Can l' herba fresch...
 Bernart de VENTADORN

"Veuillez actionnez le bouton de gauche si le lecteur ne démarre pas"


CAN L' HERBA FRESCH...
(Bernart de Ventadorn)

Can l'erba fresch' e'Ih folha par
E flors botonon el verjan,
E'I rossinhols autet e clar
Leva sa votz e mou so chan,
Joi ai de lui, e joi ai de la flor
E joi ai de me e de midons major ;
Daus totas partz sui de joi claus e sens,
Mas sel es jois que totz autres jois vens.


Ai las ! com mor de cossirar !
Que manhtas vetz en cossir tan :
 Lairo m'en poirian portar,
Que re no sabria que's fan.
Per Deu, Amors ! be'm trobas vensedor :
Ab paucs d'amies e ses autre senhor.
 Car una vetz tan midons no destrens
Abans qu'eu fos del dezirer estens ?


Meravilh me com pose durar
Que no'lh demostre mo talan.
Can eu vei midons ni l'esgar,
Li seu bel olh tan be l'estan :
Per pauc me tenh car eu vas leis no cor.
Si feira eu, si no fos per paor,
C'anc no vi, cors melhs talhatz ni dépens
Ad ops d'amar sia tan greus ni lens.


Tan am midons e la tenh car,
E tan la dopt' e la reblan
C'anc de me no'lh auzei parlar,
Ni re no'lh quer ni re no'lh man.
Pero ilh sap mo mal e ma dolor,
E can li plai, mi fai ben et onor,
E can li plai, eu m'en sofert ab mens,
 Per so c'a leis no n avenha blastens.


S'eu saubes la gen echantar,
Mei enemic foran efan,
Que ja us no saubra triar
Ni dir re que'ns tornes a dan.
Adoncs sai eu que vira la gensor
 E sos bels olhs e sa frescha color,
E baizera'lh la bocha en totz sens,
 Si que d'un mes i paregra lo sens.


Be la volgra sola trobar,
Que dormis, o'n fezes semblan,
Per qu'e'lh embles un doutz baizar,
Pus no valh tan qu'eu lo Ih deman.
Per Deu, domna, pauc esplecham d'amor !
Vai s'en lo tems, e perdem lo melhor !
Parlar degram ab curbertz entresens,
E, pus no'ns val arditz, valgues nos gens


Be deuri' om domna blasmar,
Can trop vai son amie tarzan,
Que lonja paraula d'amar
Es grans enois e par d'enjan,
C'amar pot om e far semblan alhor,
E gen mentir lai on non a autor.
Bona domna, ab sol c'amar mi dens,
Ja per mentir eu no serai atens.

Messatger, vai, e no m'en prezes mens,
 S'eu del anar vas midons sui temens.



QUAND NAÎT L'HERBE FRAÎCHE...

Quand naît l'herbe fraîche et la feuille
et que les fleurs boutonnent au verger
et que le rossignol, haut et clair,
élève sa voix pour chanter,
Joie j'ai de lui et joie l'ai de la fleur
joie de moi-même, joie de ma belle dame
De toute part la joie m'entoure et le la sens
mais  elle,   elle  est  la  Joie,   dont résultent  les
autres.


Hélas, pourtant, le me meurs de souci
et si souvent le suis en tel souci
que les voleurs pourraient bien m'emporter
sans seulement que je m'en doute.
Par Dieu, Amour, je suis ton serviteur,
 pauvre d'amis avec toi pour Seigneur.
Ah ! que ne forces tu ma dame a m'aimer
avant que de désir je meure ?



Ce m'est merveille que je vive
sans lui dévoiler mon désir.
Lorsque je contemple ma dame,
et ses beaux yeux si faits pour son visage,
peu s'en faut que vers elle je coure
et je le ferais sans la peur
que j'ai de voir un corps aussi bien fait
pour aimer, être si froid, si lent.




Car j'aime tant ma dame et la chéris,
tant je le crains et la redoute,
 que jamais je n'ai osé l'entretenir de moi
ni la prier d'amour, ni même lui écrire.
Mais elle sait mon mal et ma douleur et,
quand lui plaît, me fait bien et honneur et,
 quand lui plaît, de moins je me contente
de sorte qu'elle n'en soit blâmée.




