L'église romane de MARIGNAC


Texte intégral de Charles CONNOUË
Photos de Michel ROCHAT et Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"Site Belle Saintonge"



Commune du Canton de PONS (à 8 kilomètres au Sud-Est de Pons et à 28 kilomètres de Saintes)

Le village de Marignac sur la route de Saintes à Jonzac possède une belle et curieuse église. Dans la région de Pons où abondent les localités abritant des édifices religieux remarquables, ce modeste bourg mérite d'occuper une place de premier plan.
L'intérieur de l'église de MARIGNAC est l'un des plus intéressants qui se puisse voir dans la campagne saintongeaise. Son intérêt ne provient pas du nombre des nefs, ni du développement de son vaisseau ou de la multiplicité de ses colonnes, mais de sa décoration, de ses nombreuses particularités et de certains détails d'exécution qui se voient là et nulle part ailleurs.

Dédiée à Saint Sulpice, cette église a été construite dans la seconde moitié du XIIe siècle. Restaurée plus tard, mais ayant relativement peu souffert, elle est parvenue jusqu'à nous dans un état de conservation satisfaisant, qu'on voudrait espérer durable (!).
Elle  a été classée Monument Historique le  13 février 1896.

Le clocher massif et carré dresse sur un large soubassement un étage percé sur chaque face de deux élégantes fenêtres romanes.

le clocher de MARIGNAC

Celles des côtés Est et Sud ont été rétablies dans leur état primitif et présentent chacune un arc en plein-cintre coiffant une longue ouverture divisée en deux par une fine colonnette. Des colonnes d'angles et une au milieu de chaque face montent jusqu'à une corniche à modillons qui supporte le toit.

L'abside demi-circulaire est à l'extérieur richement décorée. colonnes appuyées sur une banquette montant jusqu'à une corniche soutenant un entablement, modillons, bandes lombardes, fenêtres, etc... La variété des modillons est remarquable, comme l'est aussi le fini de leur exécution et... le réalisme de certains sujets.

MARIGNAC

La même disposition et la même variété se retrouvent sur les deux bras du transept également demi-circulaires. La fenêtre du bras Nord d'un roman très pur, doit retenir l'attention.

MARIGNAC

MARIGNAC le porcheMARIGNAC

La façade est simple presque sans sculpture, mais n'en comporte pas moins au rez-de-chaussée un très vaste portail à quatre voussures orné de quelques motifs géométriques ;



L'église de MARIGNAC



 au premier étage une arcature déroule cinq baies en plein-cintre (une seule ajourée) et au-dessus un fronton triangulaire percé d'une petite ouverture coiffe le tout.
Cette énumération révèle déjà un ensemble attrayant dont beaucoup d'églises pourraient se satisfaire. Mais l'intérêt principal de cet édifice est à l'intérieur dans son agencement et dans sa décoration.

plan de l'église de MARIGNAC

Tout d'abord son plan est remarquable et très rare.
 Il dessine, en effet, un trèfle parfait; le pédoncule est la nef, le lobe supérieur est l'abside et les deux lobes de chaque coté sont les absidioles qui forment transept.

intérieur la nef

La nef est divisée en trois travées hautes et vastes dont les aires sont délimitées par des colonnes engagées terminées par des chapiteaux bien fouillés. Ces chapiteaux reçoivent les retombées d'arcs doubleaux sur lesquels s'appuyait autrefois une voûte aujourd'hui remplacée par un tillis cintré. Ceux des pilastres supportent des arcs latéraux encadrant de longues fenêtres en tiers-point, tandis qu'à l'occident s'ouvre une fenêtre romane avec colonnettes d'angles.
La troisième travée, nouvelle originalité, est ornée d'arcs lombards et au Sud d'une curieuse petite fenêtre bizarrement découpée, relevée de frises et d'un joli vitrail ancien.


