" Le charentais qui manjhe 
six fouées par jhour "

de Goulebenéze

dit par Pierre Machon.

Le texte provient du livre: "GOULEBENÉZE" de Georges Labodiniere et Alex Henry

publié par les Editions Rupella_ LA ROCHELLE_ (Avec leur aimable permission)



(SVP veuillez actionner le bouton de gauche du lecteur pour écouter)

LE CHARENTAIS QUI MANJHE SIX FOUES PAR JHOUR

Il est peuplé de Charentais, le Paradis: il y en a cinquante. Or, une révolte éclate dans ces régions célestes. Saint Pierre s'informe et on vient lui dire : « Ce sont les Charentais qui réclament, ils veulent manger six fois par jour comme dans leur pays. »

De là un conflit assez grave, qui se déroule de la manière suivante:

Le grand saint Piârre fazait ses comptes avant la fin de l'année.

I décit à son valet :

« Baille m'en dont mon Grand Livre,

que jh'vouèye in p'tit là vour que jh' n'en sont ! »

I tornit les feuilles, i teurchit le mot : France,i l'agardit les départements...i chéyait teurjhou sus les lettres C.H.

I disait : « C.H.... C.H.... Charente, Charente, Charente-Inférieure. »

I peurnit son porte-pieume,

i mettit à la piace « d'Inférieure » : Maritime.

« Coume thieu, qui dit, i s'rant contents, dépeus le temps qui zou voulant ! »

Et i tornit les feuilles : Charente, Charente ! « Et astheur, qui dit, fi d'ia mère !avons-jhi pu qu'des Chérentais ithyi ? Etout qui créyanf qu'il allant prenr' le monopole dau Paradis?

In moument, Beurtrand, ma jh'ment vouè-t-in-yièvre !

Et promièr'ment jhe troue qu'o s'fait jholiment d'brut ithyi ; i l'avant peurtant point coutume de s'piainde, qu'étout qui s'passe dont?

— Hé, qu'o dit l'vâlet, o l'est zeux, les Chérentais,

qui s'piainant, pac' qui manjhant qu'in' foué prr' jhour !

— Ah ! ah ! qu'o décit saint Piârre,

étout qui créyant que jh'm'en vas les pousser à la nauriture au prix vour qu'o l'est la vie ?

I m'coûteriant pu cher qui v'iant !

Envouèyez-m'en dont in délégué.

Et à moins, qui dit, tu sonjheras de m'chouézit le pu intellighent, pac' que dans thiellé z-affaires, o l'est teurjhou les pu fins qui poussant l'pu sot au thiu. »

Et l'délégué arrivit... sans courit... ine boune fiyure d'homme. « Sarviteur... tout mon thieur... Va-t-ou ?...

Pas mal rnarci... Tout châ p'tit... O vat coum' o l'est m'né...

Le temps a l'air de voulouèr se mette au biâ.

— Pas tant d'esp'llications, quo dacit saint Piârre,

tu fais les d'mandes et les réponses,

tâch' de seug' ton ch'min dreit...d'Angolême à La Rochelle pas d'besoin d'passer prr' Potiers !

Délégué, avance au ralliement !

Qu'étout qu'o y a-t-à ton sarvice ?

— Ham, qu'o décit thiau gâs, et o l'est les z-autes qui s'piainant d'pas manjher leû saoût !

— Les z-autes, qu'o décit saint Piârre, t'as pas l'air trop courajhit ! Et toué, qui dit, n'en fais-tu pas partie des z-autes ? Etout qu'vous êtes pas beunaizes, ithyi? O l'est pas assez d'manjher in cot' prr' jhour prr' dau monde qui fazant reun? Jhe coumince à n'en été r'sazié d'vous z-autes, teurtous. Et combeun de foué manjhant-y dont prr' jhour dans ton pays ? »

L'aut' se grattit l'calà ;

« Six cots prr' jhour, qui dit.

— Six foués prr' jhour, qu'o l'huchit saint Piârre ;

coument fais-tu ton compte ? Sacré grand gormand,

que tu es... manjhe pain peurdut... Allons, fais m'en thielle addition.

— Eh beun, vouélà, qu'o décit l'gâs. Dès au matin, à la chandelle, quant' jh'ai feurmojhé mon béthiaire, jhe manjhe in p'tit d'moulue saurette avec de l'heûle de noix ou beun deux, trois cagouilles su la grille avec dau beurre... trempe ine bonne roûtie, qui dit, dans ine moque de vin bian avec in mourçà d'suke, jhe bouet in bon café, prends ine petite goutte de cougnat prr' me r'monter l'thieur et jh'men vas embaucher.

— Tu deit pas cheir' de feublesse, qu'o décit saint Piârre... et après ?

— Eh b'n'amprès, à neuf heures, manjhe ine petite bouchée avec in p'tit mourçà d'feurmajhe à croûte roujhe ; bouet in bon cot d'vin bian p'rr me r monter l'thieur et jh'men r'tôrne à mon tail !

— C'est bon, qu'o dit saint Piârre, tu as manjhe deux foès avant déjhûner. Et à midi qu'étout qu'tu manjhes ?

— Jhe manjhe la soupe, fais ine boune godaille avec dau vin roujhe...

— Prr' te r'monter l'thieur, qu'o dit saint Piârre, allons, tu peux continuer...