Si j'avais pouvoir d'enchanteur,
enfants seraient mes ennemis
et rien aucun ne saurait dire
qui dommage pût nous causer.
Lors je verrais la plus belle des femmes
 et ses beaux yeux et sa fraîche couleur.
 Je baiserais sa bouche en tous les sens,
Y laissant pour tout un mois trace.



Je voudrais seule la trouver
endormie ou faisant semblant
pour lui prendre un doux baiser
que je n'ai osé demander.
Mon Dieu, ma dame, nous gâtons notre amour.
Le temps fuit. Nous perdons le meilleur,
A sens caché nous devrions nous parler.



On devrait bien dame blâmer
quand elle tarde à aimer son ami.
Trop longues parleries d'amour
c'est grand ennui et presque tromperie.
O peut aimer et faire mine à d'autres
et mentir gentiment, quand on est sans témoin.
Bonne dame, pourvu que tu daignes m'aimer,
je ne serai jamais accusé de mensonge.


Va, messager, et ne m'en veuille pas si j'ai peur d'avancer vers ma dame.
Cet enregistrement ainsi que le texte proviennent de l'album HARMONIA MUNDI ci dessous:
Disque Harmonia mundi _ Clémentic Consort_HM 396-98


La vida de Bernart de Ventadorn

Bernart de Ventadorn èra de Lemosin :
del castèl de Ventadorn.

Orne foguèt de paura generacion, filh d'un sirvent qu'èra fornièr e qu'escaudava lo forn per côire lo pan del castèl.

E venguèt bèl òme e adrech e sabià plan cantar e trobar. E venguèt cortés e ensenhat.
E lo vescomte, lo seu sénher de Ventadorn, s'agradèt fòrça d'el e de son trobar e de son cantar e li faguèt grand onor.

E lo vescomte avià una molher jove e gentila e gaia.
E ela s'agradèt de Bernart e de sas cançons.
E s'enamorèt d'el e mai el de la dòna e faguèt sas cançons e sos vèrses d'ela, de l'amor qu'avia d'ela e de sa valor.


 E longtemps durèt lor amor sens que lo vescomte e las autras gents se 'n mainèsson.
E quand lo vescomte se 'n apercebèt, s'estranhèt de Bernart e faguèt sarrar e gardar sa molher.

E la dòna faguèt donar congièt a Bernart e el partiquèt e s'aluhèt d'aquela encontrada.
Bernard de Ventadorn était du Limousin :
du château de Ventadorn.

C'était un homme de pauvre naissance, fils d'un serviteur qui était fournier et qui chauffait le four pour cuire le pain du château.

Et il devint bel homme, et adroit. Et il savait bien chanter et troubader.
 Et il devint courtois et instruit.
Et le vicomte, son seigneur de Ventadorn
se plut fort en sa compagnie.
Il aimait sa poésie et ses chansons et il lui fit grand honneur.

Or le vicomte avait une femme jeune, aimable et gaie.
Et celle-ci se plut aussi à la compagnie
de Bernart et à ses chansons.
Et elle s'énamoura de lui et lui d'elle.
 Et il fit d'elle ses poèmes et ses chansons,
sur l'amour qu'il avait d'elle et sur sa valeur.

 Et longtemps dura leur amour sans que le vicomte et les autres personnes s'en doutent.
Et, quand le vicomte s'en aperçut, il se fâchât avec Bernart et fit surveiller sa femme, l'empêchant de sortir.

Et la dame fit savoir son congé à Bernart et lui s'en alla et s'éloigna de cette contrée.

Peire VIDAL  
COMTESSA DE DIO
FOLQUET DE MARSELHA
GUILHEM DE CABESTANH
MARCABRUN
JAUFRE RUDEL
RAIMON DE MIRAVAL
AZALAIS DE  PORCAIRAGUES
 RAIMBAUT DE VAQUEIRAS

Sont sur le même album


Vers la LAUZETA...

RetourRetour