Une tour d'escalier saillant à l'intérieur, rétrécit la nef et la sépare du carré du clocher. Ce carré est magnifique et constitue la partie la plus remarquable de l'église.

MARIGNAC

 Vaste et clair il est recouvert à une belle hauteur d'une coupole octogonale sur trompes; celle-ci d'un élégant aspect, bien appareillée, présente d'intéressants détails, par exemple ses quatre coquilles d'angles.

MARIGNAC

Elle est portée par des arcs en tiers-point s'appuyant sur des massifs de colonnes ornées de beaux chapiteaux.


 Les arcs parallèles à l'axe de l'église sont d'une facture très spéciale et d'inspiration nettement mauresque. Les claveaux aplatis ont trois de leurs faces arrondies en forme de tores. Ils ressemblent à des volumes empilés dont on verrait les dos.
 A Chadenac, église voisine, un arc d'absidiole a été exécuté sur ce modèle.
Les deux autres arcs tendus dans le sens du transept, d'un dessin très différent, n'en sont pas moins tout aussi exceptionnels et fort curieux. Ils sont doubles, ou pour mieux dire jumelés, chacun reposant sur deux colonnes voisines mais non accolées. De place en place ils sont étrésillonnés par des claveaux longs formant chaînage et laissant entre eux des vides réguliers. Cette disposition est d'un bel effet décoratif.

La travée du choeur, fort courte, est éclairée par deux fenêtres en plein-cintre avec colonnettes d'angles.

MARIGNAC: le choeur

L'abside, séparée du choeur par un arc en tiers-point porté par deux colonnes à chapiteaux, et voûtée en demi-coupole, prend jour par une seule fenêtre semblable à celles du choeur.
Les chapelles ou absidioles formant transept, voûtées en cul-de-four, sont éclairées chacune par une petite fenêtre en plein-cintre.

MARIGNAC: frise

Un bandeau sculpté, sorte de frise très élégante, fait à hauteur des chapiteaux le tour de l'abside et des chapelles. Orné soit de personnages et d'animaux entrelacés de rinceaux, soit de motifs géométriques, il complète heureusement l'ornementation générale.

MARIGNAC: les peintures

Enfin tout le chevet, transept compris, est entièrement peint, même les chapiteaux, le bandeau et les arcs. La nef l'était aussi autrefois, mais elle a été grattée. Ces peintures qualifiées quelquefois  de "bariolage regrettable" ne sont nullement disgracieuses. De tons clairs, représentant des fleurs, des arabesques, des draperies même, elles contribuent à la décoration de l'ensemble, font ressortir et mettent en relief les sculptures.
Cet effort d'embellissement, ce désir de pousser au plus haut point possible la parure d'une église, rend d'autant plus visible l'état de quasi-abandon dans lequel est laissé ce bel édifice, envahi à l'extérieur par le lierre et les ronces et détérioré à l'intérieur par les gouttières.

Si la verdure ne recouvrait pas presque tout le mur Sud on pourrait voir, creusée dans le contrefort qui avoisine la façade, à mi-hauteur environ, une curieuse niche : deux petits arcs en plein-cintre s'appuyant sur deux colonnettes a chapiteaux abritent (si elles existent encore) deux statues en partie mutilées.

Sur le contrefort Nord, à mi-hauteur aussi sur le bandeau d'une console, un petit personnage à large robe évasée vient  rappeler le « motif d'Avy » localité voisine et mettre en évidence l'étroite parenté des édifices de ce plateau.

L'église de MARIGNAC, un des remarquables fleurons de notre Saintonge, est à peu près inconnue, sauf de quelques rares initiés. Par ailleurs (ou peut-être pour cette raison) elle ne reçoit pas des Pouvoirs Publics l'aide qui devrait lui revenir et qu'elle serait en droit d'attendre du fait de ses beautés et en tant que partie intégrante certaine de noire patrimoine national artistique.

