"La laudeta"
de Bernat de VENTADORN

"Veuillez actionnez le bouton de gauche si le lecteur ne démarre pas"
Une version parlée

"Veuillez actionnez le bouton de gauche si le lecteur ne démarre pas"


QUAND VEI LA LAUDETA MOVER.
(Bernat de Ventadorn)

Quand vei la laudeta mover
De jòi sas alas contra'l rai,       
 Que s'oblid' e's laissa chazer
 Per la dòçor qu'al còr li vai,
Ailàs ! quala enveja m'en ven
De cui qu'ièu veja jausiond !
Meravilhas ai, car desse
 Lo còrs de desirer no'm fond.

Ailàs ! tant cujava saber
D'amor, e tant petit en sai !
Car ièu d'amar no'm pòsc téner
Celèis don ja pro non aurai ;
 Tòut m'a mon còr, e tòut m'a se
E mi mezeis e tot lo mond ;
 E quand se'm tòlc, no'm laisset ren
Mas desirier e còr volond.

Anc non agui de mi poder
Ni no fui meus de lòr en çai,
Que'm laisset en sos òlhs véser
En un miralh que mòut mi plai.
Miralhs, pòs me mirei en te,
M'an mòrt li sospir de preond,
Qu'aissi'm perdei com perdet se
 Lo bèls Narcisus en la font.

De las dòmnas mi dezesper,
Jamais en lor no'm fiarai,
 Qu'aissi com las sòlh captener,
 Enaissi las descaptenrai :
 Pos vei que nulha pro no'm te
Ab lèis que'm destrui e'm cofón,
Totas las dopt e las mescró,
Car sai que atretals se son.

D'aissò's fai ben femna parer
Ma dòmna, per qu'eu l'o retrai,
Que vòl sò qu'òm no deu voler,
 E sò qu'òm li deveda fai.
Cazutz sui en mala mercé
 Et ai ben fait com fòls en pon,
 E no sai perqué m'esdevé,
Mas quar trop pogèi contra mon.

Mercés es perduda per ver,
 Et eu non o saubi ancmai,
 Car cil que plus en degr' aver
Non a ges, et on la querrai ?
A ! quan mal sembla, qui la ve,
Que aquest caitiu deziron,
Que ja ses lèis non aurà be,
 Laisse morir, que no l'aón.

Pòs ab mi dòns no'm pòt valer
Prècs ni mercés ni'l dreits qu'eu ai,
 Ni a lèis no ven a plazer
Qu'eu l'am, jamais no lo'i dirai.
Aissi'm part d'amor e'm recré :
Mòrt m'a e per mòrt li respón,
 E vau m'en, pos ilh no'm reté,
Caitius en eissilh, no sai on.

Tristans, ges non auretz de me,
Qu'eu m'en vau caitius, no sai on :
De chantar me gic e'm recró,
 E de jòi e d'amor m'escón.

(Texte de K. Barstch)
Quand je vois l'alouette mouvoir


Quand je vois l'alouette mouvoir,
de joie, ses ailes, face au rayon de soleil
et s'oublier et se laisser tomber
 pour la douceur qui lui arrive au coeur,
 hélas, combien j'envie alors tous ceux qu'ainsi,
je vois jouir et comme je m'étonne,
aussi, que de désir mon coeur ne fonde !


Hélas, je croyais tant savoir
d'amour, et si peu j'en connais,
moi qui ne peux ne pas aimer   
celle que je ne peux avoir !
Elle a pris mon coeur, elle m'a pris
et moi-même et le monde entier
et dès lors ne m'a rien laissé
que désir et coeur avide.


Je n'ai plus pouvoir sur moi-même
je ne m'appartiens plus depuis
que dans ses yeux j'ai pu me voir,
en ce miroir qui tant me plaît.
Miroir. je peux me regarder en toi :
mes soupirs profonds m'ont tué
et je m'y suis perdu, comme perdu s'était
le beau Narcisse à la fontaine.


Des dames je me désespère,
 Plus jamais, je ne m'y fierai.
 Moi qui. sans cesse, les louais
désormais, je vais les nier.
 Puisqu'aucune ne veut m'aider
 devant celle qui me détruit,
 je les hais toutes et m'en défie,
sachant trop bien ce qu'elles sont.


En tout cela, femme se montre bien
 ma dame  - et je le lui reproche.
 Elle nie ce qu'on doit vouloir
et fait tout ce que l'on défend.
En mâle merci suis tombé,
agissant comme fou sur un pont.
 Je sais comment cela s'est fait :
j'ai trop voulu grimper à contre-mont.


Voici merci vraiment perdue
sans que je m'en fusse douté.
Qui plus devrait avoir merci
n'en a pas. Où donc la chercher ?
Ah ! qu'il semble peu, à la voir,
que sans aide elle laisse mourir    '
un malheureux plein de désir
qui, sans elle, ne peut guérir !


