"L'aubre e la nuech"
Poème de Marcelle DELPASTRE .
(Paraulas par questa terra, Tome II, p.63)
Traduction de Bernadette PLAS.

l'aubre e la nuech


 


L'aubre e la nuech

Es plan quilhat, l'aubre quilhat.
Entre sa rusha d'aubre, en sas branchas,
Dins sas fuelhas, dins son bòsc d'aubre,
Lo bòsc negre e lo bòsc blanc,
Lo còr de l'aubre.

Es plan quilhat entre sos braç:
Las marns de l'aubre
_Entre sa barba e sas pòtas,
las raiç de l'aubre_
Dins sa saliva d'aubre e dins sa saba d'aubre.

E la terra lo ten per los pes,
E la nuech dins sos braç.

E la nuech dins sos braç sent germinar
Daus braç a tot son còrs de nuech,
Daus braç, de las chambas,
Mai tot un còrs de charn, de sang e de chalor,
D'aiga, de saba verda.

Un 'alenda, un'alenda que la traucha,
Un vent, de part en part,
L'alen d'un còrs, dins la negror
D'un còrs,
Lo vent de l' arma.

Es plan quilhat, l'aubre quilhat.



L'arbre et la nuit.


Il est bien dressé, l'arbre dressé.
Entre son écorce d'arbre, en ses branches,
Dans ses feuilles, dans son bois d'arbre,
Le bois noir et le bois blanc,
Le coeur de l'aubre.

Il est bien dressé entre ses bras:
Les grandes branches de l'arbre
_Entre sa barbe et ses joues,
les racines de l'arbre_
dans sa salive d'arbre et dans sa sève d'arbre.

Et la terre le tient par les pieds,
Et la nuit dans ses bras.

Et la nuit dans ses bras sent pousser
Des bras dans tout son corps de nuit,
Des bras, des jambes,
Bien plus un corp de chair, de sang et de chaleur,
D'eau, de sève verte.

Une haleine, une haleine qui la traverse,
Un vent, de part en part,
Le souffle d'un corps, dans la noirceur
D'un corps,
Le vent de l'âme.

Il est bien dressé, l'arbre dressé.




En fond l'aidemémoire de Bernat utilisé pendant le spectacle.
Source: enregistrement en" live" du vendredi 1er juin 2018
( divendres 1er de Junh 2018, BALAD'OC, TULA)
CD tiré à 2 exemplaires pour les interprètes.



RETOUR RETOUR