Fin du texte de Charles CONNOUË__________________________

Les églises de la SAINTONGE (livre 1 épuisé)

édition: R.DELAVAUD (Saintes) ____________ avec leur aimable permission.____________

N.B.: Henri Nodet a décrit cette église en 1894 au congrès de SAINTES (bibliothèque de Saintes)


"Faisons parler les chapiteaux ,  

... du moins essayons....

de la nef de l'église de  MARIGNAC" 



Ils sont  antérieurs à ceux du choeur qui visiblement sont de la fin du XII è et ont été
probablement réemployés,  la plupart ont soufferts et même semblent avoir été martelés volontairement.

chapiteau MARIGNAC NEF NORD 01

 

A gauche le Malin puis des feuilles  sortant de l'astragale 
(l'église _l'astragale_ source de vie ou promesse de vie éternelle...)

puis les oiseaux habitants du ciel picorant une feuille à 7 lobes symole à la fois de renouveau ou de vie et de perfection.

chapiteau nef marignac

Trois feuilles à gauche ( que l'on retrouvera sur le chapiteau sud faisant face)
le centre a été martelé, restent visibles 2 feuilles de vigne.


chapiteau nef MARIGNAC

A gauche des oiseaux becquetant une feuilles (semblables à ceux du premier chapiteau) ,
le reste est bien martelé on devine des léonins dont les queues
se termineraient en feuillage encadrant probablement un visage ?
À droite une créature Maligne semblable à celles qui fuient la lumière dans les fenêtres sud .

les forces maléfiques fuyant la lumière

Voici la fenêtre en face: Les forces maléfiques qui fuient la lumière...

chapiteau nef MARIGNAC

Le sculpteur présente la scène principale entre des représentations de feuilles
On devine le thème de la bourse autour du cou (symbole du trésor spirituel )
menacé par les léonins (les passions ou vices qu'il entretient)
Les positions rappellent celles du deuxième chapiteau.
Le personnage fait le grand écart entre le trésor spirituel et les passions "terrestres".



à droite le même homme faisant toujours le grand écart
 Il tient une massue dans sa main droite pour frapper les forces Malignes qui en veulent à son trésor spirituel
tandis qu'il écoute une de ses passions qui prend possession de sa jambe gauche ( entrave pour marcher vers le ciel):
C'est le combat spirituel
 qui oblige parfois à faire le grand écart...
C'est l'homme divisé 

chapiteau nef MARIGNAC chapiteau nef MARIGNAC

Les forces auvaises prennent visage humain
Ce sont les passions qui sont dominées puisque  les barbes et queues se terminent en feuillages orientés vers le ciel.
Il a pour le moment triomphé et le corps de félin symbolise la force virile transformée en force spirituelle

Cet homme maîtrise son humanité terrestre _sa barbe qui se termine en feuillage orienté vers le ciel_

chapiteau nef MARIGNAC

A gauche deux feuilles
Dans chaque angle le Malin (celui de droite a été buriné)
Des créatures Malignes ( les passions) semblent s'amuser
Ont-elles ou vont-elles triompher? Le Malin envoie ses légions
Certains ont la tête vers le sol et marchent dans le ciel? tout en parlant ou mordant celles qui marchent sur l'astragale ?
Voilà ce que l'homme précédent a vaincu ou doit affronter: les créatures du Malin qui sont ses mauvais penchants.

chapiteau nef MARIGNAC

A gauche ainsi qu'à droite des oiseaux _les habitants du ciel ou messagers de la bonne parole_
qui se nourrissent de renouveau _les feuilles_
se sont les messagers annonciateurs de la résurrection
c'est à dire de la nouvelle vie qui attend le chrétien

Entre ces deux scènes symbole de résurection
deux sirènes tiennent fermement des poissons 
et des oiseaux lissent non pas leurs plumes mais les nageoires des poissons

Les 2 sirènes sont jeunes et belles mais leurs seins ne sont guere visibles
elles ont trois feuilles  ( symbole trinitaire) dans les cheveux qu'elles ne cachent pas.

