L'église de SAUJON
ne possède aucun élément roman
mais abrite quatre magnifiques chapiteaux découverts en 1912 ...
qui sont à hauteur d'homme !

Les quatre magnifiques

chapiteaux romans de SAUJON

Texte intégral de Charles CONNOUË
Photos de Michel ROCHAT et Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"Site Belle Saintonge"

Chef-lieu, de Canton (à 25 kilomètres à l'ouest de Saintes)

Église paroissiale de Saint Jean-Baptiste. Elle serait bâtie à l'emplacement et sur les ruines d'un temple romain.
Cet édifice relativement moderne est sans caractère.
La nef circulaire à plafond bas, éclairée par des fenêtres en tiers-point et le chevet circulaire n'ont pas d'ornementation. En avant du chœur deux arcs en plein cintre ouvrent sur deux chapelles formant transept. L'arc de la chapelle de gauche (qui occupe la base du clocher) est cantonné de deux piliers portant de beaux chapiteaux. A côté deux demi-colonnes anciennes, posées sur des crédences, sont terminées par deux autres chapiteaux de même style et d'un égal intérêt.
Ces quatre chapiteaux, qui étaient encore il y a peu de temps dans une salle de l'école municipale, ont été découverts au commencement du présent siècle (1912) au cours des fouilles effectuées sur la place du champ de foire où selon la tradition, se trouvait une ancienne église, dédiée à Saint- Martin (détruite à la révolution). Ils étaient enfouis pèle-mêle avec d'autres débris à deux mètres de profondeur dans un trou qui devait être une ancienne crypte. Ces quatre très beaux spécimens d'art roman représentent

Daniel ou clin d'oeil à Daniel à SAUJON

l'un Daniel dans la fosse aux lions ;
(Je propose plutôt un clin d'oeil à Daniel)


l'autre le pèsement des âmes ;

La pesée des âmes de SAUJON
 
un troisième un pêcheur avec un énorme poisson sur l'épaule, peut-être Tobie ;
(il porte une ceinture de force, symbole courant indiquant un effort à faire ou un travail)

Les chapiteaux de SAUJON

le quatrième une scène de la Résurrection :

SAUJON

Tous ces débris, chapiteaux et colonnes étaient recouverts d'un crépissage où se discernaient encore des dessins rouges et jaunes. 

La technique de ces sculptures, qui méritent par leur valeur artistique d'être ainsi réemployées, accuse la deuxième moitié du XIIe siècle.



Fin du texte de Charles CONNOUË _______________________________

Les églises de la SAINTONGE

(livre 2 épuisé)

édition: R.DELAVAUD ___________avec leur aimable permission.

Faisons parler les chapiteaux.....
ou du moins essayons...



DANIEL dans la fosse aux lions ?
 
Le thème de Daniel dans la fosse aux lions est très commun, il est représenté généralement avec 4 lions qui lui  lèchent les pieds...
Ce n'est pas le cas ici, ce qui ouvre la porte à un clin d'oeil du sculpteur représentant un saint par exemple.

Voici l'extrait biblique concernant Daniel:
Livre de DANIEL  chapitre VI, versets:20-21-22

Rappel : Le roi a fait jeter contre son gré Daniel dans la fosse aux lions affamés et il revient le lendemain:
 " Et comme il approchait de la fosse, le roi prenant la parole, dit à Daniel d'une voix triste;
_ Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu  que tu sers sans cesse, te pourrait-il avoir délivré des lions?
_ Alors Daniel, dit au roi: ô roi, vis à jamais!
 Mon Dieu a envoyé son ange et il a fermé la gueule des lions et ils ne m'ont fait (aucun) mal,
parce que j'ai été trouvé innocent devant lui ; et même, ô roi! je n'ai commis aucune faute à ton égard."


La main droite levée signifierait alors l'innocence de Daniel face au roi....


Aux versets  25-26 et 27, on trouve un message peut-être celui voulu par les sculpteurs ?

"(25)_Alors le roi Darius écrivit : A tous les peuples et nations de toutes langues qui habitent sur toute la terre: que votre paix soit multipliée!
(26) Un édit est fait de ma part, que, dans toute l'étendue de mon royaume, on ait de la crainte et de la frayeur pour le Dieu de Daniel;
car c'est le Dieu vivant, et qui demeure à toujours; et son royaume ne sera point dissipé, et sa domination (sera) jusqu'à la fin.
(27) Il sauve et il délivre, et il fait des prodiges (et) des merveilles dans les cieux et sur la terre, tellement
qu'il a délivré Daniel de la puissance des lions."


DANIEL: C'est le message de la victoire du condamné à mort sauvé par sa foi,
la foi en Dieu qui délivre et fait des prodiges....



