatils faisant de même ou se lissant les plumes ?
puis deux bestioles portant ou agressées par des reptiles ou des dragons

En bas deux quadrupèdes non identifiables,
(peut-être un chat faisant le gros dos devant  un chien),  semblent se regarder ou se défier.








: VENTO PLENIS VE =/= NIT :  IN TERRA :/  VVdONIS / COMITIS

les voiles  gonflées
 
par le vent (il) débarque sur les terres du comte GUY

Cette embarcation navigue à la voile et un homme tient le gouvernail
Un grand  bouclier est attaché à la poupe les autres le long du bastingage
Proue et poupe sont ornées de figures.
L'embarcation tire une annexe pour faciliter embarquement et débarquement.
14 hommes sont à bord mais je compte au moins 16 boucliers
Le vigie est en train de sonder la profondeur à l'avant car l'on approche peut-être d'une côte
Un homme indique quelque chose du doigt
L' on distingue les haubans
Si c'est une femme qui a brodé, elle connaît la navigation et les rôles à bord.

En-bas

Oie ou dinde mettant sa tête dans la gueule d'un renard ou d'un loup: PIÈGE
(Peut-être une fable?)


 Un homme regarde un lion assis et lui montre
des animaux divers

Les nouveaux sujets ?
(pour rester dans la symbolique les sujets sont des animaux divers:
chèvres, chevaux, ânes, chiens, renard, etc...
est-ce péjoratif ?


Sur cette embarcation  
 un soldat est en train de jeter l'ancre
Le barreur est à sa place,
à l'avant deux hommes rament
Un homme est grimpé au mât et fait le vigie
Trois hommes tiennent des drisses comme pour affaler la voile

Précision historique:
Les embarcations abordent la cote française vers Saint-Valéry à l'embouchure de la Somme
sur les terres du comte GUY de PONTHIEU vassal du duc de Normandie.
(De là partit GUILLAUME le CONQUÉRANT  en 1066.)
Pas de frise au-dessus pour mieux montrer les voiles

Au dessous
Un oiseau de proie se saisit d'un poisson ?
A coté un homme ou un animal dont il manque la tête (d'origine ou trou réparé ?)

(Peut-être une fable ?)












HAROLD .. hIC : APPREhENDIT : VVIDO : HAROLDV
HAROLD/  ici GUY (guido) capture HAROLD


A la tête de son escorte armée GUY donne l'ordre d'appréhender HAROLD
dès son débarquement (image précédente)
(Il est donc attendu, c'était bien un piège )
Les moustaches permettent de distinguer les protagonistes.
Harold ( le moustachu) menace avec une dague ou un couteau tendit que le normand qui l'arrête porte l'épée.

Précision historique: la tempête ayant fait dévier ou obligé à naviguer sur une autre route
 est exclue puisque le vent sur la tapisserie gonfle les voiles
 pour une navigation sereine...
Harold semble être attendu dès son pied sur le sol normand...
Alors il s'agit bien d'une trahison et non d'une  erreur de navigation?
Seules les sources normandes parlent de la captivité d ' HAROLD





Oiseaux cous et têtes vers le  sol
au dessus d' HAROLD
(celui qui a des moustaches)
Signe de soumission ?

avec  une aile cassée?
perte de liberté
désapprobation du ciel ou de l'église  ?

En bas:
Un renard face à  un bouc
(fable ?)
un cerf ?
des rabatteurs faisant du bruit

_______________

LIONS non ailés
PUISSANCE, VIRILITÉ
au dessus du duc GUY

puis
au-dessus de la troupe armée

des quadrupèdes ailés en maîtrise.

Au-dessous:
Les rabatteurs avec la meute poursuivent
les animaux familiers déjà vu précédemment.

(les sujets qui fuient
et/ou suivent un cerf ?)









ET DUXIT : EUM AD BELREM :
et il le conduit à BEAURAIN


HAROLD est fait prisonnier (photo du dessus)
On voit ici la garde du duc armée et à cheval
Les hommes de GUY emmènent HAROLD captif à BELREM

L'arbre sert de séparation
à gauche la capture
à droite on conduit HAROLD






En-bas
Un des chiens de la meute saisit à la gorge un renard? un lion ?

