L'église de JOU sous MONJOU

en CANTAL  (15)


Le texte provient intégralement du document trouvé à l'intérieur de l'église. (MERCI !)

Photos de Bernadette PLAS & Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"chapiteaux.free.fr"

Commune du département du CANTAL en AUVERGNE
Arrondissement d' Aurillac ; canton de Vic-sur-Cère


ÉGLISE NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION


Église romane dédiée à Notre Dame de l'assomption en 1317, classée aux M. H. depuis 1925.
Son Origine : la vicomte de Cariât, serait à l'origine de sa fondation au Xll ème siècle. (première moitié probablement).
 La première mention connue de la paroisse de Jou est de 1266.
Quelques dates sur son activité religieuse :
En 1317, elle formait un prieuré. En 1540 il existait une communauté de prêtres. Le dernier curé fut le curé Bouniol de 1906 à 1956.

Architecture générale

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal


Au Xll ème siècle. elle est constituée d'une nef suivie du chœur ouvert par un arc triomphal,
surmonté du clocher à peigne.
Elle a probablement été démolie en partie par les anglais en 1387 en même temps que le château de Montjou
Elle aurait été reconstruite au XV ème siècle. (à l'extérieur on remarquera la reprise de sa construction au niveau
du chœur). Les 2 chapelles latérales sont rajoutées lors de la reconstruction, donnant à l'ensemble la forme d'une croix.
Les armes des vicomtes de Cariât qui figurent au niveau des clés de voûte de la nef attestent que la
reconstruction s'est produite entre 1422 et 1435.

Présentation du porche extérieur :

L'église romane de JOU sous MONJOU en CantalL'église romane de JOU sous MONJOU en CantalL'église romane de JOU sous MONJOU en CantalL'église romane de JOU sous MONJOU en CantalPrésentation du porche extérieur :

Le portail du Xll ème siècle est orné d'un décor unique en Haute Auvergne de 5 figures humaines (de chaque côté
personnage à grosse tête, mains croisées, bras pendants, au centre un personnage trapu au visage joufflu bras croisés et 2
masques).

Présentation du porche extérieur :

L'archivolte est ornée de 2 rangs de damiers et de petits éléments saillants (tête, boules, pointes de diamant..), au
dessus d'une tête d'homme portant une barbe à 2 pointes et de chaque côté des colonnes à chapiteaux avec
têtes dont 1 mutilée.
Les vantaux et le tympan de menuiserie peinte sont du XVII-XVllI ème siècle. Le tympan est orné d'un vase à
anses d'où s'échappe un bouquet de fleurs.
A droite du porche la trace d'une litre funéraire (décors de peintures, généralement des armoiries sur bandes noires, réalisés à l'occasion des funérailles d'une personnalité patron fondateur ou seigneur).
Cette coutume prend naissance au début du XlV ème siècle. et est supprimée à la Révolution Française en 1791.


Visite de la nef :


L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Elle était constituée de 3 travées au Xll ème (présence des pilastres roman de chaque côté)
actuellement de 2 travées depuis l'ouverture des chapelles au XV ème siècle.
Les voûtes d'ogives sont du XV ème s.
Les armes de Bernard VIII d'Armagnac (vicomte de Cariât) sont représentées sur la clef de voûte de la première
travée et celles de Bernard VII d'Armagnac ou Bonne de Berry sur la clef de voûte de la 2 ième travée.
Les culs-de-lampe à la retombée des ogives des travées et des chapelles sont sculptés (9 représentent des
figures, 3 sont simplement moulurées).

Première travée:
- Visage humain imberbe main plaquée sur joue droite
- 2 têtes humaines accolées sans cheveux (sous escalier)

Chapelle Sud :
- Visage allongé à barbe pointue, 2 rides sur le front, avec des oreilles
- Visage triangulaire, esquissant une sorte de moue
- Personnage portant à sa bouche un tonnelet
- Visage ovale et imberbe, bouche ouverte

Chapelle Nord :
Visage allongé marqué de rides tirant la langue, enveloppé d'une mentonnière
- Visage rond bouche entrouverte laissant voir la langue 
- Mains aux doigts écartés semblant soutenir le cul-de-lampe

Présentation de l'arc triomphal du Xll ème s. à l'entrée du chœur :

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Cet arc triomphal rétréci soutient le clocher à peigne, les 4 chapiteaux au niveau des retombées de l'arc sont
riches en décor



L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Deux chapiteaux au Nord : astragale tressé, décors d'entrelacs, fleurs aux angles, corbeille à décors stylisés
dans des médaillons ovales, volutes aux angles.
Sur le tailloir : course d'entrelacs au niveau du bandeau et rangs de damier au dessous.


Deux chapiteaux au Sud .


L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Sur l'un sont représentés 5 rangs de volutes disposées en V, sur l'autre des scènes

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

dont un chasseur nu avec une lance soufflant dans un olifant



et le Sacrifice d'Abraham (le personnage de droite tient un couteau d'une main et
la tête d'un autre personnage de l'autre main, le 3 ième personnage arrête le geste du premier.)

