L'église romane de

NIEUL-les-SAINTES

en Charente-maritime.

Texte intégral de Charles CONNOUË 
Photos: Bernadette Plas & Alain Deliquet



Les photos de ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation
et à condition d'en mentionner l'origine: "Site Belle Saintonge"
 

NIEUL-Les-SAINTES Commune du Canton Sud de SAINTES (à 7 kilomètres à l'ouest de Saintes)

L'église de Nieul-lès-Saintes, dédiée a Saint Martin, a été classée Monument Historique, le 21 Janvier 1907.

NIEUL-les-SAINTES

NIEUl-les-SAINTES

D'après Lesson et Lacurie, elle daterait soit du XIe siècle, soit même d'une période antérieure, pour ces archéologues, la partie la plus ancienne serait l'abside. L'abside provient bien, en effet, de l'édifice primitif, (oeuvre du chapitre de Saint-Eutrope de Saintes), mais celui-ci ne remonte pas au delà du XIIe siècle. 

La décoration de cette abside faite de chapiteaux au galbe classique et d'arcs délicatement ornés de motifs géométriques bien fouillés, est d'un roman de la bonne époque.

Les colonnes contreforts qui, à l'extérieur, encadrent les diverses sections, ont de l'analogie avec celles de l'abside de Geay, qui est du XIIe siècle. Ces colonnes ne garnissent que le premier étage, tandis que des pilastres sur lesquels elles sont dressées occupent le rez-de-chaussée.

Le clocher est une belle tour octogonale percée  sur chacune de ses faces d'une fenêtre en plein-cintre.

La façade, surmontée d'un pignon sans ouverture, est étayée par deux gros contreforts d'angles ajoutés au XVe siècle. Ils sont reliés à la hauteur du premier étage par une petite gâterie à arcades. Au-dessous s'ouvre un élégant portail roman retouché au XVIe.

danseurs à NIEUL-les-SAINTES

La grande voussure est ornée de quarante-cinq petits personnages qui jouent de la musique et paraissent danser. L'ensemble qui représenterait une fête villageoise est intéressant en ce qu'elle permet une étude des instruments de musique en usage à cette époque. Cette riche décoration, fort bien conservée, n'est cependant pas aussi artistique que celle de certains autres portails célèbres de Saintonge. La vue de ces petits gnomes grimaçants, qui ne sont ni debout, ni assis et dont les jambes semblent atrophiées, laissent une impression au demeurant assez désagréable.

Les deux petites voussures de ce portail ont été masquées sous un arc ogival à moulures. Des détériorations récentes laissent apercevoir la décoration romane de l'une d'elles. Ce qu'on en voit (rosaces et guirlandes végétales très finement exécutées) fait regretter que ce portail n'ait pas été laissé dans son état primitif. De chaque coté de l'archivolte principale, encastrés dans le mur, deux gros motifs sculptés sont des sujets allégoriques , Ils symbolisent l'homme attaqué par les forces mauvaises : un être humain (que les mutilations ont fait presque totalement disparaître), est foulé par un animal féroce.

Quelques Jolis chapiteaux ornent les pieds-droits du portail.

La nef est à deux travées séparées par des pilastres plats soutenant un doubleau à section rectangulaire. Une coupole recouvre le carré du transept. Cette coupole, portée par deux gros arcs à angles vifs, se croisant sans clé de voûte, s'appuient sur quatre piliers formés chacun de deux fortes colonnes qui en encadrent deux plus petites.

De beaux chapiteaux corrigent, par le fini de leur exécution et la diversité de leur décoration, ce que cet ensemble à de lourd et de disgracieux. 

NIEUl-les-SAINTES

NIEUl-les-SAINTES

On y remarque un « Homme luttant avec des serpents ». , (toujours l'humanité aux prises avec le péché) des entrelacs etc.

L'abside demi-circulaire, voûtée en cul-de-four, est éclairée par cinq fenêtres romanes à colonnettes.

Le transept ajouté récemment, a ses bras occupés par deux chapelles carrées éclairées chacune par deux fenêtres à trois longues ouvertures accolées. Dans-le chœur, remarquer un tableau de Bragny représentant Saint Martin daté de 1646.

Fin du texte de Charles CONNOUË______________________________________________

'Les églises de la SAINTONGE  (livre 1 épuisé)

_________________________________édition: R.DELAVAUD (Saintes) 

avec leur aimable permission


"FAISONS PARLER LES SCULPTURES de

NIEUL les SAINTES ou du moins essayons..."

 


NIEUl-les-SAINTESNIEUl-les-SAINTES

Des danseurs et joueurs d'un instrument de musique
Cela respire la fête.
Quel évènement pourrait être à l'origine de cette mémorable réjouissance?

I_ La nuit de noce d' Aliénor d'Aquitaine à TAILLEBOURG :

Louis VII épouse Aliénor le  25 juillet 1137 à St André de BORDEAUX. Les époux se rendent à Paris escortés de plus de 500 cavaliers et passeront leur nuit de noces à Taillebourg demeure du seigneur Geoffroy de Rancon. Les festivités de mariage durent plusieurs jours, au Palais de l'Ombrière à Bordeaux, et se répètent tout au long du voyage vers Paris.  Les époux sont couronnés ducs d’Aquitaine à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers .
Une partie du cortège a pu être hébergée au château de Nieul les SAINTES dont il reste encore les traces du donjon carré.

II_ Une autre explication pourrait être une fête lors du passage de
Louis VII et d' Aliènor (elle a environ 24 ans)
qui passent par Saintes en 1145 pour recruter des seigneurs et récolter des fonds pour partir en croisade avec Louis.