CHIEN égorgeant un LION





 
BELREM : ET IBI EUM : TENVIT:
et l'y retient

Harold passe le premier sur un cheval (reconnaissance de son rang
qui ne fait que grandir celui qui l'a capturé, sa parole a probablement été donnée
et cela suffit pour en faire un captif gardant une certaine liberté)
Il a tout comme GUY un faucon à son poignet gauche
Ni lui ni Guy ne sont armés.
Les hommes de Guy portent des lances et des boucliers

PRIVATION de LIBERTÉ
sans soumission cette fois ! La rançon
a été bien négociée.

Oiseaux sans têtes_problème avec le support en toile ?
  avec  une aile cassée?




puis


LION à tête d'oiseau
et des ailes
VICTOIRE  et/ou PROGRESSION

puis
lion ailé en maîtrise



VBI : hAROLD : 7 VVIDO : PARABOLANT:
Ici HAROLD & GUY s'entretiennent
(de la rançon ou bien de politique)

6 hommes de GUY dont un tenant la belle épée d' HAROLD
entourent HAROLD prisonnier
GUY sous un dais ( portatif ?) sur un trône à têtes et pattes de chiens ou de renards
demande à HAROLD de déposer son épée?
Il tient lui-même une épée  vers le ciel 
Ses pieds sont posés sur un tabouret ou des livres.
Un garde à ses cotés tient une lance et montre du doigt la scène suivante
PUISSANCE
  LIONS non ailés
en mauvaise voie
au-dessus de HAROLD

OISEAUX = parole divine
au dessus de  GUY

(dont l'un a une aile cassée, raison qui fait penser que le moine qui a fait la tapisserie n'est pas d'accord...?)



Au-dessous de chaque seigneur
un lion en position de maîtrise
Attention les scènes suivantes devraient se lire de droite à gauche pour la chronologie



VBI : NVNTII : VVILLELMI  : DVCIS :

Où les messagers du duc William


Un arbre séparateur de scène
puis à droite les deux messagers de GUILLAUME
l'un en vert l'autre en rouge-brun
armés de lances et épées ils viennent de mettre pied-à-terre
un nain tient les brides
L'un des messager menace GUY qui tient une hache à très long manche
L'un des compagnons de GUY est armé de la lance et d'une épée et semble montrer du doigt le ciel
pour indiquer qu 'il s'agit de  la volonté divine.

Un page ou un nain tient les rênes des chevaux des deux messagers
Les messagers de GUILLAUME vont trouver GUY
Au-dessus des messagers
oiseaux aux ailes brisées

oiseaux MESSAGERS
des oiseaux en train d'atterrir
ou qui essaient avec une aile cassée

puis


SERENITE
  LIONS  se léchant les ailes


En-dessous magnifique:
Scènes de labourage avec une charrue à roue, couteau, soc, attelée à un âne..., ensemencement, hersage et chasse à la fronde



VENERVNIT : AD VVIDO / NE NVN TVROLD

vinrent voir GUY. / TVROLD



Les deux chevaux des émissaires qui viennent d'arriver (précédemment )
ils portent selles et étriers
Une chapelle? pour matérialisée BEAURAIN
Elle est vide ? 




NUN TII : VVILLELMI + HIC
messager de GUILLAUME

les deux messagers, cheveux au vent !!
(La vitesse est magnifiquement rendue !)
 envoyés par  GUILLAUME
dont les boucliers sont décorés de dragons



ACCLAMATIONS ?
Femmes centaures écartant les bras
en signe d'accueil




Dessous:
 des oiseaux qui volent et se font chasser à la fronde, on voit même la pierre !

 puis
 des oies aux ailes déployées mangeant des plantes













___________________________

au dessus un coq


Au dessous un chevalier
fait le geste de trancher la tête (d'un ours attaché à un arbre !)