La position centrale des sirènes entourées des messagers du ciel ne laisse aucun doute sur 
la haute valeur spirituelle du symbole des sirènes.

Les poissons _symbole christique_sont les chrétiens
maintenus fermement par les mains des sirènes 

"Mais nous, petits poissons, selon notre
ΧΘΥΣ  Jésus-Christ_, 
nous naissons dans l'eau et nous ne sommes sauvés qu'en demeurant dans l'eau»
; (Tertullien vers l'an 200) 

Le mot "poisson en grec" serait selon EUSEBE
le nom mystique du Christ transcrit dans _Jésus Christ Dieu notre Sauveur_, que l'on a retrouvé
reproduit dans les catacombes et sur des stèles des premiers siècles.

I= Iésus 
Χ= Khi= Khristus 
Θ= Théta= Theo = Dieu
ΥΣ=notre Sauveur (ou Υ=YIOS = Fils & Σ=SOTER = Sauveur)

Le symbole de l'eau purificatrice et probablement du baptême sont omniprésents.

Ce n'est pas un hasard si le sculpteur place les oiseaux  tête en bas
j'en déduis  qu'ils montrent le retournement. (voir conversion ou retournement dans le glossaire)

Le sculpteur montre aussi dans la composition des strates de sujets concentriques ( comme des pelures d'oignon) 
 vers l'extérieur l'oiseau messager lissant une nageoire et de l'autre la queue de la sirène orientée vers le ciel
puis viennent  les poissons
puis le visage de la sirène qui occupe le centre:

Il y a comme une progression dans le message:

le message apporté par les volatils
le chrétien qui le reçoit
l'église qui consolide et l'aide spirituellement (les sirènes) ou la promesse du paradis.(les sirènes)


 la sirène est ici un symbole très fort  ....
la sirène selon mon interprétation serait ainsi l'église du christ
son épouse mystique, voir le paradis.

Remarque: la sirène entourée de poissons se retrouve entre autres sur un chapiteau de l'église St Germain des Prés à Paris

Orant de MERIGNAC

Voilà ce que le chrétien est devenu ou est appelé à devenir
un orant , un pilier de l'église
parmi les feuilles (symbole de renouveau = nouvelle vie = résurrection )




Voilà les chapiteaux ont bien parlé

REMARQUE:

Il existe de fortes ressemblances entre les sculptures de MARIGNAC (17) et celles de COLOMBIERS (17):

Le viel homme à Marignac
MARIGNAC
COLOMBIERS
COLOMBIERS
L'homme lion à MARIGNAC
MARIGNAC
homme lion COLOMBIERS
COLOMBIERS

A propos des sirènes...

Voici ce que dit Philippe de TAON, presque contemporain pour qui la sirène est
le symbole de la richesse qui écarte le chrétien de la bonne voie...
rien à voir avec celle qui est sculptée à MARIGNAC:


 (entre 1121 et 1135)
 par Philippe de Thaon 

Sirène la mer hante, dans la tempête chante,
Et pleure par beau temps, car tel est son caractère.
De femme elle a la forme jusqu'à la ceinture
Et les pieds du faucon et la queue du poisson.
Quand se veut réjouir, elle chante haut et clair.
Et quand l'entend le nautonier qui va sur mer,
Il en oublie sa nef et bientôt il s'endort.
Gardez-en la mémoire, car cela a du sens.


Que sont sirènes ?
Sont richesses de ce monde.
La mer montre ce monde, la nef : gens qui y sont.
Le nautonier, c'est l'âme et la nef c'est le corps.
Sachez que font souvent les riches de ce monde
Pécher l'âme en son corps - nautonier dans sa nef -
L'âme en péché s'endort, pour ensuite périr.