III_
Une autre explication aurait pu être une fête pour honorer le retour de croisade des seigneurs qui partirent en 1146.

En effet:  Guy de Lusignan , Geoffroy de Rancon et Guillaume de Mauze après avoir donné une partie de ses biens a l'abbaye de SAINTES,
 partent en croisade, le seigneur de Nieul les Saintes fait probablement partie de l'expédition ?
La croisade fut un échec ! Difficile d'imaginer une fête pour l'occasion !!

IV_
Vers 1153 une occasion de festoyer est relatée :

1153: L'abbaye ND de Saintes sous Agnès de Barbezieux occupe le premier rang en Saintonge. Agnès de Barbezieux obtint confirmation du pape de ses droits qu'elle avait du mal à faire respecter: " le village de Chassiron, la dîme de tous les cerfs et biches qui seront pris dans l'île et tous les autres biens tels que dîmes, cens, moulins, salines,..destinés à l'entretien de l'autel ".
Alors qu'il n'est pas encore roi d'Angleterre, Henri II demande a son Sénéchal de Poitou et à son prévost de Saintes, de veiller à la conservation des biens de l'abbaye Ste Marie comme ses biens personnels. Il fait construire un château à l'Illeau sur les bords de l'Arnoult sur la paroisse de St Sulpice parmi les domaines de l'abbesse et pour apaiser les craintes de l'abbesse il promet de ne recevoir aucun hommes de l'abbaye en ses terres et qu'aucun dommage ne soit fait suite à la construction de ce château.

V
_ Vers 1156 Aliénor repasse par SAINTES en compagnie du roi Henri II :

Durant l'été 1156 Aliénor et Henri II tiennent cour à Saumur et sont à Bordeaux à la Noël, ils sont probablement passé à NIEUL-les-SAINTES

VI_
Vers 1159 Aliénor est de nouveau dans les environs:

En 1159 Aliénor octroi a OLÉRON de nouveaux privilèges, Henri II et Aliénor fonde le prieuré St JAMES
sur lequel sera construit l'église ND du CHÂTEAU.

VII_ Vers 1170 des festivités sont organisées par Aliénor :

Aliénor organise en 1170 des tournois et banquets en POITOU pour asseoir la popularité du jeune comte de POITIERS:
 RICHARD coeur de lion son fils préféré.
A NIORT à Pâques 1170 au cours de cette cérémonie toutes les confiscations faites par Henri II en Aquitaine, Marche et  Angoumois furent levées.
 A Poitiers, Richard est proclamé en grande pompe par l'archevêque de Bordeaux et l'évêque de Poitiers Abbé de St Hilaire de Poitiers,
il  reçoit alors la lance et l'étendard de duc d'Aquitaine.
A Limoges Richard reçoit en la cathédrale St Étienne l'anneau de Ste Valérie et il pose la première pierre de l'église St Augustin à cette occasion.

Il y eu donc plusieurs occasions de festoyer lorsque Aliènor a du passer par SAINTES et peut-être même NIEUL les SAINTES.




Je vous invite à re-admirer les chapiteaux des quatre piliers du choeur de l'église de Nieul les Saintes :


Les chapiteaux des quatre piliers de Nieul les Saintes

Il montre une âme très animale : un quadrupède.
Au centre un quadrupède à tête démoniaque semble se nourrir de rinceaux
Rinceaux dont la tige est serpentiforme se terminant en pseudo fleur de lys orientée au ciel.
Les rinceaux sont des épreuves que le malin envoie ou crache,
et  les surmonter rend plus fort spirituellement.

La queue du quadrupède sont deux  feuilles, l'une vers le ciel et l'autre vers le sol
Ce personnage est divisé ! Il n'a pas encore fait le bon choix!

A droite le quadrupède a perdu sa tête de malin c'est un progrès!
Sa queue (ce qui est au plus profond) s'enrichit de motifs perlés (la règle)
Il  se nourrir de spiritualité (l'oiseau)
Le volatile a sa queue en ruban perlé (la règle de Saint-Benoît)

NIEUl-les-SAINTES


A gauche la queue et l'aile sont en X
(l'animalité n'est pas la bonne voie)
La langue est une feuille grasse (vie) orientée vers la terre.
C'est un personnage (une âme) dans l'animalité.

Au centre le malin montre qu'il domine le point faible de l'âme.
(la queue, ce qui est ancré profondément)

A droite le quadrupède recouvre ses ailes, il a une tête d'oiseau.
Simultanément, il  se nourrit  d'un ruban perlé (la règle) sortant de la pierre (l'Église),
et lisse ses plumes (c'est à dire consolide sa spiritualité), de ses ailes (moyens pour parvenir au ciel).

 
NIEUL les SAINTES

Cette tête renversée est un retournement (ou conversion spirituelle)
Vu de face le sculpteur évoque un accouchement
Une nouvelle vie s'annonce....

SPLENDIDE !!


Voilà les sculptures ont bien parlé...


Les danseurs nous proposent un thème intéressant celui de la danse au moyen-age que Mme Manot a approfondi.
Je vous invite à lire "La danse au moyen-age"_de Suzanne MANOT


A voir aux environs de NIEUL-les-SAINTES :

__________________________________________________________________________

Le chateau de NIEUL-les-SAINTES

 


Vers l' ALBUM type "JQ" photos de l'église de NIEUL les SAINTES

Retour ART ROMAN

Retour à Belle Saintonge

FIN rev oct 2013/2015/2019