"Mariden la Miheta"
Chant de mal mariée. 

chanté "alla cappella" par Bernadeta PLAS, 2018     .Bernadette


 


(Veuillez actionnez le bouton de gauche si le lecteur ne démarre pas)


MARIDEN LA MIHETA

Mariden la Miheta a l'age de 15 ans (,bis)
Emb troc de vielh ròssa de 90 ans

Refrain:
Oh! ier ier la Miheta
Oh! ier ier lon lon la

Mas lo ser de sa noças quand sigueren coisat
(bis)
Et vira te la lura que te vòla agachar

E la paubra Miheta a bon ben que de credar
(bis)
E sord d'un aurelha, de l'autre auvia pas

Le lendeman de sa nòça chas sa mair se'n vai
(bis)
M'avetez far prener un òme que jamai l'aimerai

Consòle te ma filha quand ton òme morira
(bis)
Tu sera riche de tot çò que l'i aura.

E diable la fòrtuna quand le plaser l-i es pas
(bis)
N'aimaria mielhs un jòune bien escarabilhat

N'aimaria mielhs Brenòta emb sos tres mila francs
(bis)
Que totas 'quelas ròssas emb tota son "argent"

N'aimaria mielhs Brenòta emb sas tres mila francs
(bis)
Remudaria la palha faria fujar los rats!


ON MARIE LA MIHETA

On marie la Miheta à l'âge de 15 ans (bis)
Avec une "trop" de vieille rosse de 90 ans.

Refrain:
Oh! ier ier la Miheta
Oh! ier ier lon lon la

Mais le soir de ses noces, quand ils furent couchés (bis)
Et retourne toi la loutre (le paresseux)  je veux te regarder.

Et la pauvre Miheta a bien beau crier (bis)
Il est sourd d'une oreille et de l'autre n'entendait pas.

Le lendemain de ses noces, chez sa mère elle s'en va (bis)
Vous m'avez fait prendre un homme que je n'aimerai jamais.

Console toi ma fille quand ton homme mourra (bis)
Et tu seras riche de tout ce qu'il aura.

Au diable la fortune quand le plaisir n'y est pas (bis)
J'aimerai mieux un jeune bien sémillant.

J'aimerai mieux Brenota avec ses 3000 francs (bis)
Que toutes ces rosses avec tout leur argent.

J'aimerai mieux Brenota avec ses 3000 francs (bis)
Il remuerai la paille et ferait fuir les rats!

Source:
Atlas sonore au N°31:
« Le PAYS DE SEILHAC »
Chants, contes et récits
"ATLAS SONORE"
Edition du  CRMT
Autre version de Marcela DELPASTRE:


(Veuillez actionnez le bouton de gauche si le lecteur ne démarre pas)


 Mariden la Mieta

Mariden la Mieta a l'atge de quinze ans. (bis)
 Li portaretz un ôme de seissanta-dietz ans
 Ò gue gue la de ri to la de ri de ra lon lon la.

E lo ser de sa nôça, li vira lo costat,
La paubra malaürosa ne fai res que purar...

Lo mandin de sa nôça, chas sa maire se'n vai :
M'avetz balhat v-un ôme que jamai n'aimarai...

Consola-te ma filha, per amor eu morira.
Tu seras l'eiretiera de tot çò que 1-i aura...

Au diable la fortuna quand lo plaser 1-i es pas !
N'aimaria mai un jòune ben escarrabilhat.

N'aimaria mielhs Brenòta emb sos tres mila francs
Que quela vielha ròssa emb tota son argent.

On marie la Miette

On marie la Miette à l'âge de quinze ans.
Vous lui porterez un homme de soixante-dix ans.
Ô gué gué la dé ri to la dé ri dé ra lon lon la.

Le soir de sa noce, il lui tourne le dos,
La pauvre malheureuse ne fait que pleurer.

Le lendemain de sa noce, chez sa mère elle s'en va :
Vous mavez donné un homme que jamais je n'aimerai.

Console toi ma fille, puisqu'il mourra.
Tu seras l'héritierre de tout ce qu'il aura.

Au diable la fortune quand le plaisir n'y est pas
J'en aimerai mieux un jeune bien sémillant.

J'aimerais mieux Brenote avec ses trois mille francs
Que cette vieille rosse avec tout son argent.

pra amor : puisque

D' autres versions sur la Biaça:
https://la-biaca.org/component/muscol/Z/69-informateurs-multiples/558-seilhac-vialle-et-pinet.html
https://la-biaca.org/component/muscol/P/241-bernadette-plas/666-bernadette-plas.html


RETOUR RETOUR