+ HIC VENIT : NVNTIVS : AD WIL/ GELMUM DUCEM
Ici un messager arrive chez le Duc GUILLAUME

(En fait c'est ici le début de l'épisode des messagers
qui se lit de droite à gauche)

Un guetteur est perché
  GUILLAUME siège
son siège est similaire à celui de GUY
La scène pourrait se passer à ROUEN
Un Anglo-saxon apporte des nouvelles de HAROLD qui est en détention
Le Duc envoie aussitôt deux messagers, ceux que l'on a vu précédemment sur leurs chevaux avec des boucliers
décorés de dragons

au dessus
Coq au dessus des cavaliers et/ou du guetteur dans l'arbre (sont-ils partis au levé du jour ?)



Béliers : PAIX


Chasse à cour avec meute de chiens
en dessous



C'est le château de GUILLAUME d'où il siège.
Probablement à ROUEN ?
Est-ce une chapelle en arrière fond ?


Au dessus:
Des oies se congratulent







Suite de la scène de chasse au-dessous

(A présent on peut de nouveau lire de gauche à droite)



HIC : WIDO : ADDVXIT hAROLDVm A (D VVILGELMVM :)

Ici GUY conduit HAROLD à GUILLAUME


HAROLD à droite tient un faucon , il n'a pas d'armes
Derrière lui les soldats de GUY avec leurs lances
La scène en frise inférieure est-elle sexuelle
ou est-ce pour montrer que l'un va posséder l'autre
dans une union ? _ rappel de la ruse _
Au-dessus cervidés
Dessous chasse à coure

Au dessus d'HAROLD
(il a des moustaches)
une  oie ayant une aile brisée.








Au-dessous d' HAROLD :
un homme nu plein d'ardeur
 invite une femme à faire l'amour
Elle cache son sexe et se tient les cheveux ou bien ne veut pas regarder la chose ?




AD VVILGELMUM : NORMANNORUM : DVCEM

(à GUILLAUME) duc des Normands



GUY est armé il désigne celui qu'il conduit à GUILLAUME
Son cheval a l'allure d'un étalon plus que d'un cheval de chevalier !
Au dessus de GUY
(il n'a pas de moustaches
et précède HAROLD)
la suite du couple d' oies ayant une aile brisée.

puis un quadrupède bizarre
à deux bosses genre chameaux

Dessous GUY:
 des dragons cracheurs de feux





Le personnage de gauche est GUILLAUME il porte une épée et un manteau
Il est suivi de sa garde


Dromadaires ?
au dessus de GUILLAUME
puis
oiseaux en train de dormir

dessous  broutant un arbuste  un quadrupède à tête d'oiseau ?

GUILLAUME conduit HAROLD en son palais

HIC : DVX /: VVILGELM : CVM hAROLDO :

Ici le duc GUILLAUME avec HAROLD


(Harold n'a plus sa moustache?)

Guillaume tient dans sa main droite un rapace
comme il n'en avait pas en venant c'est probablement un cadeau d' HAROLD
Harold est devant
Ou bien GUILLAUME a prêté son manteau à Harold pour le voyage
et c'est lui devant qui fait chut semble t-il?

Au dessus
Oies aux ailes brisées
Lions se querellant ?






Dessous:

 Arbre
Oies aux ailes brisées



VENIT ! AD PA / LATIV SVV  ( palatinum suum)
viennent en son  palais


Harold qui a récupéré sa moustache gesticule
et montre du doigt la scène suivante.
GUILLAUME est sur son trône et il tient son épée pointe au sol.
Un conseiller armé lui explique quelque chose


2 lions ailés à tête d'oiseaux

puis SALUTATIONS de
2 paons dont un faisant la roue




Au dessous:
Lions queues vers le ciel
en maîtrise.


Homme nu faisant une fosse
ou taillant une pierre mais l'outil n'est pas celui d'un carrier.