Les richesses du monde font de grandes merveilles,
Parlent, volent, vous prennent par les pieds, vous noient.
Ainsi nous les peignons avec pieds de faucon.
Quand l'homme riche parle, sa renommée vole ;
Il opprime les pauvres, les attire et les noie.


Sirène est ainsi faite qu'elle chante dans la tempête,
Telle est richesse au monde et tels les hommes riches ;
C'est chanter dans la tempête quand un riche est tellement maître
Que pour lui on se pend, on se tue de chagrin.
La sirène en beau temps pleure et se plaint toujours.

Quand on prise richesse et que pour
Dieu on la méprise,
Lors le ciel est serein et la richesse pleure.

Sachez ce que veut dire richesse en cette vie.

C'est un magnifique poème contre la fausse richesse symbolisée par une sirène aux pieds de faucon...

"Quand l'homme riche parle, 
sa renommée vole ;
Il opprime les pauvres, 
les attire et les noie."

Le mythe de la Sirène qui attire  les marins vient d' HOMERE mais ses Sirènes sont des oiseaux bien représentés sur les vases grecs.
Le mythe de la Sirène qui envoûte  les chrétiens pour leurs pertes provient probablement du texte ci-dessus.

La sirène de MARIGNAC ne me semble pas noyer les chrétiens 
mais au contraire les faire revivre par l'eau... et les messagers du ciel:

Retour sur image:



Ces sirènes avec trois feuilles dans les cheveux représente probablement  l'église
celle qui baptise dans l'eau
celle qui guide le croyant dans son parcours spirituel 
celle qui en fait un orant

celle dont on dit que c'est l'épouse du Christ?

Je retient jusqu'à preuve du contraire cette interprétation pour la sirène.


Remarque: l'église de DIENNE dans le Cantal présente également sur un chapiteau une sirène avec 3 feuilles sur la tête, 
elle évolue dans le ciel entourée d'oiseaux.
(voir le diaporama sur DIENNE en PPS sur ce site vers la fin)


A propos du "poisson" symbole des premiers chrétiens:

Stèle funéraire de Licinia Amias

La  "Stèle funéraire de Licinia Amias" (source: WIKIPEDIA)
Marbre, début du IIIe siècle ap. J.-C.
Provenance : environs de la nécropole du Vatican, Rome.

Registre supérieur : dédicace aux Dis Manibus ("Aux dieux Mânes" le dieu des âmes, qui est la formulation usuelle à l'époque)
puis la formule chrétienne écrite en grec : ΙΧΘΥϹ ΖΩΝΤΩΝ / Ikhthus zôntôn (« poisson des vivants ») ;

I= Iésus
Χ= Khi= Khristus
Θ= Théta= Theo = Dieu
ΥΣ=notre Sauveur

registre du milieu : représentation de deux poissons et d'une ancre.


La sirène de CORME-ROYAL tient aussi un poisson:

la sirène de CORME-ROYAL


En façade sur la frise des saints et martyrs; c'est la dernière sculpture horizontale vers la droite comme pour les protéger du danger 
à ne pas écouter la créature maléfique située à ses pieds

rev mars  2015

 

 

 

situation de MARIGNAC

A visiter aux alentours de MARIGNAC

  • L'église d'AVY (à 4 Km ) 
  • L'église de CHADENAC (à 5 Km ) 
  • L'église d'ECHEBRUNE (à 8 Km ) 
  • L'église de PLASSAC (à 9 Km ) 
  • L'église de PERIGNAC (à 11 Km ) 
  • Le Donjon des Sires de Pons (à 10 Km )

  • L'hospital des pèlerins à PONS 

  • L'église St Quentin de RANCANE  (à 12 Km )

  • JONZAC (à 8 Km ) Cloître des Carmes du XVIe, Château , Piscine remarquable ...


Retour ART ROMAN

Retour à Belle Saintonge

FIN rev: sept 2011/rev dec 2013/rev mars 2014