Daniel à St EUTROPE église haute de SAINTES
DANIEL à Saint EUTROPE de SAINTES
se fait bien lécher les pieds et lève les deux mains en signe d'innocence
sur ce tableau il n'a pas de livre dans la main

Autre interprétation :

Il s'agirait de montrer que la sainteté c'est vaincre par la foi ses vices représentés par les léonins, symboles de la force virile.
L'autre mode d'expression du même thème, très commun, étant Samson dominant le lion.





La "pesée des âmes"
Un  jugement oui mais intérieur,
un examen de conscience.

Les scènes du pèsement similaires à celle de SAUJON se retrouvent en façade à CORME-ROYAL
et sur un chapiteau monumental  dans l' église haute de St Eutrope à Saintes, à Colombiers, à Arces-sur-Gironde
 et aussi ailleurs qu'en Saintonge...à St Nectaire, à Lanobre, Vézelay, etc...
 ce serait plutôt un thème récurant...

Mais souvent c'est un couple qui se présente (églises Saint-Eutrope haute à Saintes, d'Arces-sur-Gironde, Lanobre...)

Le jugement  de DIEU est probablement l'évènement le plus craint au XIIe,
en effet, parvenir à la vie éternelle, au paradis, près du "Très haut", est la préoccupation de chacun, du plus grand au plus petit!
Quelques uns y consacrent leurs vies d'autres _surtout les seigneurs et princes_ pour s'assurer d'être jugé dans la catégorie des "justes", font de somptueuses donations... voir des pèlerinages.

Jusqu'aux Xe et XIe siècles il n'était pas demandé de renoncer à ses vices, voire même de les regretter puisque l'application de la peine prévue au pénitentiel effaçait la faute comme le fait notre justice civile actuelle. On fait quelques jours de jeûnes (ou bien on les achète), ou bien un pèlerinage et l'on était absout.
Mais l'Église commence a instaurer le sacrement de pénitence, en exigent plus de contrition, et l'engagement de renoncer aux péchés, ce qui se traduit dans les sculptures romanes par les acrobates et retournements symbolisant la conversion intérieure.

Une autre raison d'envisager cette scène de pesée comme examen de conscience réside dans le fait qu' aucun texte ne relate cette scène sous cette forme où un ange pèse et un démon triche :

Ni dans la bible
Ni dans les évangiles
Ni dans les apocryphes connus
Ni chez les pères de l'église
Ni dans le coran !

La version eschatologique du jugement se trouvera plus tard sur les tympans des beaux édifices de la fin du XIIe.
Alors l'Église propose cette scène comme le jugement immédiat après la mort :
petit problème le purgatoire n'est pas encore inventé et ne sera officialisé qu'en 1254 !

____________________________

Que présente alors le sculpteur ?

A mon avis il évoque le jugement intérieur : un examen de conscience
peut-être un héritage de la fête juive de "Roch Hacha na" qui évoque le jugement de Dieu et incite
à l'introspection, à se juger par rapport à sa foi ou à sa pratique religieuse.


____________

Dans la tradition des chrétiens orientaux c'est l'archange Michel et non Gabriel qui pèse.
J'ai trouvé à la MNAC un tableau du XIIe, qui cite Raphaël et Gabriel comme guides de l'âme

enlevement de l'ame

et Michel effectuant la pesée, avec un démon tricheur :

pesement






Alors si je peux me permettre:

Une fois de plus les sculpteurs se sont appropriés une représentation non conforme à l'orthodoxie
 mais ils montrent une scène  bien parlante  pour transmettre un message.

Il s'agit non pas de représenter le jugement dernier de la fin des temps (celui des tympans du XIIe et souvent gothiques)
mais d'évoquer  plutôt notre propre jugement maintenant
et non celui de notre âme à la séparation d'avec le défunt.

En effet  notre conscience  selon la pensée de l'époque
est appelée constamment à un choix.
Pourquoi pas entre un côté où se trouvent les anges et un autre où se trouve nos démons.

Toujours le même combat spirituel!

J'y vois un appel à notre jugement de libre arbitre, à stimuler notre conscience d'être intelligent et libre,
et non pas rester passif comme le personnage nu.

Le sculpteur nous incite à réagir car le Malin lui est actif !



Dans la première conférence de Jean Cassien qui était très lu dans les monastères et
dont les textes servaient de guide aux moines
on peut trouver la réponse
Il s'agit de notre jugement intime.

"Nous avons aussi parlé de l'emploi des balances pour vérifier le poids; nous imiterons en cela les changeurs, si nous examinons scrupuleusement tout ce que nous avons la pensée de faire, et si nous le mettons dans la balance de notre coeur, afin de voir si le poids, le mérite de cette action, est conforme à la règle et à la crainte de Dieu, ou s'il est affaibli par l'orgueil et le désir de la nouveauté; s'il n'est pas rogné, détérioré par la vaine gloire. Après avoir tout pesé au poids du sanctuaire, nous accepterons avec empressement ce qui sera conforme aux actes et aux doctrines des prophètes et des apôtres, et nous rejetterons, comme imparfait et dangereux, tout ce qui sera condamné par ce contrôle."