— Manjhe in p'tit d'jhigourit, in p'tit d'graton, si p'tit qu'on prend o soutint... amprès, m'en vas faire in bon sonjhe et à troué z-heures manjhe in p'tit d'feur-majhe bian avec ine gousse d'ail... Boue in bon cot d'vin bian...

(Saint Piârre couminçait à teurper ! Il était pu roujhe !)

— Et amprès, qui dit.

— Amprès, m'en vas embaucher et à cinq heures, m'en r'tôrne. Jhe manjhe deux, trois feuves avec de la sau ou beun ine poume, ine pouère et jh'bouet in bon cot d'vin bian !

— Au dyab' ton vin bian, qu'o décit saint Piârre, tu manjhes toutes les heures ?

— Eh voué, qu'o dit l'aute, mais c'est que jh'-marche à l'heure ancienne !

— Arriv'ron jhi au bout, qu'o dit saint Piârre, tu deit pas être abramit ; et amprès ?

— Jhe manjhe à neuf heures, qu'o dit thiau gâs, manjhe ine boune soupe, fais ine godaille avec du vin roujhe, à ras bord, pas pu haut qu'les ranches, ine assiétée d'monjhettes, in p'tit restant d'daube de bœu, si o n-en at, in brin d'salade et m'en vas m'saquer dans mon lit ! Etout pas temps ?

(Saint Piârre était dans ine peutrasse ! « Ah ! Nation dau Yâbe, qui s'ébrettit, ah ! sacré-t-artoupans d'arbijhois ! Ah ! bande de kroumirs ! »)

— Mais à manjher coum' vous fasez, vous deûriez été gras coum des moines ! Et vous êtes teurtous seit coum' des coucous, qui dit, vous êtes fin gras coum' des balerit ! Vous êtes dont pas d'la boune aspèce, pusque o vous profite pas ! Et vous créyez, qui dit, que jh'm'en vas vous mette à l'engrais, moue ? Des gâs qui peuvant pas manjher d'huîtres sans saucisses ! Des manjheurs de daube de bœu et d'cagouilles au beurre, au prix qu'il est ! Foura-t-ou, qui dit, que jhe vous doune, otout, dau pâté truffé de Ruffec, prr' vous graisser les ballots?»

I décit à son valet : « Combeun n'en reste-t-ou chez nous, de thiellés négociants là ?

— Cinquante, qu'o dit l'vâlet. , — Et qu'étout qui fazant dans l'coummarce ?

— Quarante-huit cultivateurs... un parcepteur, et la mouétié d'in député.

— La mouétié d'in député, qu'o dit saint Piârre, coument thieu ?

— Ah ! dame, qu'o dit l'vâlet, le gâs était en ballottajhe, i s'est trouvé copé en deux.

I l'a-t-arrivé ithyi en deux mourças !

— Eh beun, qu'o dit saint Piârre, acoute-me beun, c'que jh' m'en vas te sunifier étrouètement : tu vas m'en fout' quarante-neuf dans in tombereau, verbalement, et tu zou foutras tout-à-thiu au purgatouère. Tu leû douneras dau macaroni ine foué tous les deux jhours et quant' il arant souèt, qui dit, tu leû douneras dau poumat peuté. Pus' qui parlant teurjhou de se r'monter l'thieur avec leû cougnat-t-o les mettra d'apiomb !

— Et thiau-là qui reste, qu'o décit l'vâlet, le cinquantième, qu'allons-jhi n'en faire?

— Ah ! thieu-là là, qu'o dit saint Piârre, tu me l'mettras d'coûté, i sarvirat d'gréffon ! O s'rait d'majhe que la race se parde !

_1938_

Fin

 Retour à Pierre Machon Une autre ...
 

Pierre Machon fut un acteur de talent qui a toujours défendu le patois saintongeais et nos traditions saintongeaises. Il fut le créateur et l'animateur du groupe folklorique "AUNIS ET SAINTONGE" qui continue de perpétrer nos danses traditionnelles . C'était aussi un acteur de grande valeur qui a entre autres interprété près de 200 fois le rôle de Nanette Burelle dans la pièce " La Mérine à Nastasie ".Pierre Machon fut aussi le rédacteur en chef de la revue patoisante " LE SUBIET ".

La voix de Goulebenéze s'est tue, mais ses monologues et chansons sont encore interprétés par des groupes tels que " Aunis et Saintonge", " Les bat'égails de Saintonge" , les "Déjhouqués" de l'île d'Oléron, les "piboles" de Courcoury et probablement bien d'autres. Pierre Machon a contribué par ses disques vinyls enregistrés à colporter les monologues d' Évariste Poitevin dit " Goulebenéze " et à nous offrir des morceaux de choix en notre langue saintongeaise pour notre plus grand plaisir.

Notre patois est irremplaçable pour refléter avec humour les faits et gestes de nos braves aïeux.

 

Ce monologue est extrait du disque N° AG30.16

Edité par AGORILA avec leur permission et intitulé

"Le patois charentais_les œuvres de Goulebenéze"



Retour à GoulebenézeRetour à GOULEBENÉZE

Retour à Belle SaintongeRetour à Belle Saintonge

 

 

fin de la page "le charentais qui manjhe six fouées par jhour de GOULEBENEZE dit par Pierre MACHON"/ rev 2016 object flash son supprimé/lifting 2018