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Sur le tailloir : une frise stylisée (forme de feuillage) au niveau du bandeau, au dessous une inscription gravée en
latin : « ESTOTE ERGO SANCTI QUIA EGO SANCTUS SUM DICIT DOMINUS »
(« Soyez donc saints parce que moi je suis saint, dit le Seigneur »)

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Avant l'inscription : Petit personnage accroupi, une main sur le genou, l'autre tient un long objet recourbé qui part du bas de son ventre.

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

A la suite 3 petites têtes humaines ( la 1ère expression calme, yeux mi-clos, la 2ème tatouée et grimaçante avec 2 petites cornes, la 3ème inexpressive, bouche et yeux clos, sur sa tête est posée une main prolongé d'un bras très long qui passe au dessus des 2 premières).

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal


Sur le 2ème retour : 1 tête barbue et allongée sous une arcade, suivie de 2 motifs d'entrelacs cruciforme.


Visite du chœur




Il est constitué d'une travée et d'une abside semi-circulaire. L'ouverture plus large à droite du chœur aurait
été élargie en 1845 pour l'aménagement d'une sacristie derrière l'autel (d'après les archives départementales).
Les murs latéraux sont ornés d'une arcature montée sur colonnes dont certains chapiteaux sont ornés de
volutes (en forme de spirale).

La voûte n'est pas d'origine, elle serait de 1894.
Dans la chapelle sud : Autel du XVIII ème s. galbé à décor de coquille et retable.
Sur le retable l'huile sur toile est datée de 1673, il s'agit d'une crucifixion avec sous les personnes les
inscriptions « S. BARTHOLOMUS » (St Barthélémy) et « S.LAURENTI »(St Laurent)
Au pied de la croix on remarque l'écu armorié de la famille de l'Arbre, propriétaire du fief de Las Doulours en 1668.



Les modillons extérieurs sont du Xll ème siècle.

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

Ils se trouvaient à l'origine sur le chevet, ont été placés sous la corniche des chapelles latérales au XV ème s.
Chapelle Nord :


- un serpent enserrant une boule, inscrit lui-même dans un écu
- un poisson
- décor géométrique : une étoile dans un carré

modillons de JOU SOUS MONJOU

- un entrelacs cruciforme et au-dessus deux petites têtes humaines
- une tête de carnassier à petites oreilles montrant toutes ses dents



- deux têtes humaines accolées
- un personnage vêtu d'une robe ceinturée, face joviale levant les bras au ciel
- modillon nu
- une tête de cerf
- deux personnages féminins portant voile

Chapelle Sud :
- tête bovine à corne
- visage humain encapuchonné (rond et imberbe)
- tête d'animal à oreilles pointues et museau allongé. Loup ?

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

- tête d'homme autour de laquelle s'enroule 2 serpents se mordant mutuellement


L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

- personnage à grosse tête, jambes courtes, tenant 2 oiseaux par le bec

L'église romane de JOU sous MONJOU en Cantal

- 2 volatiles buvant à la même coupe, pattes jointes, encadrées par 2 petites tètes animales
-tonnelet
- visage humain à oreilles de félin
- couronne cordée entourant un visage humain
- tête humaine se soutenant le menton d'une main, le 2 ième bras est brisé.



____________________Fin du texte " Présentation réalisée par l'Association Des Amis de l'Eglise de Jou (A.D.E.J.) "

(https://www.eglise-jou-sous-monjou.fr/)

Dans la série "La nuit des temps"  consacré à l' Auvergne romane
(livre épuisé ) 


 JOU-SOUS-MONJOU.

Petite église de montagne (18 m 38 DE LONG), avec une nef de deux travées (revoûtée au xve siècle) et un chœur en hémicycle, précédé d'une travée droite. Le plus intéressant est l'arc triomphal qui sépare la nef du chœur. Fort étroit - 2 m 40 - mais de conception monumentale. Il se présente comme un portail avec des colonnettes adossées aux piédroits (deux de chaque côté) et un triple rang de voussures. Les tailloirs se prolongent au long du piédroit, ornés d'entrelacs, de damiers, de rinceaux, de têtes coupées. Sur un des chapiteaux, le sacrifice d'Abraham (?). A côté un diable nu, fou de rage. Une longue inscription maladroitement gravée rappelle la phrase de la Bible : « Soyez saints, parce que je suis saint, dit le Seigneur ». Sculptures apparemment primitives, qui ne sauraient être antérieures à l'architecture qu'elles ornent, laquelle, avecson appareillage soigné, ses joints très minces, est de la fin de l'époque romane.

édition: ZODIAQUE (La Pierre-qui-vire)


"Je n'ai rien à ajouter... sinon que
les modillons et sculptures sont remarquables  !
et que j'ai des doutes sur la scène du sacrifice d' Abraham
qui serait plutôt celle d'une lutte contre la luxure "





Une belle enseigne dans le village

et une  ballade sympa que nous avons faite bien sûr!





Une  bâtisse à l'entrée sur la place du village



Un  toit de lauzes parmi d'autres...





Vers les églises romanes ailleurs qu' en  SAINTONGE

Retour à l'ART ROMAN en Saintonge

Retour à Belle Saintonge