VBI : VNVS : CLERICVS : ET  AELFGYVA

Où  un clerc et Aelfgyva


sous une porte de palais ?
AELFGYVA ?
( un nom anglo-saxon qui est -aussi ou -celui d'une certaine abbesse de COLOGNE fille du duc Aethelwold
qui existait dans les années 1040)
L'absence d'explication à cette scène suppose un épisode très connu à l'époque
à la cour de HAROLD puisque c'est lui qui montre la scène.
Il semble qu'il manque un verbe volontairement
Ce verbe a probablement une connotation sexuelle au vu de l'homme nu dans la frise inférieure.

Par qui se fait-elle gifler? s'il s'agit d'une gifle ?
Cet homme ne ressemble pas à un clerc !
Est-ce Edouard le Confesseur du début de la frise
lequel ne s'est jamais marié
et n'a pas d'héritier direct ?
Qu'elle femme gifle t-il alors qu'il a la réputation d'être un saint?
La fille du comte AELFGAR ?


Les deux mains de AELFGYVA devant sa poitrine indiquent qu'elle proclame son innocence
ou son profond désaccord.

La précédente scène de nu était située sous HAROLD et ressemblait fort à une agression sexuelle !
Similitude : le clerc a une main sur la hanche et un bras levé comme pour gifler
et la gestuelle se retrouve en fait  en dessous avec l'homme en train de déféquer.

HAROLD en 1064 a épousé la veuve de son ennemi le roi ( du Pays de Galle ) GRUFFYDD tué
au combat contre HAROLD, elle est la fille du comte AELFGAR

il y a t-il un lien, HAROLD expliquant comment il a agrandit son royaume par la guerre et le mariage forcé ?

Ce même royaume promit à GUILLAUME par EDOUARD le confesseur, et qu'il viendrai sur cette tapisserie selon certains lui confirmer, nous sommes en 1064 lorsque HAROLD fait naufrage sur les côtes de PONTHIEU selon les historiens...
ou bien est-ce GUILLAUME qui a libéré HAROLD des mains d'un de ses vassaux pour en faire un allié ?

Tous les deux estiment être le futur roi des Angles!!

GUILLAUME veut le trône et affirme qu' EDOUARD le lui a promis
et HAROLD est le légitime désigné aussi par EDOUARD le CONFESSEUR


Pour moi c'est une saga et pour pimenter il faut du sexe
 il y a eu péché de chair, et enfer en vue ...c'est un moine qui a brodé ....
et il suffit qu'il y ai consanguinité  lointaine pour y voir l'inceste ...

Chats ou  ? se donnant la patte

Oiseaux battant des ailes





homme nu !
 (sous AELFGYVA)

fait-il  dans la  feuillée qu'il vient de creuser!
L'acte de déféquer se retrouve cependant sur de nombreux modillons mais jamais le personnage est nu sur les chapiteaux !
Sur les modillons c'est différent !

Dragons cracheurs de flammes
(enfer)



HIC : VVILLEM : DUX : ET EXERCITUS

Ici le duc GUILLAUME et son armée

Des chevaliers armés



EIVS : VENERVNT : AD MONTE MIChAELIS.


arrivent au Mont Saint Michel

GUILLAUME a revêtu une cote de mailles il tient un gonfanon
il est en guerre
à l'extrême droite le cavalier porte moustache c'est donc HAROLD qui a suivit



Au dessus des soldats:
Des lions en maîtrise

Après le dragon crachant ses flammes :
Le corbeau et le renard

_________

Monstres-dragons ailés
 queues retombant à terre

puis oiseaux se lissant les plumes


dessous

lions



Le MONT SAINT-MICHEL
en arrière plan
Au premier plan un soldat se protège avec son bouclier !!!
Il  est en train de mettre pied à terre pour franchir à gué.


Au-dessus
un homme sur un trône montre le Mont
ou l'armée qui passe

Au dessous:

dragons ailés dont un crache du feu



ET hIC : TRANSIERVNT :

Et ici ils traversent


La troupe traverse le COUESNON à pied en portant leurs boucliers pour qu'ils ne se mouillent pas
Un cheval se prend dans les sables mouvants




COSNONIS : hIC : hAROLD : DVX : TRAhEBAT : EOS : DE ARENA

( la rivière ) COUESNON . Ici le duc HAROLD les sauve des sables


La troupe est prise dans les sables mouvants et HAROLD porte
lui-même un soldat et en traîne un autre.
(C'est un costaud!)