Puisqu'au près d'elle rien ne vaut,
prières, ni merci, ni mon droit,
 puisque ne lui plaît même pas
que je l'aime, je me tairai.
 Je /'abandonne et la renie.
 Mort par elle, comme un mort  je réponds
 et je m'en vais,  puisqu'elle ne me garde,
pauvre, en exil, je ne sais où.


Tristan, plus rien n'aurez de moi.
 Pauvre, je m'en vais, ne sais où.
 Je renie le chant.  C'est fini.
 Loin de joie et d'amour, je me terre.

Le poème de Bernat est a double lecture:

Il semble s'adresser à une dame qui le repousse (premier degré, son gagne pain)
alors qu'en fait il parle de sa solitude et de son désir d'atteindre le "jòi".

Première strophe:
La gracieuse alouette symbolise une belle dame, elle vit très haut dans le ciel, loin de lui si bas sur terre, et son coeur désire rejoindre ceux qui ont le bonheur d'avoir été touchés par sa grâce (lorsqu'elle se laisse choir )

(Le siècle est sous l'emprise de la religion qui occupe tout l'espace, Bernat s'en  libère, mais à l'époque tout le monde comprend de quoi il parle, dans ce nouveau langage très révolutionnaire par rapport aux discours mielleux de l'Église. Il traduit ici le désir de chacun de gagner le ciel, qui pour lui est peut-être plus dans le présent que dans un autre monde et s'appellerait le "jòi")

Deuxième strophe:
En se livrant aux amours terrestres, il constate son erreur, son coeur reste vide et son désir d'absolu n'est pas comblé.

Troisième strophe:
Il entrevoit dans le miroir l'amour absolu , mais il se rend compte que c'est un mirage, et il se considère comme mort spirituellement.

...
Dernière strophe:
Tristan (il a dans une strophe précédente nommé l'amour absolu son seigneur, donc masculin, qu'il reprend ici avec Tristan, nom évocateur de tristesse, masculin également)
L'amour absolu n'a pas voulu de lui, Tristan l'a repoussé, il se cache et renonce au "jòi".

Cet enregistrement provient de l'album HARMONIA MUNDI ci dessous:

Disque Harmonia mundi _ Clémentic Consort_HM 396-98


La vida de Bernart de Ventadorn

Bernart de Ventadorn èra de Lemosin :
del castèl de Ventadorn.

Orne foguèt de paura generacion, filh d'un sirvent qu'èra fornièr e qu'escaudava lo forn per côire lo pan del castèl.

E venguèt bèl òme e adrech e sabià plan cantar e trobar. E venguèt cortés e ensenhat.
E lo vescomte, lo seu sénher de Ventadorn, s'agradèt fòrça d'el e de son trobar e de son cantar e li faguèt grand onor.

E lo vescomte avià una molher jove e gentila e gaia.
E ela s'agradèt de Bernart e de sas cançons.
E s'enamorèt d'el e mai el de la dòna e faguèt sas cançons e sos vèrses d'ela, de l'amor qu'avia d'ela e de sa valor.


 E longtemps durèt lor amor sens que lo vescomte e las autras gents se 'n mainèsson.
E quand lo vescomte se 'n apercebèt, s'estranhèt de Bernart e faguèt sarrar e gardar sa molher.

E la dòna faguèt donar congièt a Bernart e el partiquèt e s'aluhèt d'aquela encontrada.
Bernard de Ventadorn était du Limousin :
du château de Ventadour (Corrèze).

C'était un homme de pauvre naissance, fils d'un serviteur qui était fournier et qui chauffait le four pour cuire le pain du château.

Et il devint bel homme, et adroit. Et il savait bien chanter et troubader.
 Et il devint courtois et instruit.
Et le vicomte, son seigneur de Ventadorn
se plut fort en sa compagnie.
Il aimait sa poésie et ses chansons et il lui fit grand honneur.

Or le vicomte avait une femme jeune, aimable et gaie.
Et celle-ci se plut aussi à la compagnie
de Bernart et à ses chansons.
Et elle s'énamoura de lui et lui d'elle.
 Et il fit d'elle ses poèmes et ses chansons,
sur l'amour qu'il avait d'elle et sur sa valeur.

 Et longtemps dura leur amour sans que le vicomte et les autres personnes s'en doutent.
Et, quand le vicomte s'en aperçut, il se fâchât avec Bernart et fit surveiller sa femme, l'empêchant de sortir.

Et la dame fit savoir son congé à Bernart et lui s'en alla et s'éloigna de cette contrée.
(Évidement, ce récit comme toutes les vies des troubadours, ne retient que le premier degré de lecture)

Peire VIDAL  
COMTESSA DE DIO
FOLQUET DE MARSELHA
GUILHEM DE CABESTANH
MARCABRUN
JAUFRE RUDEL
RAIMON DE MIRAVAL
AZALAIS DE  PORCAIRAGUES
 RAIMBAUT DE VAQUEIRAS

Sont sur le même album

Les restes du chateau de Ventadour


Vers Can l'herba fresch...


Vers Estat esperdut de Bernart

Vers un texte de Bernat et d'autres textes occitan du XIIIe siècle


RetourRetour