Le pêcheur avec un énorme poisson sur l'épaule ...

SAUJON
Une énigme, quoi-que !
Le thème de l'homme portant un énorme poisson se retrouve également
sur des chapiteaux à Courpiac (33) , également à

LAGRAULIERE_Corrèze
Lagraulière (19 Corrèze)

et sur un
modillon en façade à St Fort-sur-Gironde  (17) et probablement encore ailleurs.


A Saujon l'homme portant l'énorme poisson est associé à un autre homme portant une houe sur l'épaule;
comme d'habitude il s'agit de composantes du même personnage.


Si le poisson est le symbole du chrétien comme cela était aux premiers siècles;
porter ce lourd poisson est une tâche éprouvante et
demande un travail en profondeur comme le fait le paysan en retournant la terre.


Tobie n'a selon moi rien à voir !

A ARBIS (33) on retrouve la paire homme portant un poisson et paysan laboureur, sur la même fenêtre:


ARBIS en GirondeARBIS

ARBIS (33)
Ne serait-ce pas la représentation de la culture de l'âme :

« Le soin de notre âme, frères, très chers, est en tout point semblable à la culture de la terre. En effet, de même que dans une terre cultivée, on arrache d'un côté, on extirpe de l'autre jusqu'à la racine pour semer le bon grain, de même doit-on faire dans notre âme : arracher ce qui est mauvais et planter ce qui est bon. »
« Il existe deux sortes de champs : l'un est le champ de Dieu, l'autre celui de l'homme. Tu as ton domaine, Dieu aussi a le sien ;
ton domaine, c'est ta terre ;
 le domaine de Dieu, c'est ton âme.
Est-ce que Dieu mérite de nous que nous négligions notre âme qu'il aime tant ?
Si tu te réjouis en considérant ton domaine cultivé, pourquoi ne te lamentes-tu pas en considérant ton âme en friche ?
Des champs de notre domaine nous avons à vivre peu de jours en ce monde ; de la culture de notre âme nous aurons à vivre sans fin dans le ciel ;
c'est donc là, c'est-à-dire à propos de notre âme, que nous devons toujours dépenser le plus de zèle. »
« Dieu a daigné nous confier notre âme comme son domaine,
si bien que nous devons mettre tout notre zèle à bien la cultiver ;
travaillons donc de toutes nos forces avec l'aide de Dieu pour qu'au moment où Dieu voudra venir dans son champ,
c'est-à-dire dans notre âme, il le trouve entièrement cultivé, entièrement arrangé, entièrement ordonné ;
qu'il y trouve une moisson et non des ronces ; qu'il y trouve du vin et non du vinaigre ; du blé plutôt que de l'ivraie. »

Source:  Sermon de St Césaire d' Arles (470-542)  , trad. M.-J. Delage, Sources Chrétiennes , Cerf, Paris, 1971





 "les femmes au tombeau"



Le sculpteur passe le message de la résurrection et donc de la vie éternelle.

Ceux qui croient en la résurrection et qui s’y préparent contrôlent leurs instincts et soumettent leurs passions.
Ils se préparent spirituellement et vivent dans la vertu.
D'où peut-être le gros poisson à porter, et la houe...




Un site avec plus de détails, dont l'auteur s'est aussi intéressé de près à ces 4 chapiteaux:
http://lepetitrenaudon.blogspot.fr/2013/09/les-chapiteaux-de-saujon.html


Mise à jour dec 2013/nov 2014 avec les photos d' ARBIS/janv 2015 Lagraulière et le sermon/2019


 

 TOURISME près de SAUJON :


carte touristique

A visiter aux alentours de SAUJON:
 

  • La ville de ROYAN (lèche vitrines, villas 1900, cathédrale en béton, port...départ vers le phare de CORDOUAN)
  • Les jardins du monde à 8 km
  • TALMONT sur Gironde à 10 km 
  • Le Site archéologique gallo- romain du moulin de Fâ à Barzan (12 km et  proche de Talmont)

  • Le ZOO de LA PALMYRE à 10 km 

  • Les grottes de Meschers et les carrelets (12 km ) 
  • L'église de Corme Écluse (à 8 Km )

  • L'Abbaye de Sablonceaux 
  • L'église de Saint SORNIN à 10 km et le site de la tour de BROUE
  • L'église de Meursac  à 9 km 
  • L'église de THEZAC à 10 km
  • L'église de CORME ROYAL
  • Le village fleurit et l'église de MORNAC sur Seudre (à 7 Km )
  • LA TREMBLADE son port ostréicole (à 16 Km )
  • La pile romaine de PIRELONGE et la distillerie   (à 6 Km )
  • La foret de LA COUBRE, son phare, ses plages...

retour au diaporama sur les 4 chapiteaux Album "vertical outrepassé" sur les quatre chapiteaux de SAUJON


retour à l'Art roman en SaintongeRetour ART ROMAN

Retour à la page d'accueil "Belle Saintonge"