HAROLD sauve donc des NORMANDS lors de la traversée du COUESNON
Ceci est un détail qui peut éclairer sur les opinions du brodeur ou du commanditaire.

En-haut:
Des oies aux ailes cassées broutent
au dessus d ' HAROLD


au dessous d' HAROLD
le signe du poisson
(deux poissons inséparables liés par leurs gueules)

Le signe du poisson que l'on retrouve très souvent isolé dans les sculptures romanes serait ainsi signe  d'entr-aide
lors de passages difficiles !
et non le signe zodiacal








________________

En-bas:

Des anguilles
et
un noyé
qu'un quadrupède
(un chien ?)
tire par la chaussure



ET VENERVNT AD DOL : ET : CONAN :
et ils arrivent à DOL
et  CONAN




Arrivée à DOL les soldats assiègent la ville
dans un bras de rivière proche de la ville : une paire de cacatoès
qui font la paix (unis par leurs becs et leurs pattes)
Le comte avait-il un parc ?
ou est-ce plutôt pour montrer l'intention secrète (les oiseaux cachés) commune
d' HAROLD et de GUILLAUME d' anéantir
le duc de BRETAGNE?
Au dessus des guerriers qui attaquent:
des quadrupèdes dissymétriques dont un pourrait être un blaireau ?
puis
une paire de quadrupède
dont les queues se terminent en pompon en situation non maîtrisée






Au dessous :
une oie à l'aile cassée
un chien noyé

un sagittaire lançant des pierres

Sur les chapiteaux le sagittaire tire à l'arc ce qui ici aurait pu se placer en situation lors d'un siège.
Ce n'est pas la même symbolique
et le moine veille a ne pas donner une connotation de quête spirituelle à la scène mais bien un sens d' agression



(CONAN )FUGA VER TIT : (REDNES)
CONAN s'enfuit  à RENNES

CONAN _duc de BRETAGNE_  s' évade de la ville de DOL
à l'aide d' une corde ( ce ne serait pas historiquement vrai selon les historiens ?)
Les soldats de GUILLAUME ont à présent des cottes de mailles
La situation devient plus dangereuse sans-doute
en s'approchant de RENNES


En-haut :
Des quadrupèdes non en position de maîtrise

Dessous:
des dragons





hIC : MILITES VVILLELM : DVCIS

Ici les soldats du duc GUILLAUME


Combats à RENNES (REDNES)
Sur les collines des chèvres
Des escaliers d'un coté et un rempart de l'autre
Un château défensif avec crénelage
et bien sûr sa chapelle qui domine le tout.
Au dessus:
des oies aux ailes brisées
puis des dragons ailés agressifs

au dessous:
des oies qui broutent des tiges



PUGNANT : CONTRA DINANTES ET :
Combattent contre les Dinantais et


DINAN entourée de palissades
Pas d'arcs ni d'arbalètes mais des lances et des épées de part et d'autres
pour ce rude combat.
Deux soldats avec des torches mettent le feu aux palissades.
à droite la reddition
En haut:
des oies broutant au sol
(soumission ?)

En-bas:
des lions sans ailes
des oies aux ailes brisées broutant au sol
des lions ailés



ET : CONAN : CLAVES : POREXIT :
et CONAN donne les clés de la ville


CONAN donne les clefs de la ville à GUILLAUME au bout de sa lance ornée d' un  gonfanon
En haut :
Lions en maîtrise
signe de victoire
En-bas :
griffons ailés
signe de défaite
Je m'arrête là
au 1/4 seulement de ce qui reste de ce chef d'oeuvre !

 la "tapisserie de BAYEUX "

ou " Telle du CONQUEST"

ou "Tapisserie de la reine Mathilde"

en fait une broderie ou plutôt une tenture

qui mesure  environ 70 mètres de long sur une largeur de  50 centimètres.
Elle est présumée incomplète puisqu 'il manque en toute logique le couronnement de GUILLAUME
qui eu lieu en l'abbaye de Westminster le 25 décembre 1066 .

La  tapisserie est aussi dite : "de la Reine Mathilde" , qui était la femme de Guillaume le conquérant
_mais 
elle ne serait pas la commanditaire_
relate l' épisode de la chute du roi supposé parjure  Harold _HAROLDUS REX_ et donc la conquête de l'Angleterre ,
de 1064 à 1066, par  Guillaume le Conquérant _WILLEM  DUX_ , duc de Normandie.


Cette œuvre a été réalisée à l'aiguille sur une fine toile de lin assez régulière.
Pas de fil d'or, pas de soie mais des fils de laine de 8 teintes différentes.
Elle est constituée de 8 (ou 9 ?) lés de toile de longueurs inégales assemblés par surfilage.



C'est un chef d'œuvre ou l'on trouve nombre de détails intéressants concernant:


les vêtements,
les armes,
les chevaux harnachés,
les équipements,
les travaux des champs,
la construction navale,
le transport maritime,
les édifices,
les trônes,
la prise des repas,
les cérémonies,
 les scènes de bataille etc...



La Tapisserie renseigne sur la guerre et la vie quotidienne au XI e.
Simone Bertrand  a décompté:
-    626 personnages,
-    202 chevaux et mules,
-    55 chiens,    
-    505 animaux de toutes sortes,
-    37 forteresses  ou bâtiments
-    41 navires ou embarcations,
-    et d'innombrables objets très divers

.
J'y ai cherché un lien entre les figurines des frises et nos chapiteaux saintongeais
et voici mes conclusions:




La frise est à la tapisserie
ce que le tailloir est au chapiteau


Le tailloir comme la frise donnent le ton
 voir le sens caché.

La scène du corbeau et du renard en est un exemple frappant
En effet quel intérêt ont deux prétendants à fraterniser.
si l'un d'eux n'a pas une arrière pensée donc une ruse en tête.

La scène de l'oie mettant sa tête dans la gueule d'un carnivore en est un autre exemple

Il en est de même pour les attitudes des volatils et des léonins et dragons....

Cependant on ne peut pas dire qu'il y a réelle concordance de symboles
seule l'utilité associée à l'aspect décoratif est la raison d'être de ces figurines.

Je retiens :
 le symbole des poissons  pour indiquer l'union devant l'adversité
Le volatil broutant l'herbe comme signe de soumission
Les volatils lissant leurs plumes pour signifier un accord profond
Un sagittaire lançant des pierres au lieu d'un sagittaire lançant des flèches avec un arc




Pour voir la totalité de la "tapisserie":

Voici la tenture avec les descriptifs en Anglais
http://www.bayeuxtapestry.org.uk/BayeuxContents.htm

Sur ce site peut-être en 360 ° mais ne fonctionne plus pour moi
http://panograph.free.fr/BayeuxTapestry.html

Sources consultées:

"TELLE du CONQUEST"  Edition ville de BAYEUX
The BAYEUX TAPESTRY de Wolfgang Grape Ed. PRESTEL

Wikipédia français et surtout en anglais sur les hommes et le sujet


L' on y retrouve effectivement un sujet de prédilection des sculpteurs de nos églises Saintongeaises
à savoir les
 lions ailés, dragons, oiseaux se lissant les plumes et bien d'autres encore.....

________Voici quelques extraits de la littérature sur le sujet des bordures ________________________

"Les éléments (animaux fantastiques, sauvages ou domestiques, fables, chevrons)
 figurant dans les parties hautes et basses de la broderie ne semblent pas avoir
de rapport avec le principal récit pour une minorité d'auteurs
 comme Wolgang Grape ou Carole Hicks.
Ainsi, on peut voir par exemple dans la partie basse de la tapisserie
une scène du corbeau et du renard d'Esope reprise par Phèdre
qui n'aurait qu'un rôle décoratif. Cependant la grande majorité des spécialistes
 pense qu'il existe des liens entre les bordures et la bande principale.
 D. Beirstein et Daniel Terkla en ont fait la démonstration.
Mais il y a débat sur le point de vue reflété par les fables.
 R.Wissolik et D.Bernstein ont interprété ces fables comme un

" commentaire anglo-saxon d'ordre moral."

_______________________________

" Pour Bard McNulty ou D.Terkla il s'agit d'une paraphrase soutenant
le point de vue normand. Pour d'autres historiens de l'art, comme Denis Bruna,
 les dessins (animaux, scènes érotiques, fable, ...) figurant dans ces frises
auraient un effet apotropaïque, c'est-à-dire un rôle de protection
ou de porte-bonheur.
Toutefois, à la fin de la broderie, lorsque la bataille entre Guillaume
et Harold fait rage, les motifs décoratifs de la frise du bas disparaissent,
 et la frise se remplit des cadavres des morts et des boucliers et armes tombés
 à terre, comme si ce « débordement » devait traduire la fureur des combats,
impossibles à contenir dans la zone du milieu de la tapisserie."


Aucun témoignage contemporain de l'histoire des origines de la "Tapisserie" et des conditions de sa réalisation n'est connu à ce jour.
La "broderie" aurait été réalisée dans le sud de l'Angleterre et commanditée par Odon, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume  représenté à plusieurs reprises et ayant participé à la bataille.

R.N. SAUVAGE y voit l' œuvre de brodeuses saxonnes, exécutée d'après des cartons fournit par un clerc saxon rallié à la domination du vainqueur, attaché à la personne de quelque puissant baron anglo-normand comme l'évêque de Bayeux.

 L' œuvre n'est pas selon lui une sereine page d'histoire, mais l'expression des sentiments intimes, à demi dissimules par nécessité, comme aussi, sans doute, par respect des décisions de la Providence, mais tout de même affirmés et reconnaissables.

La Tapisserie aurait pu être destinée à décorer le choeur de la cathédrale de Bayeux lors de sa consécration le 14 juillet 1077.
Elle n'y était probablement plus ou pas lors de son incendie en 1105!

La Tapisserie a probablement été réalisée aux environs de 1077 et au plus tard avant 1082, date à laquelle l' évêque de Bayeux est en disgrâce et est emprisonné par son demi-frère Guillaume.






Le sujet et le thème

 L'épopée rapportée par la Tapisserie commence en 1064, alors que le vieux roi Édouard d'Angleterre, sans héritier direct, envoie en Normandie Harold, son beau-frère, offrir la couronne à Guillaume, qu'il désigne comme son successeur
_ceci affirmé dans la version franco-française_
_ ceci écrit au subjonctif improbable dans les versions anglophones_

En 1064, Harold fait naufrage sur les côtes du Ponthieu, capturé par le comte Guy Ier, il est retenu prisonnier au château de Beaurainville ( Belrem sur la Tapisserie de Bayeux), puis est livré à la cour du duc Guillaume de Normandie (dit le bâtard, le futur Guillaume Ier le conquérant) qui exigeait alors sa libération.

Guillaume se considère comme le successeur de Edouard le Confesseur, ce dernier n'ayant pas eu d'enfant, et obtient de Harold le serment de lui fournir son appui à la couronne d'Angleterre.
Guillaume aurait forcé Harold à lui jurer vassalité, mais ne lui aurait révélé qu'après-coup que la boîte sur laquelle ce serment avait été fait contenait des reliques sacrées.

 Harold s'estime alors dégagé de ce serment, fait par la ruse, mais Guillaume obtient du pape son excommunication.

 Mais en dépit du serment de fidélité prêté à Guillaume, Harold s'empare de la couronne d'Angleterre à la mort d'Édouard en 1066. Il ne faut que quelques mois à Guillaume pour préparer ses troupes et les mener à la victoire, à Hastings, ou Harold et son armée sont vaincus le
14 octobre 1066.






Retour à l'ART ROMAN en Saintonge

Retour à Belle Saintonge